TEST: 2268

Littérature – "La décision", un roman bouleversant de Karine Tuil

Par Fernando Couto e Santos | Publié le 23/03/2022 à 23:24 | Mis à jour le 24/03/2022 à 12:30
Karine Tuil

Après l´énorme succès du roman Les choses humaines, couronné du prix Interallié et du Goncourt des Lycéens en 2019, les éditions Gallimard viennent de publier un nouveau titre de Karine Tuil, La décision, où l´auteur nous entraîne dans le quotidien d´une juge d´instruction antiterroriste. Un roman bouleversant.

 

Karine Tuil, un des écrivains français qui se démarque ces dernières années  

Auteur de plus d´une dizaine de romans, Karine Tuil est devenue ces dernières années un des écrivains français de sa génération forçant le plus l´admiration. Née à Paris en 1972, elle a publié son premier roman, Pour le pire, en 2000, chez Plon, un roman qui inaugurait la collection «Jeunes auteurs» et relatait la lente décomposition d´un couple. Si dans ses premiers romans les thèmes tournaient autour de la mélancolie, la crise existentielle et le rapport au judaïsme -elle est née d´un père juif tunisien-, il y eut plus tard un tournant vers une approche plus sociale et critique -sans qu´elle se soit pour autant départie des premiers thèmes de sa prédilection-, une nouvelle approche signalée par Éric Loret dans son article «Karine Tuil, voix singulière du roman français», paru dans Le Monde des Livres le 31 août 2016. On pourrait ajouter que Karine Tuil met en exergue dans ses fictions les contradictions des individus et les hypocrisies et misères de la société contemporaine. Ces misères sont étalées au grand jour, par exemple, dans un roman paru en 2007 aux éditions Grasset, intitulé Douce France, un roman sur les souffrances des immigrés, un roman où une jeune femme sans histoire est arrêtée par erreur avec des immigrés clandestins et, au lieu de protester, elle endosse l´identité d´une Roumaine sans papiers et devient prisonnière volontaire d´un centre de rétention administrative de la région parisienne. Les derniers romans ont été particulièrement applaudis : d´abord L´insouciance en 2016, puis Les choses humaines en 2019 qui fut couronné du Prix Goncourt des Lycéens et du Prix Interallié, tous les deux publiés chez Gallimard.


Nouveau roman de Karine Tuil

Dans son roman le plus récent, La décision, paru en janvier, toujours chez Gallimard, Karine Tuil - qui a fait des études de droit - nous entraîne dans le quotidien d´une juge d´instruction antiterroriste. Mère de trois enfants et mariée depuis plus de vingt ans à un écrivain à succès en panne d´inspiration, du nom d´Ezra Halevi, juif, la juge Alma Revel doit se prononcer sur le sort d´un jeune homme -curieusement marié à une femme d´origine portugaise, Sónia dos Santos, convertie à l´islam- suspecté d´avoir rejoint l´État islamique. Tout cela se déroule en 2016, neuf ans après qu´Alma Revel eut intégré le pôle d´instruction antiterroriste et quatre ans après qu´elle en fut devenue la coordinatrice. Au dilemme professionnel de devoir se prononcer sur le sort d´Abdeljalil Kacem qui était parti en Syrie en 2014 avant de rentrer en France, Alma Revel entretient une liaison avec un avocat, Emmanuel, qui représente le mis en examen. Ses choix risquent donc de bouleverser non seulement la vie du pays, mais aussi sa vie intime.

L´histoire est racontée par Alma Revel elle-même et le récit est parfois entrecoupé par les comptes-rendus des interrogatoires entre la juge et le prévenu Abdeljalil Kacem qui avoue certes son adhésion à un islam rigoureux, mais affirme avoir été trompé par la propagande du califat.

Alma Revel -dont le père s´était engagé dans la lutte armée, avait été en taule et avait fini par sombrer dans les drogues dures avant de s´éteindre à la fin des années quatre-vingt- avait encadré sur son bureau une phrase de Marie Curie : «Dans la vie, rien n´est à craindre, tout est à comprendre». Toujours est-il que parfois on ne comprend rien. Cependant, Alma Revel s´interroge sur le parcours idéologique et religieux des mis en examen, s´ingénie à cerner leur personnalité, à savoir s´ils sont capables de composer avec les gens qui ne pensent pas comme eux, s´ils font la distinction entre les mécréants et les non-mécréants et sur leur projet de vie. Elle leur serre toujours la main quand ils entrent dans leur bureau même quand ils sont accusés de crimes abominables, c´est sa façon d´affirmer la primauté de l´humanité sur la barbarie. Le problème c´est si elle est capable ou pas de croire en leurs paroles, s´ils sont honnêtes quand ils répondent à ses questions puisque souvent ils écument de rage et la haine perce dans leurs yeux : «Cette haine de la France, exprimée par des jeunes qui y sont nés pour la plupart, qui y ont grandi, c´est toujours une incompréhension totale. Certains ne se sentent même pas français, revendiquent une autre nationalité. On ne sait jamais de quoi cette haine est le produit. D´un lavage de cerveau ? D´un rejet social ? D´une humiliation ? De la transmission d´une humiliation ? D´un processus carcéral qui les a mis en relation avec les mauvaises personnes ? D´un processus judiciaire ?». Ces jeunes, comme le rappelle encore Alma Revel, vont sur Internet chercher des réponses à leur mal-être. Ils y rencontrent des messages primaires, mais efficaces. Leurs ennemis, ce sont les juifs, les Américains et la société française, le mercantilisme, le capitalisme ou la pornographie qui ne viseraient qu´à humilier l´islam et les musulmans. On offre à ces jeunes, parfois des délinquants à l´histoire personnelle compliquée, un récit orchestré autour de la dévotion, les recruteurs transformant la violence sociale en violence idéologique et religieuse. La décision d´Alma Revel concernant Abdeljalil Kacem, quelle qu´elle soit, peut avoir des conséquences imprévisibles…

Ce roman bouleversant nous entraîne au cœur de l´âme humaine et nous livre aussi une réflexion sur les dilemmes professionnels d´une juge antiterroriste dont les décisions risquent de chambouler sa vie et celle de son pays.

Ce n´est pas par hasard si chaque roman de Karine Tuil est attendu avec un énorme enthousiasme. C´est que ses livres ne nous laissent jamais sur notre faim…

 

Karine Tuil, La décision, éditions Gallimard, Paris, janvier 2022.

 

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale