Vendredi 22 novembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Qui sont les chanteurs à la mode en Turquie ?

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 16/10/2019 à 04:06 | Mis à jour le 16/10/2019 à 04:24
musique mode turquie ezhel rap rock pop

Lepetitjournal Istanbul vous dresse sa liste, non exhaustive et forcément imparfaite, des artistes qui font l'actualité de la musique actuelle en Turquie.

Rock

Yüzyüzeyken Konusuruz

Kaan Boşnak débute seul en postant ses chansons sur Vimeo avec un accompagnement à la guitare. Après des réactions positives, il décide de former le groupe Yüzyüzeyken Konusuruz avec des amis. Le groupe est composé de Kaan Boşnak au chant et à la guitare, d’Engin Sevik à la guitare électrique, de Can Tunaboylu à la basse et de Can Kalyoncu à la batterie.

Sur un air indie-rock, leurs chansons évoquent des situations simples du quotidien car le groupe explique que le but de la chanson n’est pas d’avoir trop de sens mais plutôt de parler de la vie, sans artifice.

 

Adamlar

Groupe de rock alternatif formé en 2013 et anciennement connu sous le nom de Halimden Konan Anlar, Adamlar est composé du chanteur Tolga Akdoğan, des guitaristes Emre Malikler et Gürhan Öğütücü, du bassiste Emir Ongun et du batteur Berkan Tilavel .

Le groupe publie son premier album Eski Dostum tankla gelmis en 2014. Mélange de funk, blues et hard rock, l’album est un succès. En 2016 que le groupe sort son second album Rüyalarda buruşmuşuz.

 

Pop

Aleyna Tilki

Aleyna Tilki s'est fait connaître très jeune, à tout 14 ans, en atteignant la demi-finale de l'édition 2014 de l’émission Yetenek Sizsniz (Turkey’s Got Talent) où elle arrive en demi-finale. Deux ans plus tard, son tube Cevapsız Çınlama lui vaut une renommée nationale, et même internationale grâce à Youtube où son clip est visionné plus de 400 millions fois. L'année suivante, son single Sen Olsan Bari arrive au premier rang du hit parade de Turquie.

 

Bilal Hanci

Véritable phénomène sur les réseaux sociaux, Bilal Hanci s'est d'abord fait connaître en publiant des vidéos humoristiques sur YouTube, en compagnie d'Atakhan Özyurt et de Fatih Yasin, avant de se tourner vers la musique. Grand bien lui en a pris : son dernier clip, sorti il y a un mois, a déjà dépassé les 10 millions de vues.

 

Tuğçe Kandemir

Révélée il y a à peine un an grâce à son titre Bu Benim Öyküm, qu'elle a réalisé en duo avec Eli Türkoğlu, Tuğçe Kandemir est représentatif de cette nouvelle génération omniprésente sur les réseaux sociaux. Grâce une utilisation massive mais maîtrisée, elle s'est assuré l'attention d'une large communauté de fans qui attendent ses posts avec la même impatience que ses clips.

 

Hip-Hop

Ezhel

C'est le rappeur le plus populaire de Turquie. Fils d'une danseuse et neveu d'un oncle musicien, Ezhel a fait ses débuts dans le reggae avant de se tourner vers le rap et de se faire connaître du grand public en 2017 avec son album Müptezhel.

Dans ses chansons, l'artiste de 29 ans aborde des sujets variés tels que la haine (Nefret), l’amour (Derman) ou encore la drogue (Alo), ce qui lui causa quelques soucis avec la justice. Accusé d'incitation à la consommation de drogues, il fut interpellé en mai 2018 et incarcéré en attendant son procès. Il retrouva la liberté moins d'un mois plus tard après que le juge l'a acquitté moins de neuf minutes après l'ouverture de son procès.

Cet épisode eut un énorme retentissement international et valu à Ezhel d'être cité en mai 2019 par le New York Times dans la rubrique « des European Pop Acts que tout le monde devrait connaître.

 

Ben Fero

Né en Allemagne, Fero occupait un poste de directeur commercial lorsqu'il a connu ses premiers succès, en 2018, avec ses titres « Mahllmiz Esmer » et « Kimlerdesin ». Le jeune homme, grand admirateur de la légende du rap américain Tupac, assassiné en 1996, décide alors de quitter son emploi et de son consacrer à la musique. Soutenu par Ezhel, il arrive en tête de la playlist Spotify des chansons les plus écoutées en Turquie dès son troisième titre.

 

Variété

Merve Ozbey

Originaire d’Istanbul, la chanteuse de 31 ans domine la chanson turque depuis 2013 lorsqu’elle se produit en compagnie de chanteur, compositeur Erdem Kinay. Leurs collaborations sur les chansons Duman et Helal Ettim marquent le début de sa carrière musicale. En 2015, sort son premier album Yaş Hikayesi qui rencontre un immense succès : chaque titre de la chanteuse à la voix grave et mélancolique posté sur YouTube cumule les millions de vues.

 

Karsu

Karsu est une artiste néerlandaise d’origine turque à la fois chanteuse, pianiste et compositrice. Sa carrière musicale débute dès son enfance : elle joue du piano dans le restaurant familial, participe à des concours de chant au lycée, elle se produit ensuite dans divers événements, comme le festival du Jazz d’Istanbul pour n’en citer qu’un. En Turquie, il faut s’y prendre en avance pour espérer avoir la chance d’écouter sa voix aux intonations à la fois jazzy et funk.

 

Bonus

Sorti le 19 septembre dernier, le clip de rap Susamam (Je ne veux pas me taire), qui rassemble une vingtaine d'artistes et dure plus de 15 minutes, aborde des thèmes politiques comme l’éthique animale, le dérèglement climatique, l'éducation, mais aussi la liberté d’expression, l’Etat de droit ou encore les violences conjugales.

A travers ce morceau, les rappeurs ont souhaité renouer avec les origines subversives du hip-hop : au début du clip il est rappelé que la musique divertit mais qu’elle peut aussi « apporter du changement ».

La référence à Recep Tayyip Erdogan et au non-respect du pluralisme des opinions est à peine voilée. Un passage a retenu l’attention : « j’ai trop peur d’envoyer un tweet, j’en suis à avoir peur de la police de mon propre pays », narre en prose le rappeur Sanisen. Des paroles pour le moins prémonitoires. Le jour de la diffusion du clip, la directrice du CHP d'Istanbul, Canan Kaftancioglu, a été condamnée à neuf ans et huit mois de prison pour la publication d'un tweet « insultant » envers le président turc. En liberté provisoire, elle a choisi de partager le morceau sur les réseaux sociaux en commentant : « Je ne veux pas me taire, moi non plus. »

Jeanne Leblond et Pauline Robert

lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s)Réagir