Lundi 26 juillet 2021

Le retour des triades à Hong Kong ?

Par Didier Pujol | Publié le 11/04/2021 à 16:48 | Mis à jour le 12/04/2021 à 19:53
tatouage d'un ancien membre de triade à Hong Kong

Les gangsters sont-ils de retour à Hong Kong? C’est ce que l’on pourrait croire à la découverte des derniers faits divers comme les portails et devantures de débiteurs peintes en rouge ou encore la saisie record d'un cargaison de cocaïne aux abords de la frontière avec la Chine continentale. Plongée dans le monde du crime organisé en pleine pandémie de Covid.

Marqué à la peinture rouge

Mercredi dernier, le portail de la villa du patron de la chaîne de restaurants Fulum Group, Yeung Wai, a été aspergé de peinture rouge à Yuen Long, un avertissement rituel adressé aux mauvais payeurs des rackets des triades. Il est vrai que suite à la pandémie de Covid-19 et la fermeture contrainte des bars et restaurants, le groupe a dû se séparer de plusieurs adresses dont l'établissement de North Point pour lequel il n'était plus possible de payer le loyer. En février 2019, un établissement de Tai Kok Tsui qui avait subit le même sort de la part d'encaisseurs des triades. En mars 2015, c’est la devanture d’un restaurant italien de Wan Chai qui avait aussi été aspergée de peinture rouge ainsi que celles de deux autres restaurants chinois de la ville. Ces méthodes dignes des thrillers des années 70 rappellent cruellement que Hong Kong reste une terre de prédilection pour le crime organisé.

Cocaine et métamphétamines

Ce 2 avril, 706 kilos de cocaïne d’une valeur de 101 millions d’euros étaient saisis dans un entrepôt de Fo Tan, les 492 paquets encore humides après leur séjour en mer. Il s’agit de la plus grosse saisie de l’histoire de Hong Kong, la saisie la plus importante jusqu’alors de 645 kilos remontant à 2012. Il semble aujourd’hui que la diminution des échanges internationaux conduise les trafiquants à prendre de plus en plus de risques pour acheminer de grosses quantités qui transitaient jusqu’alors par une multitude de canaux disponibles. Vestiges de périodes plus troublées, les speed boats équipés de moteurs d’une puissance sans rapport avec les besoins de la pêche ont fait leur retour dans les petits ports du territoire. À ce titre, les rondes et équipements de la police maritime ont été largement renforcés sur les secteurs de Sai Kung ou au Sud de l’île de Lantau.

700 kilos de cocaines saisies par la police de Hong Kong
Photo@Hong Kong Police Force Twitter

Dans l’un de ses articles de 2019, un quotidien américain localisait le siège de plusieurs sociétés écrans liées aux triades en plein cœur du quartier touristique de Wan Chai. Il faut dire que Pékin a été pointée du doigt par l’administration Trump comme particulièrement laxiste sur les rentrées illégales de métamphétamines vers les Etats Unis, Hong Kong jouant alors le rôle de plateforme logistique. La Chine a depuis procédé à plusieurs arrestations retentissantes dans ce domaine pour tenter de corriger son image.

Les triades hongkongaises ont évolué

Elles s’appellent 14K, Sun Yee On ou encore Wo Shing Wo pour les principales mais il y aurait en fait des dizaines de triades en action à Hong Kong. En tout, ce seraient près de 30.000 personnes qui vivraient du crime organisé à Hong Kong. Issues d’une tradition plus que centenaire de sociétés secrètes, après les meurtres et rackets des années 60 et 70 popularisés par le cinéma hongkongais, les triades s’orientent désormais vers le crime économique, les trafics illicites, le blanchiment en lien avec le monde des affaires ou les paris truqués. Preuve de leur adaptation à un monde global, on se souvient par exemple qu’en janvier 2018, la police italienne avait arrêté 33 personnes connectées aux triades dans le cadre de l’opération China Truck. Le groupe était très actif en Italie, mais aussi en France, en Espagne et en Allemagne. Sur le volet des paris truqués, la découverte en 2007 sur le champ de courses de Happy Valley de tubes lanceurs de flèchettes derrière la ligne de départ des chevaux a lancé le doute sur les personnels chargés de l’entretien de la pelouse et posé des questions quant à des complicités éventuelles.

Impunité pour les triades de Yuen Long?

Souvenons-nous que la plupart des participants aux attaques sur les passagers du métro à Yuen Long le 22 juillet 2019 n’ont pas ou peu été inquiétés, ceux-ci étant pourtant clairement rattachés aux triades des villages qui entourent cette ville des Nouveaux Territoires. Ce jour-là, plusieurs dizaines d’hommes revêtus de T-shirts blancs, les distinguant nettement des manifestants et sympatisants pro-démocratie qui revenaient du centre-ville, ont roué de coups les passagers de plusieurs rames de métro dont les voitures étaient restées à l’arrêt dans la station, toutes portes ouvertes. En tout, 45 blessés dont plusieurs graves, ont été dénombrés, les attaquants ayant le temps de disparaître avant l’intervention des premiers policiers, dix minutes après la fin des incidents. Il faut dire que l’opposition à la circulation et au commerce avec la Chine continentale ne faisait pas les affaires des gangsters, dont nombre d’activités se nourrissent précisément des liens avec le sud du pays.

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Nous vous recommandons
Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s) Réagir