Dimanche 25 février 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

ÉVELYNE DORAT - Grande résistante et vedette oubliée

Par Lepetitjournal Londres | Publié le 26/06/2015 à 13:53 | Mis à jour le 29/06/2015 à 08:33

Rencontre avec une star des années 1950, qui a aussi combattu les Nazis pendant la Seconde Guerre mondiale.

Évelyne Dorat (Yvette Coulomb de son vrai nom) est une grande dame. A 93 ans passés, elle possède encore une élégance et une classe souveraines. Sous les sillons de l'âge, on devine la jeune fille espiègle et pleine de vie qui a défrayé la chronique à maintes reprises dans les années 1950. Et pourtant, qui se souvient encore de la grande chanteuse de cabaret qu'elle était? Qui se rappelle aussi des actes héroïques de cette gamine de 20 ans pendant la Deuxième Guerre mondiale ? Discrète, Évelyne s'est rarement mise en avant tout au long de sa vie. Contactée à l'occasion du 70e anniversaire de la fin de la Seconde Guerre mondiale, elle évoque du bout des lèvres son rôle de résistante pendant cette période. Les toilettes de son appartement londonien témoignent qu'elle n'est pas forcement à l'aise avec les lauriers. C'est dans cet espace que sont accrochées toutes ses récompenses et médailles de guerre, dont la croix du combattant de l'Europe. La légion d'honneur reçue le 11 mai dernier est sa toute dernière, et non pas moins glorieuse médaille, à figurer sur le mur du "petit coin".

Dernière décoration en date: la légion d'honneur en mai dernier. Ultime signe de discrétion, elle a caché son nom sur les diplômes qu'elle a reçus

A leurs côtés trône un grand diaporama de photos. On la voit en compagnie de ses amis artistes, à l'orée de la gloire dans les années 1950 et 1960. Aznavour, Delon, ou encore Piaf, autant de grands noms qui ont côtoyé la star dans l'euphorique période de l'après-guerre. Mais revenons-en aux années 1940. Lors de la Seconde Guerre mondiale, la jeune Éveline n'a que 19 ans. C'est une jeune étudiante qui vit à Toulon auprès de sa famille. Très rapidement, la jeune fille décide d'agir contre les Allemands. «J'étais patriote», explique-t-elle sans plus d'explications. Alors que ses parents la croient partie faire carrière dans la musique, elle s'engage dans un réseau de résistants sous le commandement d'un certain Maurice Cahuzac. «Ils n'ont jamais su que j'étais dans la résistance, j'étais assez discrète». Non seulement Évelyne est la seule femme du groupe, mais en plus elle se spécialise dans le codage, une fonction assez rare à l'époque.

«Je relevais les codes, les décryptais, et les transmettais à quelqu'un qui les envoyait à Londres. J'ai appris sur le tas »

Cette vie dangereuse connait son lot d'imprévus. Pour un maximum de protection, les membres du réseau changent régulièrement de lieux. «On se cachait dans des auberges minables, ou dans des palaces si Londres nous envoyait assez d'argent», s'amuse Éveline.

La résistante est aussi chargée de la transmission de messages et d'armes. Elle effectue notamment de nombreux voyages entre Limoges et Bordeaux pour transmettre "un signal", un message secret. « On vivait avec une épée de Damoclès au dessus de la tête. Je me souviens de ce jour où je transportais des bombes dans mon sac posé sur mon guidon. Je n'arrivais pas à avancer sur les pavés de Bordeaux, et je me répétais cette chansonnette pour tenter d'oublier ce que je transportais : "Dans le creux béant d'un grand chêne, des fourmis rouges font la chaîne" (NDLR chanson de Jean Tranchant).»

L'insouciance de la jeunesse n'empêche pas la jeune femme de craindre pour sa vie. «Il y avait des moments où j'avais peur, je regardais avec méfiance les gens qui me suivaient ».

Évelyne est une jolie fille qui fait tourner la tête des garçons, ce qui a parfois eu son utilité. « Un jour à Marseille, un officier allemand me demande si je veux voir des chars. J'ai dit que bien sûr que cela me plairait. Il m'a donc amené auprès d'eux. Les hommes ont sifflé en me voyant arrivant. Mais pour ma part, en voyant ces 22 chars d'assaut camouflés avec des branches d'Italie et prêts à partir en Italie,

je me suis exclamée : "Oh que c'est beau!". J'ai tout repéré, puis j'ai prévenu le chef du centre d'antenne, qui a ensuite prévenu Londres ».

Une carrière de chanteuse dans le monde entier

Évelyne Dorat du temps de sa gloire

La fin des années difficiles arrive enfin. Évelyne préfère oublier la guerre, et ne sollicite aucune récompense. «Dès la Libération, c'était le panier de crabes! Certains qui n'avaient rien fait étaient médaillés, ont eu des tas de privilèges. Moi je n'ai jamais rien demandé! »

Elle qui a toujours aimé chanter décide d'en faire son métier pour gagner quelques sous. « Il fallait bien faire quelque chose, je me suis dit, pourquoi pas! Juste après guerre, je me suis rendue à une audition où j'ai rencontré Aznavour». Rapidement, le succès s'installe. Les chansons d'Évelyne, dans le style cabaret de l'époque plaisent.

«C'était de la bonne chanson française, pas des tubes yéyé. Et je ne hurlais pas du rock, j'étais une élégante chanteuse»

Un de ses premiers contrats d'après-guerre l'amène à Beyrouth. «Un riche Libanais avait acheté le yacht d'Hitler. Nous l'avons visité avec Édith Piaf. Il était magnifique, le bar était une mappemonde destinée à sa maitresse Éva.»

Finies les années noires, place aux années lumières. Évelyne ne cesse durant toute sa carrière d'artiste de voyager au


x quatre coins du globe.

Aujourd'hui, elle aime se replonger dans les souvenirs de ses heureuses années

« Je partais chanter dans le monde entier, en Asie du sud-est, au Brésil, aux États-Unis, partout. J'adorais aller à la mer. Je pense que j'ai fréquenté tous les Club-Med de l'époque. Le directeur était l'un de mes amis », raconte Évelyne avec les yeux qui brillent.

Elle côtoie alors les plus grands, comme en témoignent ses albums photos qu'elle aime à feuilleter, Arletty, Tino Rossi, Charles Trenet... Des jeunes gens magnifiques, sur les plages de sable fin, comme sur les scènes de spectacles, s'égaillent au grès des pages. Côté vie privée, Évelyne n'a pas eu d'enfants, mais elle s'est mariée au début des années 1960. Un mariage avec un riche Anglais directeurs de plusieurs hôtels qui la mènera à Londres, malgré son amour des palmiers et du sable fin. Le plus grand regret d'Évelyne est de ne pas avoir pu rencontrer le général De Gaulle.

 

Désormais, la vieille dame est seule. La plupart de ses amis sont décédés. Il lui reste toutefois ses nombreux souvenirs pour lui permettre de s'évader, et toutes ces photos réunies auprès d'elle, rappelant quelle grande dame elle fut. A la fois héroïne et vedette. Une étoile oubliée.

 

Julie Philippe (Lepetitjournal.com/Londres) - vendredi 26 juin 2015

lepetitjournal.com londres

Lepetitjournal Londres

Média de référence des français et francophones de la capitale britannique. Actu, bons plans, bonnes adresses...
0 CommentairesRéagir

Actualités

INSOLITE

Meghan Markle reçoit une menace de mort

Comme si les préparatifs du mariage princier et l’apprentissage du protocole de la Couronne britannique n’étaient pas suffisants… Meghan Markle doit faire face à des menaces de mort… et encore des pro

Communauté

POLITIQUE

Le Brexit… débattu par des étudiants français au King’s College

Oui, les jeunes se préoccupent du Brexit – et ils maîtrisent le sujet. Pour le premier débat organisé par la Fédération Française de Débats du Royaume-Uni (FFD UK), huit étudiant(e)s ont échangé des a

Que faire à Londres ?

INSOLITE

Une nouvelle idée pour personnaliser votre voiture

Vous cherchiez une idée de cadeau pour Noël ou un anniversaire ? Les Britanniques l’ont trouvée : les plaques d’immatriculation personnalisées. Plus de 370 000 ont trouvé acquéreur l’an dernier en Gra

Vivre à Londres

ENVIRONNEMENT

Toute la vérité sur la météo de Londres

« Si les bars à Londres avaient des terrasses comme à Paris, on y boirait des verres de pluie », ironisait William Somerset Maugham. Mais la météo de la capitale londonienne est-elle si morose ?

Sur le même sujet