Samedi 27 novembre 2021
TEST: 2262

Clémentine Loizillon : "Il existe un momentum pour l'écosystème start-up en Turquie"

Par Sandro Basili | Publié le 20/10/2021 à 02:45 | Mis à jour le 21/10/2021 à 15:18
Photo : Clémentine Loizillon, Community leader de la French Tech Istanbul
Clémentine Loizillon

Le 28 septembre dernier, la French Tech Istanbul a officialisé son lancement, lors d’une conférence de presse en présence du ministre délégué Franck Riester. En amont de son événement de lancement le 8 novembre, lepetitjournal.com Istanbul a rencontré Clémentine Loizillon, Community leader de la French Tech Istanbul. 

Qu’est-ce que la French Tech ? 

Lancée en 2013 par Fleur Pellerin, l’initiative French Tech a pour but de favoriser le rayonnement et la croissance des start-up françaises. Un label officiel donné par les autorités françaises à des pôles métropolitains et qui vise à structurer cet écosystème sous la forme d’un réseau. Réunissant ainsi les start-up françaises sous une identité commune forte et facilitant les échanges entre elles.

Avec une première vague de labellisation sur 9 villes françaises en 2014, le projet compte aujourd’hui plus de 109 communautés French Tech établies, dont 63 à l'international. Un vaste réseau qu’Istanbul vient de rejoindre. 

Le lancement de la communauté French Tech Istanbul

Fin septembre, la French Tech Istanbul a officialisé son lancement en présence du ministre délégué de l’attractivité et du commerce extérieur, Franck Riester. Un projet qui a mis plusieurs mois à voir le jour, et dont le board est composé de 6 entrepreneurs, français et turcs, tous bénévoles : Philippe Alcaras, Dara Hizveren, Nuri Cem Erbak, Clémentine Loizillon, Murat Peksavaş et Orkun Saitoglu.

 

Clémentine Loizillon, Community leader du projet, revient sur plusieurs points d’importance pour eux dans ce processus. Tout d’abord “constituer un board (conseil en anglais) franco-turc" dont les membres sont “complémentaires en termes d'expertise et d'expérience". Puis réunir des soutiens, encore une fois bien choisis, pour créer un panel “varié et le plus représentatif de l'écosystème”.

 

 

Istanbul, une ville d’opportunités pour les start-up

Selon Clémentine Loizillon, “Il y a un vrai écosystème start-up, un momentum, actuellement en Turquie”. En effet, ce milieu a connu une très forte croissance ces derniers mois au sein du pays, avec 250 start-up créées en 2020, à Istanbul, et une levée de fonds pour le premier trimestre 2021 supérieure à la somme des quatre années précédentes.  

Pour Clémentine Loizillon, ce “marché intérieur incroyablement dynamique” a “énormément de potentiel”.

“Créer un pont entre les start-up et scalesup de France et de Turquie”

Avec comme ambition de créer un lien entre les acteurs de la Tech entre les deux pays, le projet de La French Tech Istanbul s’articule autour de 3 missions. 

La première est de rassembler les entrepreneurs français dans la Tech : “Leur offrir un espace où ils peuvent se rencontrer et échanger sur leurs succès et leurs échecs et explorer des opportunités d’affaires au sein du réseau. Mais aussi les orienter avec le réseau du conseil”.

La deuxième est d’accompagner les entreprises françaises qui souhaiteraient s’implanter en Turquie en les “intégrant dans l’écosystème pour faciliter et accélérer leur implantation”, en étroite collaboration avec  Business France.

La troisième est de “faire rayonner l’attractivité de la France et aider les start-up turques qui voudraient s’implanter en Europe via la France”. 

 

Comme pour la licorne Getir, partis en éclaireurs s’implanter dans la capitale française il y a quelques mois, nombreux sont les entrepreneurs turcs inspirés pour qui le marché européen semble à portée de main. Une dernière mission où la French Tech se propose en tremplin à toutes ces start-up qui souhaiteraient étendre leurs activités à l’hexagone ou ailleurs via des partenariats avec les autres communautés French Tech internationales.

Des missions et un projet ambitieux qui s’intègre dans la vision plus globale de la “Tech for Good” : une tech qui se veut  “plus inclusive, plus durable et génératrice d'emplois”.

Rejoindre la communauté French Tech

Comme le souligne Clémentine Loizillon, “la tech ne s’arrête pas au digital”, il y a aussi la partie “technique”. Le réseau de la French Tech Istanbul est donc ouvert à “toutes les start-up qui ont de près ou de loin un rapport avec la tech”. Aussi bien au niveau médical, financier que dans le domaine de l’éducation.

Si vous êtes un entrepreneur ou/et souhaitez travailler avec des entrepreneurs, vous pouvez rejoindre la communauté French Tech Istanbul via ce lien et participer à leurs événements.

Le 8 novembre, une date à retenir 

Le 8 novembre prochain, la French Tech Istanbul organise son événement de lancement avec l’ensemble des acteurs. Vous pouvez y participer en vous inscrivant ICI.

__________________

Clémentine Loizillon est française et vit à Istanbul depuis un an. Après une école de commerce et une premiere expérience en e-commerce chez Danone, elle rejoint Doctolib lors des débuts de l'entreprise et accompagne et contribue aux étapes de sa croissance : d'abord Key Account Manager puis en charge de la structuration interne et du recrutement et onboarding des top executives avant de monter et diriger le département Formation, Carrière et Engagement. 

Nous vous recommandons
Sandro Basili

Sandro Basili

Photographe et passionné de reportage, Sandro est venu vivre à Istanbul pour en découvrir les visages...
0 Commentaire (s) Réagir