Mardi 10 décembre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Comment les expatriés français vivent-ils la crise à Hong Kong?

Par Didier Pujol | Publié le 10/10/2019 à 15:00 | Mis à jour le 11/10/2019 à 08:15
manifestations Hong Kong expatriés français

Vous avez été à la fois nombreux et réactifs pour répondre à notre appel à témoignages sur la façon dont vous vivez la situation actuelle à Hong Kong et à participer au sondage Facebook sur le moral de la communauté, preuve s’il en était besoin de l’importance que revêtent ces événements pour les Français de Hong Kong. Voici ce que révèlent les réponses à notre enquête.

Propos et enquête par Didier Pujol auprès des quelques 10.000 abonnés du journal

 

Sur le plan professionnel

À la question de l’impact des manifestations sur leur vie, même si des internautes soulignent malicieusement que la vie est moins chère depuis que la crise s’est emparée de Hong Kong et que certains endroits sont moins encombrés, vous êtes beaucoup à indiquer souffrir de la situation pour vos affaires, notamment pour le secteur hôtelier et ses sous-traitants, parlant dans certains cas de 60% de baisse des revenus. Ainsi Sylvain indique: “Je suis musicien professionnel et plusieurs compagnies et mariages ont décidé de déplacer leurs événements hors de Hong Kong, entraînant de nombreuses annulations de contrats. Les hôtels ont coupé beaucoup dans leurs activités et il y a donc moins de travail”. Marie, dont l’entreprise est présente à Hong Kong depuis 25 ans avec de forts liens avec la Chine, avoue avoir aujourd’hui du mal à gérer au quotidien les relations avec ses partenaires chinois, voyant s’installer la méfiance de part et d'autre. Elle déclare en particulier “s’assurer que tous les équipements de ses collaborateurs soient vierges de photos et messages liés aux manifestations pour éviter des problèmes à la frontière”. 

 

manifestations Hong Kong
Un manifestant s'en prend à une banque chinoise

 

S'adapter au quotidien 

Concernant la vie quotidienne, vous êtes nombreux à indiquer que les manifestations sont un facteur important de stress. Résidant à Wan Chai, Alex explique; “J'habite Hennessy Road et chaque fois cela se termine devant mon immeuble. Quand on a fait ses provisions et que l'on n'a rien à faire dehors, aucun problème (Cela amuse même mon fils de 3 ans de voir les camions de police et de pompiers) mais Dimanche 1er octobre, j’étais seul avec la petite dernière lorsqu’elle s’est blessée au front en tombant de son lit. Habituellement, je serais allé à l’hôpital pour consulter un médecin mais la rue était en pleine ébullition. J’ai donc appelé ma nièce à l’aide qui a mis 20 minutes à venir, en toussant et les yeux rouges à cause des gaz lacrymogènes. Heureusement, la petite n’avait pas grand chose et nous sommes restés à prendre sa température régulièrement sans constater de complications. Je dois pourtant avouer avoir paniqué.” La situation est prise avec philosophie par David, créateur d’une startup dans la formation en ligne: “On adapte notre vie avec deux enfants en fonction de la situation. Aujourd'hui ça va mais franchement on a eu un petit peu peur lors de la fermeture de tout le métro et des magasins alimentaires.”

 

Manifestations Hong Kong
Résultats de notre sondage Facebook

 

Inquiétudes pour l’avenir 

Quant à savoir si vous êtes optimistes ou pessimistes pour la suite, le sondage que nous avons réalisé sur Facebook et qui a déjà récolté 200 répondants révèle 75 % d’opinions en faveur d’une détérioration. Marc, 35 ans nous dit par exemple: “Pour avoir bien suivi la situation en France, j'ai l'impression de revivre étape après étape la situation des gilets jaunes. J'ai vraiment eu le sentiment que c'est seulement lorsque le gouvernement français a déployé son armée dans Paris que la situation est redescendu d'un cran. Du coup j'ai bien peur qu'on observe la même chose ici, et avec un peuple aussi déterminé, on peut tout imaginer”. Marie, quant a elle, craint pour l’avenir de son fils: “Résident permanent à Hong Kong, il poursuit ses études de médecine à l’étranger mais dans le cas où les choses se gâteraient ici, je m’inquiète quant à la possibilité de trouver facilement un travail”. Malgré toutes ces craintes, beaucoup d’entre nos concitoyens expriment leur empathie pour les Hongkongais, et ce en dépit des désagréments subis au quotidien. Ainsi Marc indique-t-il: "Je n'en veux pas aux manifestants: c'est leur pays et je pense ne pas avoir à juger de la situation, libre à nous de partir si la situation ne nous convient pas. Pour l’instant, quand des mouvements ont lieu, j'essaye de partir dans les îles ou à la plage le weekend et de rester dans des sites touristiques, pour ne pas être pris entre deux feux. Au final, je me sens en sécurité et ça me conforte dans l'idée de demander un renouvellement de visa pour rester ici.”

A suivre.

 

manifestations Hong Kong
Blocage de l'aéroport par les manifestants

 

N'oubliez pas de vous abonner pour recevoir GRATUITEMENT nos articles quotidiennement:

Recevez notre newsletter en vous enregistrant à https://lepetitjournal.com/newsletter-152565 
Ou suivez nous sur Facebook à https://m.facebook.com/LPJHK/

 

Nous vous recommandons

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Pierre ven 11/10/2019 - 10:07

Je lis cet article avec un peu de tristesse . Rien ne ressort d intéressant et les témoignages d une banalité alarmante . En gros ... Quel intérêt ?

Répondre
Commentaire avatar

Boris ven 11/10/2019 - 02:17

Je me retrouve complètement dans les propos de Marc. Merci pour ce reportage qui je pense résume bien le sentiment général des expatriés français de Hong Kong vis à vis de la situation actuelle.

Répondre

Expat Mag

Chennai Appercu
INSOLITE

L’Inde est championne des records du Monde

Une petite fille de 8 ans vient d’établir deux records du monde dans le Sud de l’Inde. Elle est loin d’être la seule ! En effet l’Inde semble envahie par la fièvre du record.