Samedi 26 septembre 2020
Hong Kong
Hong Kong

Un Français à la tête d’HSBC ?

Par Lepetitjournal Hong Kong | Publié le 23/02/2020 à 14:07 | Mis à jour le 25/02/2020 à 08:45
Photo : Jean-Pierre Mustier, actuel CEO d’Unicredit
Jean-Pierre Mustier HSBC Hong Kong Londres

L’actuel patron de la banque italienne Unicredit, le Français Jean-Pierre Mustier était jusqu’à ce Lundi l'un des candidats les plus probables pour reprendre la direction de HSBC Holdings Plc. La banque originaire de Hong Kong et basée à Londres rencontre en effet de profondes difficultés et a annoncé un vaste plan de restructuration prévoyant près 35.000 suppressions de postes.

 

Plan de restructuration 

Première banque européenne et 7ème mondiale, originellement créée à Hong Kong en 1865 (Hong Kong & Shanghai Banking Corporation) et basée à Londres depuis 1991, HSBC opère dans près de 64 pays. L’année 2019 a connu une érosion spectaculaire de 33% de ses profits, sous le coup conjugué de la guerre commerciale qui a gangréné les relations entre la Chine et les États Unis et celle de l'agitation politique des six derniers mois à Hong Kong, expliquait Mardi Noël Quinn, le PDG par intérim du groupe. Dans la foulée, il annonçait qu'un vaste plan de restructuration portant sur 35.000 des 235.000 personnes employées par le groupe et près de 100 milliards de dollars d’actifs allait être mis en oeuvre. Cette nouvelle a fait l’effet d’un coup de tonnerre sur les marchés financiers déjà alertés par les mauvaises performances du groupe.

 

Jean-Pierre Mustier HSBC Hong Kong Londres
Le siège de HSBC à Canary Wharf

 

Jean-Pierre Mustier

Longtemps en charge de Hong Kong et de Tokyo alors qu’il exerçait pour la branche investissements de la Société Générale, Jean-Pierre Mustier a une solide expérience de l’Asie. A la tête d’Unicredit depuis maintenant 4 ans, il a également à son actif la remise sur les rails la banque italienne dont l’action a gagné 30% sous son impulsion. Approché pour le poste de CEO d’HSBC, il n'a pas fait mystère de son intérêt auprès du board de HSBC Holdings Plc afin de remplacer John Flint, dont le départ en août dernier aurait dû logiquement profiter à Noël Quinn. Le nouveau plan de restructuration a remis en cause cette disposition. Aussi les atouts du Français, qui s'est séparé de 14.000 personnes pour redresser Unicredit et son expérience asiatique alors que plus de la moitié des revenus de HSBC sont réalisés dans cette zone avaient de grandes chances de peser dans le choix, selon de nombreux observateurs. Ce Lundi pourtant, on apprenait sa décision de ne finalement pas donner suite à sa candidature, vraisemblablement stoppé dans son élan par les actionnaires italiens.

 

Jean-Pierre Mustier HSBC Hong Kong Londres
Manifestants à Hong Kong devant une succursale de HSBC Photo@Twitter

 

Reprise en main prévue

Bien que les 35.000 licenciements représentent 15% des effectifs de l’ensemble de la banque, ils concerneront principalement l’Europe et les États Unis et doivent en principe s’étaler sur 36 mois. Les réductions devraient affecter un tiers ses activités américaines, et entamer de façon significative les effectifs du siège londonien. Le groupe entend dans le même temps accroître le focus sur la Chine qui continue d’assurer le meilleur potentiel de croissance. Néanmoins, "la crise politique en cours à Hong Kong et l’épidémie actuelle de coronavirus feront l’objet d’une attention  particulière" assurait-on au siège Mardi. Confrontée à l’une des plus importantes crises de son histoire, la banque n’a d’autre choix que de se recentrer sur ses métiers les plus profitables tout en assainissant sa situation. L’entrée en fonction d’un nouveau PDG devrait avoir lieu d’ici le mois d’août, le temps pour le board d’expliciter plus précisément sa stratégie avec en perspective, espérons-le, le retour de la confiance des investisseurs,

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Nous vous recommandons

0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

Francfort Appercu
INTERVIEW

Philippe Jacq : « Le théâtre est un grand vecteur de culture »

Ses apparitions remarquées sur le petit écran et au théâtre en France et en Allemagne ne nous ont pas laissés indifférents. Il revient sur scène avec « Le Bonheur » à Francfort et Wiesbaden. Entretien