Huysuz Virjin et autres stars queer qui ont conquis la Turquie

Par Samim Akgönül | Publié le 03/10/2022 à 19:35 | Mis à jour le 03/10/2022 à 23:10
Stars queer turquie

Toutes les deux semaines, le mardi, lepetitjournal.com Istanbul vous propose un rendez-vous "Parlons Turquie..." à travers des courts textes de Samim Akgönül, auteur du "Dictionnaire insolite de la Turquie". Vous y êtes invités à découvrir des concepts, mots et expressions ou des faits peu connus mais aussi des personnages insolites de l'espace turc, inspirés du dictionnaire en question. Aujourd'hui, la lettre "H"...

***

Il est étonnant de voir, dans une société si conservatrice et largement homophobe, un homme, d’une drôlerie et d’une délicatesse exceptionnelles, faire une telle carrière en tant que drag-queen. Tel fut le destin de Seyfi Dursunoğlu.

Né en 1932 à Trabzon, Seyfi a été fonctionnaire à la Sécurité sociale, où il travailla dix-huit ans, avant de vivre sa passion et de se déguiser en femme extravagante et espiègle, à amuser le public dans des cabarets par des blagues, des interpellations et des chansons, puis de devenir rapidement une des figures les plus populaires de la télévision.

Huysuz Virjin, du succès à l'interdiction

Huysuz Virjin (Virjin la grincheuse) était née, qui prit le pas peu à peu sur Seyfi Dursunoğlu. Pendant quarante ans, elle amusa les téléspectateurs avant de commencer à déranger dans les années 2010, puis à être finalement interdite de plateau. Seyfi Dursunoğlu est mort (et avec lui Huysuz Virjin, le 17 juillet 2020). Regardez une de ses performances sur Internet où, paraît-il, il ne faisait qu’improviser, pour constater combien il/elle était drôle, sans complexe, et adoré(e).

 

Huysuz Virjin turquie

Huysuz Virjin

 

Bien évidemment, dans cette société turque pleine de paradoxes, Huysuz Virjin n’est pas la première à s’être hissée au niveau de star intouchable. Le mérite en revient à Zeki Müren, "le soleil de l’art" Sanat Güneşi. Encore une fois, dans cette société trop souvent homophobe, avoir autant de succès tient du miracle. Certes, l’opinion publique turque est très ambiguë dans cette homophobie. Alors que la Turquie s’est retirée de la convention d’Istanbul, prétextant que celle-ci banalisait l’homosexualité, la même Turquie admire les lutteurs d’huile (Yağlı Güreş) exemple parfait d’un spectacle d’érotisme homosexuel, ou bien aussi les köçek, ces danseurs masculins déguisés en femmes.

Zeki Müren ou "le soleil de l’art" (Sanat Güneşi)

Le succès de Zeki Müren tient peut-être au fait que la star de la musique "classique" turque n’a montré qu’il était homosexuel que par des gestes et des vêtements, sans jamais faire de coming out officiel. Bref, il ne l’a jamais "dit". Né en 1931 à Bursa dans une famille originaire des Balkans, Zeki Müren a commencé à chanter dès 1950 à la radio publique. Son interprétation de chansons mélancoliques et sa voix d’une profondeur inégalée en ont rapidement fait une star. Lui-même compositeur et poète, il a sorti près de 600 albums tout en jouant dans des comédies musicales de Yeşilçam, la Cinecittà turque des années 1970.

 

zeki müren chanteur turc

Zeki Müren

 

Durant sa jeunesse, ses manières efféminées étaient ignorées par ses fans. Passé la quarantaine, il commença à mettre sur scène des robes qu’il dessinait lui-même et à se faire coiffer comme une femme. Mais il était déjà devenu sanat güneşi et müziğin paşası ("le pacha de la musique").

On lui a souvent reproché de ne pas avoir pris ses distances avec les militaires de la junte d’après 1980, et de ne pas avoir défendu publiquement les LGBT, contrairement à Bülent Ersoy, une vedette transgenre de la musique classique turque qui, lui, fut interdit à la télévision et sur scène. Quoi qu’il en soit, Zeki Müren est devenu une icône, par-delà les classes sociales, et sa maison de Bodrum, depuis sa mort, a été transformée en musée. Il s’est éteint en 1996, à 65 ans, mais continue d’être considéré comme l’un des plus grands.

 

maison Zeki Müren Bodrum

La maison de Zeki Müren à Bodrum

 

La "diva" Bülent Ersoy, de l'interdiction à la prospérité

Bülent Ersoy, quant à elle, 70 ans aujourd’hui, a fait son coming out très tôt, et a subi son opération de réassignation sexuelle à Londres en 1981. Elle n’a jamais changé son prénom masculin. Elle continue à défrayer la chronique avec ses vêtements extravagants et son look d’extra-terrestre.

 

Bülent Ersoy turquie

Bülent Ersoy

 

Si elle a subi la répression de la junte militaire des années 1980, paradoxalement, les islamistes au pouvoir, et surtout l’épouse du Président Erdogan, l’apprécient comme une figure très populaire et hors du commun. Bülent Ersoy assume parfaitement son rôle au-delà des genres sexués et reste une figure de proue de la popculture turque.

***

Dernières publications de l'auteur :

> Akgönül Samim (dir.), La modernité turque : adaptations et constructions dans le processus de modernisation ottoman et turc, Istanbul, Éditions Isis, 2022 ;

> Akgönül Samim, Dictionnaire insolite de la Turquie, Paris, Cosmopole, 2021 ;

> Akgönül Samim, La Turquie nouvelle" et les Franco-Turcs": une interdépendance complexe, Paris, L'Harmattan 2020.

Sur le même sujet
Samim Akgönül

Samim Akgönül

Samim Akgönül est historien et politologue. Il travaille sur les minorités dans l'espace post-ottoman et sur les "nouvelles minorités" issues des migrations turques. Il dirige le Département d’Études turques de l'Université de Strasbourg.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Istanbul !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Albane Akyuz

Rédactrice en chef de l'édition Istanbul.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale