Mercredi 18 septembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

JOB - Devenir au-pair à Londres : mode d’emploi

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 17/04/2017 à 11:45 | Mis à jour le 18/04/2017 à 09:34

 

 

Vous êtes jeune, avez envie d'élargir vos horizons, de découvrir une autre culture et parler une autre langue ? Que ce soit pour une année de sabbatique, un semestre de césure ou pour peaufiner votre anglais, devenir au-pair peut-être la solution idéale. Préparer son séjour est indispensable, savoir quelles tâches vous incomberont et vers quelles structures vous adresser? voici tout un éventail d'informations précieuses réunies par la rédaction.

 

Quels critères pour devenir Au-pair à Londres ? 

Contrairement à la France, le Royaume-Uni n'a plus de programme officiel pour les au-pairs. Mais un accord européen sur le placement d'au-pairs, conclu en 1969, permet une mobilité des jeunes vers le Royaume-Uni malgré tout. Que vous soyez ressortissant de l'UE ou non, le régime et les conditions varient. Ainsi, en tant qu'européen, pour être Au-pair, il est recommandé d'avoir entre 17 et 30 ans, d'être célibataire et sans enfant et de disposer de ressources financières suffisantes (ce sont les conditions classiques de la liberté de circulation dans l'UE). Les pays concernés sont donc les 28 membres (oui le Royaume-Uni y figure toujours) mais aussi l'Islande, le Liechtenstein, la Norvège et la Suisse. Si vous n'êtes pas ressortissant de l'UE, il faut demander un visa de niveau 5 « Tier 5 (Youth Mobility Scheme) Visa ». 

Les agences de placement : une jungle administrative

Les agences de placement classiques sont la voie royale pour trouver une famille d'accueil. Il en existe des deux côtés de la Manche. En France, l'UFAAP (Union française des agences Au-pair) regroupe une douzaine d'agences de placement françaises agréées. Londres regorge également d'agences spécialisées. Elles sont solidement ancrées dans la capitale, connaissent la ville et sont en contact direct et physique avec les potentielles familles d'accueil. Au Royaume-Uni, c'est la BAPAA (British Au-pair Agencies Association) qui recense les agences agréées. « L'avantage, c'est qu'elles font tout le travail à votre place » explique Mark Banin directeur de l'agence Hampstead AuPair, très sérieuse et recommandée par de nombreux contacts de notre journal. Elles reçoivent les candidatures, les étudient et les filtrent. Elles vérifient votre certificat médical afin de s'assurer que vous êtes en bonne santé physique et mentale. Un casier judiciaire (vierge cela va sans dire) peut vous être demandé. Les agences connaissent les familles et s'assurent de ne pas envoyer leurs Au-pairs dans des familles « à risque ». Elles fournissent également un meilleur suivi des au-pairs une fois placés, avec des correspondants locaux sur place et prêts à réagir en cas de pépins. Mais la qualité a un prix : il faut compter entre £100 et £400 pour les frais de dossier. 


La paperasse administrative ne vous fait pas peur ? Les agences en ligne sont faites pour vous. Aupairworld est une plateforme qui permet à des au-pairs et des familles d'entrer en contact. Il suffit de se créer un compte (l'inscription est gratuite pour les au-pairs) et de « candidater » auprès des familles. « Mais c'est vous qui vous occupez de tout » rappelle Mélyssa, jeune Rennaise de 20 ans et au-pair à Londres depuis 9 mois. Une fois votre profil créé, entrez vos critères de recherche et utilisez leur système EasyFind qui vous met en relation avec des profils d'utilisateurs actifs répondant à vos critères. 

Un statut particulier : ni nanny, ni femme de ménage 

Les au-pairs ne sont pas des employés ni des travailleurs aux yeux du droit britannique. En qualité d'au-pair, vous partez dans le cadre d'un échange culturel. Des tâches ménagères minimes peuvent vous être demandées par votre famille d'accueil mais ne doivent en aucun cas accaparer votre quotidien. L'objectif premier de votre séjour est le perfectionnement de vos connaissances linguistiques, vous n'êtes pas une nounou ni une femme de ménage. Une Nanny est une gardienne d'enfants professionnelle, avec un statut reconnu par le droit du travail britannique, des responsabilités particulières et un salaire. Les au-pairs ne sont pas des professionnels, ils/elles n'ont pas de salaire. Mais d'après le Home Office (le ministère de l'Intérieur, Ndlr), les au-pairs sont considérés comme « faisant partie de la famille d'accueil » donc inclus dans le foyer et bénéficient d'un argent de poche - pocket money - entre £75 et £90 par semaine. Le couvert et le logis sont pris en charge par la famille. Selon la Bapaa, le temps de travail peut aller de 25 à 30 heures par semaine maximum. Les au-pair doivent disposer de deux jours de libre par semaine au moins dédiés à des cours d'anglais et autres loisirs. « Une au-pair ne doit pas être traitée comme une servante » insiste Alastair, fondateur de findaupair.com.  

Le contrat : une obligation ? 

Il n'y a pas de contrat officiel pour les au-pairs au Royaume-Uni. Mais dans le cadre de l'accord européen sur le placement d'au-pair, le Conseil de l'Europe met à disposition un contrat-type à télécharger librement. Ce contrat n'est pas obligatoire. C'est à vous d'en parler avec votre famille d'accueil. L'intérêt de ce document est d'inscrire noir sur blanc vos obligations, celles de la famille, le délai de préavis pour résilier le contrat ? un certain gage de sécurité. Votre séjour se passe mal ou vous devez rentrer en France au plus vite ? Vous avez la possibilité de résilier votre contrat à tout moment, par simple lettre (pas besoin de recommandé). Il faut tout de même respecter la période de préavis qui aura été déterminé à l'avance et inscrit dans le contrat sauf en cas d'urgence ou de force majeure. 

Quelques conseils d'un au-pair

Jordan, jeune Sarthois de 23 ans est au-pair à Londres depuis août 2016 et accepte de partager ses conseils afin de vous aider à préparer et gérer votre séjour. 
Toujours établir un premier contact avec la famille, via Skype ou Face Time. « C'est important et rassurant de voir à qui on a à faire avant de partir », explique Jordan. 
Refaire son passeport ou sa carte d'identité, demander une carte européenne de santé, souscrire une assurance multi-risques, prendre un forfait téléphonique anglais ? « ces préparatifs paraissent évidents mais sont fondamentaux ». 
Combattez votre timidité. Il ne faut pas avoir peur de poser des questions, les parents aussi ont leurs craintes. « Parler de soi permet de s'ouvrir et d'apprendre à se connaître et ainsi briser les aprioris ». 
« S'intégrer à la famille et ne surtout pas se voir comme un employé ». C'est la clé d'une relation saine entre l'au-pair et la famille. Ne pas se laisser marcher sur les pieds. Avec les enfants, il faut savoir parfois dire « non » ou « stop ». Il faut poser un cadre dès le début, en discuter avec les parents afin de déterminer les limites. 
Prendre des cours d'anglais. Vous êtes là pour ça après tout. Les familles ne sont pas tenues de vous financer les cours, même si certaines acceptent volontiers de contribuer aux frais. « Ça m'a fait beaucoup de bien, j'ai rencontré beaucoup d'autres au-pairs de nationalités différentes. Les cours permettent à chacun d'échanger autour de ses expériences ». 

Antoine Engels (www.lepetitjournal.com/londres), le 17 avril 2017

PRATIQUE

Liste des agences agrées par l'UFAP

Liste des agences agrées par la BAPAA

Hampstead Aupair
020 7435 2000 / contact mail

Aupairworld.com
+49 561 310 561 17 / contact mail

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Dublin Appercu

Apple met en cause le « bon sens » de l’UE devant la justice

Apple a dénoncé mardi devant la justice européenne la décision de Bruxelles lui demandant de rembourser à l’Irlande 13 milliards d’euros d’avantages fiscaux, estimant qu’elle défiait « la réalité et l

Sur le même sujet