Porto – "Genius or Vandal ?" Banksy et son mystère exposés à Porto

Par Thomas Ladonne | Publié le 03/05/2022 à 23:50 | Mis à jour le 03/05/2022 à 23:50
Banksy exposition à Porto

Depuis le 20 avril et jusqu’au 4 septembre 2022, 70 œuvres du mystérieux artiste urbain Bansky seront exposées au Centre de Congrès Alfândega dans la ville de Porto.


Qui est Banksy ?

Depuis maintenant 30 ans, des œuvres de street art, de la main d’un même artiste, apparaissent de manière aléatoire partout dans le monde. Elles sont signées simplement « Banksy ». Mais la question perdure : qui est Banksy ?

Il est possible de dresser une identité robot de l’artiste. Le conditionnel s’applique bien entendu à chaque supposition. Il serait un britannique né au milieu des années 1970. Il aurait vécu à Easton, Bristol et Londres, villes dans lesquelles il s’est fait remarquer au départ. Evidemment, ses œuvres sont à l’origine combattues par le gouvernement britannique. Il dépeint en effet les maux de la société, en mettant en avant une sensibilité antisystème, anarchiste, antimilitariste, anticapitaliste. Ses graffitis sont d’une finesse artistique éloquente. Il associe humour et impact avec réalisme, dénonciation et engagement. En utilisant beaucoup d’animaux, de silhouettes, de stars, il parvient à s’exprimer en critiquant la société de manière virulente, mais aussi en lui donnant de l’espoir. Ses différentes œuvres sur le mur de séparation entre Israël et la Palestine en sont un exemple très fort, comme Beach Boys, représentant deux enfants surplombés par une brèche dans le mur laissant apparaître une plage paradisiaque.

De nombreuses théories sur son identité persistent, mais 30 ans après l’apparition de ce génie du vandalisme, et malgré des apparitions sur les réseaux sociaux, il faut se rendre à l’évidence : Banksy est Banksy et on ne le connaît toujours pas. L’attente des nouvelles œuvres qui apparaissent tantôt au Moyen-Orient, tantôt à Londres, tantôt n’importe où dans le monde, contribue au mystère, et à la qualité de son art.


Une exposition de 70 œuvres variées de Banksy

A Porto, au centre Alfândega près du fleuve Douro, une exposition des œuvres de l’artiste a ouvert ses portes le mercredi 20 avril. Elle se tiendra jusqu’au 4 septembre prochain. Baptisée « Genius or Vandal », cette exposition revient sur les travaux de l’artiste, son identité secrète et les interrogations que son art suscite : est-ce du génie ou du vandalisme ? L’exposition avait déjà été présentée à Lisbonne il y a trois ans. Une fois de plus c’est une exposition des œuvres de Banksy, sans autorisation de l’artiste lui-même. Toutes les expositions dédiées à Banksy se sont montées sans son autorisation. Et, pour cause !

70 œuvres seront exposées, dont plusieurs issues de la série La petite fille au ballon, graffiti signature de Banksy, représentant une petite fille en gris tendant les mains vers un ballon rouge en forme de cœur. Un des plus gros succès de Banksy, qui montre qu’il y a toujours de l’espoir. Petite anecdote : en 2018, une reproduction de l’œuvre faite par l’artiste lui-même avait été vendue aux enchères. Seul souci : lorsque l’enchère a été adjugée, le cadre et l’œuvre se sont autodétruits. Banksy avait préparé cet événement pour le cas justement où le propriétaire initial aurait voulu la vendre aux enchères. Encore une forte critique de la société capitaliste.


Des indices sur l’identité de Banksy

Le promoteur de l’exposition PEV Entertainment, promet « une immersion dans l’univers mystérieux créé par Banksy ». A l’entrée de l’exposition, les visiteurs seront accueillis par une « impressionnante installation audiovisuelle ». Cette installation a été conçue spécialement pour l’exposition à Porto et elle révèlerait certains indices sur l’identité de Banksy… Coup de communication ou réels indices pour qui veut mener l’enquête ? La réponse se trouve à Porto, au Centre de Congrès de l’Alfândega, jusqu’au 4 septembre prochain.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale