Exposition – "Traverser la nuit" au MAAT à Lisbonne

Par Thomas Ladonne | Publié le 12/04/2022 à 21:48 | Mis à jour le 14/04/2022 à 13:13
Photo : ©T. Ladonne
Exposition Traverser a nuit à Lisbonne

Depuis le 12 mars, l’exposition « Traverser la nuit » construite autour de la collection Antoine de Galbert est présentée au Musée d’Art, d’Architecture et de Technologie (MAAT) à Lisbonne. Exposition à découvrir jusqu’au 29 août 2022.
 

Exposition au MAAT à Lisbonne
©MJ. Sobral

 

Première exposition de la collection Antoine de Galbert au Portugal

« Traverser la nuit » est une exposition construite à partir des œuvres de la collection du mécène Antoine de Galbert. Cette riche collection est orientée vers l’art contemporain. Bien que le collectionneur prête souvent des œuvres à des institutions culturelles hors de la France, c’est la première fois qu’une exposition entière est mise sur pied au Portugal.

« Traverser la nuit » s’inscrit dans la Saison croisée France-Portugal 2022 qui est lancée depuis le 16 février à Lisbonne. Noëlig Le Roux, commissaire de l’exposition, explique au Lepetitjournal/Lisbonne qu’il a « senti une envie de la part de João Pinharanda (le directeur du MAAT ndlr) de montrer de l’art contemporain international au MAAT à Lisbonne ». L’exposition représente un point-clé de la nouvelle programmation du MAAT et montre que l’art contemporain international a fortement sa place à Lisbonne.

 

Exposition "Traverser la nuit"
©T. Ladonne


Traverser la nuit : une exposition dans l’air du temps

« Traverser la nuit » est exposée dans le bâtiment plus ancien du MAAT, fait de briques rouges. C’était en fait, à l’époque, une centrale électrique qui alimentait Lisbonne. C’est ce lieu qui a concrétisé la thématique de la nuit, et le choix du lieu : Lisbonne. En effet, le commissaire nous explique que « les centrales électriques au début du XXe siècle ont permis de transformer notre relation à la nuit, en donnant la lumière dans les foyers, dans la ville, dans les lieux de fête ». Ceci donne tout son sens à la thématique. Mais l’idée d’exposer sur le sujet de la nuit s’inscrit aussi dans l’air du temps.

C’est bien avec la pandémie de Covid-19 que l’exposition fait écho. « Le contexte particulier de la pandémie a fait émerger la thématique de la nuit. Nous vivons des temps différents. Les couvre-feu ont réellement bouleversé notre lien avec la nuit » explique Noëlig Le Roux. Quand il était de nouveau possible d’imaginer organiser des expositions, ce commissaire ayant travaillé longtemps au contact de la collection Antoine de Galbert, a tout de suite vu l’opportunité de raconter cette histoire des temps modernes, en invitant le visiteur à traverser la nuit, parce que la nuit, elle, traverse les temps. Toujours sur ce thème de la traversée, Noëlig Le Roux souligne combien « la nuit traverse la collection d’Antoine de Galbert avec de nombreuses thématiques et était donc propice à être le thème réunissant ces œuvres ».

Exposition au Maat à LIsbonne
« corner » : Alexander Tsikarishvili, Lonely in the corner, 2018.

 

L’art contemporain mis à l’honneur

La collection Antoine de Galbert étant essentiellement composée d’œuvres d’art contemporain, c’est naturellement que « Traverser la nuit » s’est constituée. Mais le commissaire de l’exposition montre que ce ne sont pas uniquement des œuvres d’art contemporain. « Ce sont des œuvres qui parlent de leur temps tout en donnant un point de vue sur notre contemporanéité » dit-il. C’est sur cet aspect que l’exposition est intéressante : elle dépeint une époque actuelle en utilisant des œuvres d’hier. Au final, on se rend compte que la nuit évolue à travers le temps.

Au sous-sol de l’exposition, une salle est consacrée à des artistes majeurs constitutifs de la collection Antoine de Galbert. C’est un hommage qui leur est rendu pour réellement inscrire l’art contemporain au cœur de « Traverser la nuit ».

En somme, cette exposition remplie ses objectifs de traverser la nuit, de mettre l’art au centre des thématiques contemporaines, et qui permet de s’évader le temps d’une visite.

 

0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Lisbonne !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Maria Sobral

Rédactrice en chef de l'édition Lisbonne.

À lire sur votre édition locale