Mardi 21 septembre 2021
TEST: 2269

SOCIETE - And I now declare you…

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 13/10/2009 à 01:00 | Mis à jour le 13/11/2012 à 13:55

Un mariage typique anglais est en général anglican et il suit des règles bien particulières. Comment s'y retrouver parmi toutes ces traditions ? Suivez les guides, en entrant dans les pas des « bride et groom », de l'annonce des bans à la cérémonie

Selon une enquête du groupe Condé Nast Brides, un mariage à Londres coûte en moyenne 23.932 livres sterling (photo LR)

Si l'on désire uniquement une cérémonie civile en Angleterre, il faut signer un certificat devant un « registrar », un représentant officiel de l'Etat. Il faut se rendre dans un lieu habilité pour signer ces papiers : ce peut être une salle de réception ou même un parc.
Si l'on fait partie de l'église anglicane, le pasteur doit annoncer publiquement les bans durant 3 dimanches consécutifs, à la fin du sermon, afin que les éventuelles personnes contre le mariage se manifestent. Si chacun des mariés habite une autre région que celle où a lieu la cérémonie, ils doivent aussi demander à leurs pasteurs respectifs de faire de même. Si personne ne s'interpose, les vicaires signent les certificats qui permettent au mariage d'avoir lieu.

La gueule de bois avant la bague au doigt
Quelques jours avant le jour J, les fiancés ont bien sûr droit à leurs enterrements respectifs de vie de jeune fille et de jeune garçon. Pour les filles, on appelle ça « hen do », hen voulant dire poule. Et pour monsieur, ce sera une « stag do », stag voulant dire cerf. La fiancée est entourée de ses amies, toutes déguisées avec des accessoires girly et ridicules, et elles font la tournée des pubs. Idem pour le futur marié et ses copains, sans les accessoires, qui souvent préfèreront faire la fête dans les pays de l'Est ou du Sud, là où la bière est moins chère. 


Cérémonie bien huilée
Le matin du mariage, toutes les « bridesmaids » viennent habiller la mariée. Ces demoiselles d'honneur seront chargées tout au long de la journée de veiller au bien-être de la reine du jour. Responsabilité maximum pour la « chief bridesmaid » qui ne la quittera pas d'une semelle. En général, c'est la mariée qui choisit et paie pour les robes de ses demoiselles d'honneur.
Côté marié, le principal garçon d'honneur est le « best man », et c'est lui qui prend les décisions de dernière minute pour l'organisation et qui garde les alliances. Il est secondé par le « groomsman » qui distribue les programmes aux invités. Puis en fonction de la taille du mariage, toute une nuée de « ushers » place les invités au bon endroit. Ils sont tous reconnaissables à leurs boutonnières.
Puis la mariée arrive enfin et remonte l'allée de l'église au bras de son père. Elle est devancée par les « flower girls », les petites filles qui jettent des pétales. Juste derrière la mariée, la chief bridesmaid veille sur la traîne, et les demoiselles d'honneur ferment la marche.

Au programme de la cérémonie : sermons, chants, v?ux solennels, échanges de bagues et petite larme pour les plus émus. Pour les vrais traditionnalistes, le vicaire va ôter son écharpe officielle et entourer les mains jointes des mariés avec : c'est ce qu'on appelle « to tie the knot », c'est-a-dire faire un n?ud.
Une fois la célèbre « And I now declare you husband and wife » prononcée, les mariés se retirent dans une petite salle adjacente avec leurs témoins respectifs pour signer le « register » sous le contrôle du représentant ou du pasteur s'il est officiellement habilité par l'Etat. Dans l'église, quelques chants font patienter les invités. Puis les mariés peuvent enfin redescendre l'allée de l'église et attendre leurs amis dehors. C'est le moment des confettis, des photos, des félicitations, et puis bien sûr, c'est le tea time, avec gâteaux et autres sucreries.

Festivités finales
Plus tard dans l'après-midi débute le repas de noces. C'est le premier repas que partage le couple en tant que mari et femme donc on l'appelle le « wedding breakfast ». En général, ce sont les parents et les gens d'honneur qui partagent la « top table » avec les mariés. C'est au moment du dessert que le père de la mariée et le best man vont prononcer leurs discours. Puis les mariés coupent le gâteau sous les vivas de la foule, ouvrent le bal et c'est le moment pour tout le monde de se bouger sur la piste de dance, au son du disco, d'un groupe de rock ou même avec de la ceilih dance ? la danse typique écossaise.
Il est de bon ton pour les héros du jour de s'éclipser avant tout le monde. Et s'ils ont vraiment des amis taquins, la voiture qui les emmène à l'hôtel sera bien évidemment décorée avec kitsch, trainant même les fameuses boites de conserves vides et arborant fièrement la bannière « Just Married ». Et c'est parti pour la lune de miel !
Loyola Ranarison. (www.lepetitjournal.com-LOndres) mercredi 23 septembre 2009

Et pour la « wedding list » ?
Les grandes enseignes comme John Lewis ont leur département mariage. Il est cependant de plus en plus courant pour les époux de demander aux invités de faire des dons à l'ONG de leur choix en guise de liste de mariage.

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 Commentaire (s) Réagir
Sur le même sujet