Jakarta - Pantjoran Tea House, un restaurant à découvrir dans le quartier de Glodok

Par Valérie Pivon | Publié le 27/01/2022 à 21:30 | Mis à jour le 28/01/2022 à 06:03
Salle du restaurant Pantjoran tea house à Jakarta

En cette période de préparation du nouvel an chinois, c’est l’occasion de découvrir le vieux quartier chinois historique de Jakarta. Nous vous proposons une adresse pour finir en beauté votre balade : la Pantjoran Tea House.

L’histoire derrière ce bâtiment typique des années 1900

Ce bâtiment situé sur l’une des artères principales du quartier chinois fut construit en 1928 et abrita la pharmacie "Apoteek Chung Hwa" jusque dans les années 1990. Abandonné durant vingt ans, le bâtiment est racheté et transformé en restaurant en 2015.

Quartier chinois Glodok

La décoration intérieure est repensée car il ne reste rien du bâtiment initial. Carreaux de ciment, cloisons sculptées en bois, lanternes, fenêtres, vieux meubles chinois sont réunis pour donner à l’endroit un charme délicieusement suranné.

Pancoran tea house restaurant

 

On y vient pour :

Tout d’abord l’ambiance et y trouver un peu de calme et de fraicheur après avoir visité les petites ruelles très vivantes du quartier de Glodok.

On y mange :

En fonction de l’heure, on peut déguster d’excellents dim sums (raviolis à la vapeur ), assister à une dégustation de thé ou simplement déjeuner et choisir à la carte d’excellents plats chinois.

On choisit sa table :

Le restaurant est situé au premier étage de la maison. On peut choisir la table la plus proche de la fenêtre, ou réserver si l’on est en groupe une grande table séparée de la salle par des cloisons en bois sculptées.

 

Patekoan - 8 pots verts et blancs alignés ou une tradition qui perdure

Patekoan tradition partage the

Devant l’établissement se dresse un plateau de bois sur lequel sont disposées des théières et des tasses vertes et blanches. Cela correspond à une tradition qui remonte à 1659 et qui consiste à offrir du thé gratuitement aux gens de passage.

 

Lorsque Gan Djie, un marchand chinois, s’installe à Batavia (aujourd'hui Jakarta) en 1659 pour y établir son commerce, il achète une maison aux portes de la ville, dans ce quartier qui deviendra Glodok. En 1663, il est nommé par les Néerlandais Kapitein der Chineezen (capitaine chinois), en quelque sorte un responsable de quartier. Gan Djie fut un dirigeant éminent de la communauté chinoise semi-autonome, jusqu'à sa mort en 1666. Sa femme reprit son poste jusqu'à sa retraite en 1678.

 

Le capitaine Gan Djie et son épouse étaient reconnus pour leur gentillesse et leur solidarité envers toutes les communautés. Devant les bureaux du capitaine, il y  avait toujours huit théières remplies de thé à disposition pour les colporteurs et pour les personnes fatiguées. Ils pouvaient ainsi s’abriter de la chaleur tout en buvant du thé gratuitement. À cette époque, les cafés, les restaurants ainsi que les autres vendeurs de nourriture et de boissons étaient rares.

Le thé étant fait avec de l’eau bouillie, c'est une boisson très répandue et saine. Le thé est arrivé en Indonésie par l’intermédiaire d’un botaniste hollandais Andreas Cleyer. Il envoyait régulièrement du Japon des feuilles de thé à Batavia via la compagnie des Indes Néerlandaises. C’est ainsi que le thé se démocratisa dans l’archipel.

Aujourd’hui d’ailleurs les indonésiens ont pris pour habitude de faire bouillir l’eau avant de la consommer, ce qui leur évite de nombreux problèmes de santé.

Depuis, le terme "Patekoan", dont pat signifie huit en chinois et teiko théière désigne le quartier où résidait le capitaine. A son ouverture, la Pantjoran Tea House décide de remettre cette tradition de l’hospitalité à l’honneur.

 

Adresse : Pantjoran Tea House - Jl Pantjoran Raya n 4-6 - Glodok

Ouvert de 7h à 20h.

 

Sur le même sujet
Valerie Pivon

Valérie Pivon

Responsable éditoriale, expatriée depuis 16 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale