TEST: 2269

La virulente condamnation de Boris Johnson par Keir Starmer

Par Clara Grouzis | Publié le 16/09/2020 à 12:38 | Mis à jour le 16/11/2020 à 19:11
Photo : Chris McAndrew
politique Labour contre Boris Johnson

Alors qu’il est confiné chez lui depuis 3 jours, le leader du Labour Party, Sir Keir Starmer a lancé hier, dans une vidéo pour la conférence du Trades Union Congress (TUC) , une véritable offensive envers le gouvernement.

Après avoir félicité les syndicats (trades) pour leur implication dans la crise, le leader de l’opposition, Sir Keir Starmer, a affirmé que le « gouvernement retardait le Royaume-Uni ». Il a critiqué de manière intense la gestion de crise effectuée par Boris Johnson, en mettant en cause le fort taux de natalité et de perte d’emploi, le manque d’équipements pour les travailleurs en première ligne, la situation dans les maisons de soin et enfin, le système de tests.

« Ce n’est pas les britanniques qu’il faut blâmer pour ces erreurs […] c’est le gouvernement » a-t-il affirmé.

Il a scandé que c’était inacceptable et que Boris Johnson avait échoué sur tous les plans. « Quelles ont été ses priorités ces deux dernières semaines ? Réouvrir les plaies du Brexit, entacher la réputation de la Grande-Bretagne à l’étranger, ce qui rend d’autant plus difficile d’obtenir l’accord que nous voulons tous » a ajouté le leader du Labour.

Adressant son message au Premier Ministre, il lui a demandé de revoir ses priorités, de s’atteler à combattre le virus et d’obtenir le deal post-Brexit qu’il a promis. Sir Keir Starmer a aussi appelé le gouvernement à travailler avec le Labour Party, les entreprises et les syndicats dans la gestion de la crise.

Pour ne rien perdre de l’actu londonienne, abonnez-vous à notre newsletter en deux clics !

Clara Grouzis journaliste Londres

Clara Grouzis

Etudiante en troisième année à Sciences Po Aix et passionnée, je me destine au journalisme
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Londres !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

De la part de toutes les équipes de Lepetitjournal.com

À lire sur votre édition locale