TEST: 2262

Newroz : en Turquie, les Kurdes fêtent leur nouvel an et l'arrivée du printemps

Par Lepetitjournal Istanbul | Publié le 20/03/2022 à 18:00 | Mis à jour le 21/03/2022 à 11:56
Newroz, le nouvel an kurde

Newroz, la fête traditionnelle qui marque le nouvel an et qui coïncide avec l’équinoxe de printemps, est célébrée en Turquie ce 21 mars.

Basée sur le calendrier persan, la fête est célébrée par la communauté kurde à travers la Turquie, mais également dans des pays du Moyen-Orient et d'Asie centrale (jusqu’en Chine). Cette fête présente une grande variété de rituels et de traditions de célébrations qui diffèrent d’un peuple à l’autre.

 

Les origines de Newroz

Newroz (Norouz en persan) viendrait de la légende de Kawa le Forgeron (en kurde "Kawayê Hesinkar") qui s’opposa au roi Dihak (ou Dehak), lequel faisait régner la terreur en Mésopotamie (dans les montagnes de Zagros, entre l’Iran et l’Irak) ; Kawayê Hesinkar permit alors de libérer le peuple de son tyran.

Newroz, qui signifie "jour nouveau", marque ainsi le début du printemps depuis des centaines d'années, et cette fête est devenue le symbole de la délivrance du peuple kurde de son tyran, le symbole de la révolution contre la répression.

Lors de cette fête, il est courant d’allumer des feux, de s’habiller en costumes traditionnels, de chanter et danser. Les Kurdes peuvent également arborer leurs couleurs : vert, jaune et rouge.

Si les festivités sont très marquées dans le sud et sud-est turc, où la communauté kurde est nombreuse, ce dimanche 20 mars, la préfecture d’Istanbul a autorisé un grand rassemblement sur la place de Yenikapi.

 

Nevruz ou le Newroz en Turquie

Au même titre que toute manifestation de la culture, de la langue et de l’identité kurdes, la célébration de Newroz en Turquie est restée interdite et sévèrement réprimée de 1924 à 1995. La répression de ces festivités avait d’ailleurs fait une centaine de morts en 1992 (Cizre, sud-est).

Depuis la fin des années 1990, le régime turc tente de s’approprier cette fête, rebaptisée "Nevruz", considérée comme une "fête du printemps" des peuples turcophones. "Nevruz" commémorerait le jour de libération où les Turcs quittèrent la plaine d’Ergenekon, dans laquelle ils avaient trouvé refuge lors d’invasions étrangères. 

Si dans le passé, la célébration de Newroz a pu créer des tensions entre les chefs kurdes qui, s’exprimant dans leur langue maternelle à la tribune, provoquaient la réaction du pouvoir à Ankara, cette année, la fête a été célébrée dans le calme, alors que Selahattin Demirtaş, le chef du parti pro-kurde (HDP), est en prison depuis 2016, et que son parti est menacé de fermeture.

En français, "Norouz" est également appelé "Nouvel An iranien" ou "Nouvel An persan", et il est inscrit à l’inventaire national du Patrimoine culturel immatériel depuis 2019. 

Newroz Pîroz Be!

Sur le même sujet
lepetitjournal.com istanbul

Lepetitjournal Istanbul

L'unique média gratuit et quotidien sur internet pour les Français et francophones de Turquie et d'ailleurs!
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Istanbul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Albane Akyuz

Rédactrice en chef de l'édition Istanbul.

À lire sur votre édition locale