Roman - La dernière enquête de Dino Buzzati de Alexis Salatko

Par Fernando Couto e Santos | Publié le 30/05/2022 à 20:56 | Mis à jour le 30/05/2022 à 21:19
Photo : ©Mollat
Alexis Salatko

Écrivain et scénariste, auteur entre autres de Horowitz et mon père récompensé par de nombreux prix littéraires, Alexis Salatko vient de publier aux éditions Denoël La dernière enquête de Dino Buzzati, un roman où le célèbre écrivain italien, mort en 1972, fait, entre mémoire, rêve et réalité, le bilan de sa vie en un allègre requiem.

 

Alexis Salatko : écrivain et scénariste français

À regarder de très près sa bibliographie, on dirait que l´écrivain et scénariste français Alexis Salatko (de son nom complet Alexis Wladimir Marie Salatko-Petryszcze) qui vient de fêter il n´y a pas longtemps son soixante-troisième anniversaire (le 1er janvier) a une prédilection dans ses nombreuses fictions -autour d´une quinzaine- pour les grands artistes. Il a déjà consacré des romans à des figures comme l´écrivain Louis-Ferdinand Céline, Céline´s band, ou le pianiste Wladimir Horowitz, Horowitz et mon père qui a été couronné de quatre prix littéraires dont le Jean Freustié. Il faut rappeler qu´Alexis Salatko est lui-même petit-fils d´un pianiste d´origine russe.

N´ayant rien publié depuis 2013, il revient en trombe en ce début d´année avec un magnifique hommage rendu à un grand nom de la littérature italienne : Dino Buzzati.

Né en 1906 à San Pellegrino di Belluno, en Vénétie, Dino Buzzati a été peintre, journaliste pendant plusieurs décennies du grand quotidien milanais Corriere della Sera -où il a officié, au début, dans la rubrique des faits divers, ou des «chiens écrasés», d´après l´argot journalistique français d´une certaine époque-, et écrivain, connu pour son roman culte Le Désert des Tartares. Il a écrit, bien entendu, nombre d´autres fictions où le fantastique jouait un rôle prépondérant et dont le rapprochement avec Kafka ne l´a pas toujours réjoui. La critique littéraire des œuvres de Buzzati a souvent souligné que son activité journalistique avait influencé ses écrits dans la mesure où ses récits fantastiques étaient rédigés dans un style très réaliste. Buzzati lui-même a fait un commentaire à ce sujet : « Il me semble que le fantastique doit être aussi proche que possible du journalisme. Il ne s'agit pas de banaliser les choses, même si en fait il y a un peu de cela. Disons plutôt que l'efficacité d'une histoire fantastique est liée à l'emploi de mots et de paroles les plus simples et les plus concrets possible ».


La dernière enquête de Dino Buzzati : un roman roman joyeux et pétillant

Le roman d´Alexis Salatko, intitulé La dernière enquête de Dino Buzzati, se centre sur l´année et demie précédant la mort de Dino Buzzati. Le célèbre écrivain fut victime d´un cancer du pancréas et s´est éteint le 28 janvier 1972, il y a donc un demi-siècle.

Après avoir appris qu´il souffrait de la même maladie qui avait emporté son père, Dino Buzzati, au lieu d´accueillir la nouvelle avec effroi, affronte l´ennemi et le regarde en face.

Le roman commence par le chapitre «L´expédition» où l´écrivain se remémore sa jeunesse et fait un rêve bizarre où l´on retrouve Benito Mussolini. L´expédition est en fait une escalade en montagne commandée par le Duce qui, à un moment donné, se métamorphose en chef énergique et énervé et pond un discours guerrier : «Nous ne sommes pas ici par hasard mais pour repousser l´influence germanique trop présente dans cette partie de l´Italie ! (L´Autriche est à quelques kilomètres). Nous allons frapper un grand coup, ragazzi, pour impressionner ce crétin d´Hitler, cet être cruel et sans cervelle qui a copié sa révolution sur la mienne et va finir par ruiner mon idée. Cet affreux dépravé sexuel est un fou dangereux et ce serait la fin de notre civilisation romaine si son pays d´assassins et de pédérastes devait envahir le continent. Aussi allez-vous vous dresser et marcher derrière votre Duce pour planter le drapeau de la liberté là où seuls les archanges sont parvenus à grimper !»

Cheminant entre mémoire, rêve et réalité, le narrateur -l´écrivain Dino Buzzati- nous livre ses réflexions au fur et à mesure du déroulement de l´histoire. Pendant ce temps, au Corriere della Sera, quotidien auquel il collabore depuis quarante ans, on lui propose d´enquêter sur un phénomène étrange survenu dans un petit village du sud de l´Italie : les habitants d´un immeuble misérable ont été découverts pétrifiés ! Il fait le déplacement et se retrouve dans la localité imaginaire d´Attesa (attente, en italien) où il est reçu par un instituteur qui répond au nom de Simeoni et descend dans le même hôtel que Mlle Fausta Citarelli dans les traits de laquelle il retrouvera plus tard le souvenir d´une autre demoiselle importante dans son enfance. On y découvre un mystérieux Naël Mansour et l´on visite les locaux des anciens abattoirs de Carnecittà (mot construit à partir de Cinecittà, complexe de studios cinématographiques, fondé en 1937 à Rome).  

Dans ce roman joyeux et pétillant d´imagination où l´on voit circuler d´une façon ou d´une autre Fellini, Malaparte, Fausto Coppi, Gino Bartali, Indro Montanelli et autres figures italiennes, la dernière enquête de Buzzati devient une enquête sur Buzzati. L´écrivain fait donc le bilan de sa vie en un allègre requiem. Une vie avec ses heurs et ses malheurs comme tout autre vie puisque souvent, comme on nous le rappelle à la page 147 : «l´humanité n´est pas constituée d´hommes admirables et d´hommes dégoûtants ; les deux peuvent trouver à se loger dans chaque être, tantôt saint, tantôt salaud ; impossible de les séparer et donc de les juger».

 

Alexis Salatko, La dernière enquête de Dino Buzzati, éditions Denoël, Paris, janvier 2022.    

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale