Mardi 21 janvier 2020
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

PORTRAITS: 3 artistes françaises à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 22/11/2019 à 14:00 | Mis à jour le 23/11/2019 à 06:55
Photo : Elsa, Antoinette et Ophélia sont trois artistes qui s'épanouissent à Hong Kong
Artistes Français Hong Kong

Elles ont choisi Hong Kong pour y exercer leur métier d’artiste. Elles nous disent pourquoi. Elsa, peintre mural, Antoinette, sculpteur et Ophelia artiste conceptuelle se confient au Petit Journal sur ce qui les relient à la ville et comment elles s'y expriment.

Comment êtes-vous arrivée à Hong Kong et qu’y faites-vous?

Elsa 

Ca fait déjà plus de onze ans que je vis sur Hong Kong. En fait, j'ai presque quitté la France sur un coup de tête avec l'envie de sortir de ma zone de confort, de savoir qui j'étais et de découvrir un nouveau pays, une nouvelle culture. J'ai grandi dans une famille d’artistes et étudié pour devenir peintre décorateur.

Antoinette

Je suis venue en 1994 avec mon mari à Hong Kong et nous avons décidé que cette ville était faite pour nous. Je suis artiste sculpteur et peintre à l’encre je suis aussi kinésiologue. Mon mari est quant à lui dans le transport maritime. En arrivant, j'ai travaillé pour Cartier avant de rentrer en France puis en 2006 je suis revenue pour 7 ans et enfin de 2016 à aujourd'hui.

Ophelia 

Arrivée il y a six ans après avoir mis mon doigt au hasard sur la carte, je pensais ne rester qu'un an et je suis finalement tombée sous le charme de Hong Kong. Je suis une artiste conceptuelle, c'est-à-dire que je mêle dans des projets les arts graphiques (dessin, sculpture, broderie,ou photographie) à la décoration et la mode.

 

Qu’est-ce qui vous a poussé à vous lancer comme artiste à Hong Kong?

Elsa 

L’exotisme dans un premier temps puis j'ai découvert que cette ville était extrêmement dynamique et qu’elle était à la recherche constante de gens créatifs capables de créer des univers uniques pour rester au top du design sur une échelle mondiale. 

Antoinette 

J‘aime cette ville. Elle est toute en paradoxes, comme moi. C’est l’endroit de tous les possibles. Elle m’offre une expression libre dans des lieux privés et publics prestigieux. Tout est stimulant.

Ophelia 

Je me suis tout de suite sentie adoptée par la ville. Même s’il y a beaucoup moins de musées qu’à Paris Rome ou Florence et que l’art n’est pas à tous les coins de rue, je me sens bien et en sécurité. Du coup c'est un environnement qui favorise la création.

 

Quelle est la particularité d’une artiste expatriée?

Elsa 

Dans une ville comme Hong Kong, j’ai appris à gérer mon business comme n’importe quel entrepreneur et faire en sorte de pouvoir vivre de ma passion. Dans une ville comme Hong Kong, il faut travailler dur si on veut s'en sortir. Dans la même journée je dois réussir à me mettre dans ma bulle créative et en ressortir rapidement pour gérer la comptabilité, les projets à venir, mon équipe, mes chantiers etc... Ça demande énormément d’énergie et je ne crois pas que le fait d'être expatriée fasse une réelle différence, le succès vient du sérieux et du talent. 

Antoinette 

Quand on est artiste, on l’est n’importe partout dans le monde. Je suis donc artiste à Hong Kong parce que j’y vis en ce moment. J’ai eu l’opportunité d’une première exposition en 2008 dans la galerie Sin Sin Fine Art. Ils m’ont fait confiance et c’est le cas depuis plus de 10 ans. En fait le concept d'expatriation ne me parle pas vraiment. J'ai plutôt le sentiment d'être un artiste international. 

Ophelia 

A Hong Kong, comme les espaces sont très restreints, je ressent le besoin de faire des grandes œuvres par compensation. Par exemple je produis des toiles de 24 mètres de long car dès qu’une galerie me met à disposition un grand espace, je l’investis tout de suite. De plus, comme je fais tourner mes installations dans le monde, Hong Kong est pratique pour se déplacer et j’apprécie d'y revenir.

 

Un mot sur votre actualité?

Elsa 

Elsa Jeandedieu Studio termine une année extrêmement fructueuse. Nous espérons en plus de nos projets actuels, lancer “100 smiles 100miles” dont l'idée est de courir 100 miles et coller un smile par mile sur les murs de Hong Kong. Le but est de diffuser un message d’amour et de re-donner le sourire aux Hongkongais. 

Antoinette

Je travaille sur un projet de fresque pour une dizaine de murs dans des bureaux à Aix en Provence. Je vais aussi réaliser une sculpture monumentale mais pour le moment je ne peux malheureusement pas vous en dire plus. Vous en saurez bientôt plus sur notre nouveau site internet

Ophelia

Je viens s’ouvrir mon exposition "Bloomed" au Kong Art Space, Soho, jusqu’au 14 Décembre. Je travaille sur d’autres projets aux États Unis et pour Hong Kong en 2020

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook

 

Nous vous recommandons

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Hong Kong ?

DÉCOUVERTE

10 faits surprenants à Hong Kong

Découvrez des faits surprenants à Hong Kong, des histoires d'animaux retrouvés dans des lieux improbables au lois amusantes actuellement en vigueur. Retrouvez toutes ces histoires amusantes.