TEST: 2263

Bimo est musicien : «mon choix s’est porté sur La Foule d’Edith Piaf»

Par Valérie Pivon | Publié le 27/05/2021 à 21:30 | Mis à jour le 10/06/2021 à 10:38
Photo : Bimo et son groupe RangkaiMusik
Bimo et son groupe Rangkai musiK

Quand de talentueux musiciens indonésiens interprètent un classique de la chanson française, ça nous donne des frissons. Rencontre avec Bimo, le chanteur du groupe Rangkai Musik.

Aujourd’hui, nous avions envie de vous offrir un petit moment de poésie, en vous faisant écouter une très belle interprétation de la chanson « La Foule » d’Edith Piaf par le groupe indonésien Rangkai Musik. Nous avons rencontré Bimo, chanteur et musicien du groupe.

 

Bimo n’est pas un inconnu de l’équipe Lepetitjournal.com de Jakarta : il travaille à l’Institut Français d’Indonésie en tant qu’adjoint de l’attaché culturel depuis plusieurs années et nous avons souvent eu l’occasion d’échanger avec lui.

Bimo : ses études universitaires en France 

Bimo est un musicien, il joue de nombreux instruments et avant tout, des instruments traditionnels indonésiens. Il a en effet étudié la musicologie, d’abord en apprenant à jouer du gamelan à Yogyakarta. Il a ensuite fait le choix de poursuivre ses études en France, plus précisément à Rennes où il est resté 4 ans et demi : « je ne savais pas du tout à quoi m’attendre en arrivant en France » nous confie le jeune homme. « Quand je suis arrivé pour la première semaine de fac, je n’avais pas d’ami. Entre les classes, je jouais de la flûte que j’avais dans mon sac. Un prof a vu que c’était une flûte javanaise. Il m’a invité à le suivre dans son bureau. Il avait plein de documents sur la fabrication du grand gong à Solo - un procédé très traditionnel et sacré, similaire à la fabrication d’un kriss. Il avait fait son doctorat sur ce sujet. En réalité, c’était le doyen de la fac. Cette rencontre m’a conforté dans le fait que j’étais, en fait, bien tombé ».

Grâce au doyen passionné, Bimo rencontre le propriétaire d’un gamelan et continue à jouer. Un mois après son arrivée, il monte une association pour former des Rennais à jouer du gamelan. Au bout de 7 mois, ses élèves se produisent sur la scène d’un parc rennais pour la fête de la musique.

Dans cette promo se trouvait également la chanteuse Vira Talisa. À l’époque, elle n’avait encore jamais joué de musique. Elle a appris la guitare avec Bimo. Elle est ensuite devenue célèbre en Indonésie, avec des morceaux inspirés notamment de Françoise Hardy.

« Le fait de savoir jouer d’un instrument traditionnel m’a permis de jouer et de voyager partout en France. Je me suis fait un nom; j’ai été invité à de nombreux festivals, tel que le festival du film asiatique à Vesoul ».

 

Rangkai Musik interprète Edith Piaf avec brio

Aujourd’hui, Bimo se produit avec son groupe Rangkai Musik. « Nous jouons plutôt de la musique traditionnelle. Mais pour la fête de la francophonie, l’Institut Français m’a demandé d’interpréter une chanson française. J’aime beaucoup Charles Azenavour mais c’est trop difficile à chanter, mon choix s’est porté sur « La Foule » d'Edith Piaf, parce que La Vie en Rose tout le monde connaît ».

Rangkai Musik, c’est trois amis : Bimo au chant, à la flute et au gender (instrument traditionnel indonésien), Mirza à la guitare et Rai à la contrebasse.

Un mini-album en préparation pour Bimo

Rangkai Musik s’est produit à plusieurs reprises sur scène, juste avant le covid, ils ont participé à un concert à MBlok, nouveau lieu de la scène branchée à Jakarta. Le groupe a pour projet de sortir un mini-album : « nous avons écrit cinq titres en indonésien ». Nous avons suggéré à Bimo d’y intégrer cette très belle interprétation de La Foule.

 

Suivez Rangkai musik sur Instagram

 

Valerie Pivon

Valérie Pivon

Responsable éditorale, expatriée depuis 16 ans en Indonésie, guide au musée national de Jakarta. C'est avec plaisir que je partage avec les lecteurs du Petitjournal.com ma passion pour l'archipel indonésien.
1 Commentaire (s) Réagir
Commentaire avatar

SD ven 28/05/2021 - 03:18

J'adore ce musicien ;)

Répondre
À lire sur votre édition locale