Vendredi 16 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

1,5 million de Turcs expatriés ont voté pour les élections de juin

Par Adrien Filoche | Publié le 20/06/2018 à 15:37 | Mis à jour le 21/06/2018 à 09:38
élections, Turquie

Selon les chiffres officiels du Conseil suprême des élections turques (YSK), près de la moitié des Turcs de l’étranger (48,78%) se sont rendus aux urnes entre le 7 et le 19 juin pour participer au scrutin présidentiel, qui débutera le 24 juin en Turquie. 

Le chiffre bat des records, comme l’a annoncé mardi soir le corps électoral turc. Selon les statistiques officielles du YSK, 1.486.408 de citoyens turcs vivant à l’étranger ont voté, sur un total d’environ 3 millions d’expatriés ayant le droit de participer aux scrutins. 

Ils restent une ultime chance pour les Turcs de l'étranger n'ayant pas eu l’occasion de glisser le bulletin dans l’urne : s’ils retournent en Turquie ce mois-ci, ils peuvent voter aux portes des douanes jusqu'à 17 heures, heure locale, le 24 juin.

 

Erdogan peut-il perdre ? 

Au total, ils sont six candidats à la présidence, tandis que huit partis politiques participent aux élections législatives. Sur le siège présidentiel depuis 2014, l’indétrônable Recep Tayyip Erdogan fait figure de grand favori. Pourtant, selon de nombreux observateurs, Erdogan pourrait ne pas obtenir la majorité des voix, nécessaires à une victoire dès le premier tour. De plus, son parti, l’AKP, pourrait aussi perdre sa majorité au Parlement. S'il était finalement réélu dimanche, le chef d’État deviendrait le premier président de la Turquie sous le nouveau régime présidentiel. 
 

 

292fc5e8-11b1-47f3-af45-881519adf045

Adrien Filoche

Étudiant en Mastère de Journalisme spécialisation Internationale à Nice, je suis depuis janvier 2018 au sein de la rédaction de Paris du petitjournal.com
1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

de couvreur lun 25/06/2018 - 21:35

Erdogan a remporté les élections au 1er tour ,ces élections sont importantes car elles marquent le passage du système parlementaire en vigueur à un régime présidentiel où le chef d'Etat concentre la totalité des pouvoirs exécutifs , au terme du référendum qui s'est tenu en 2017.

Répondre
Sur le même sujet