Ennan et Max, militants de la cause animale et environnementale à Hong Kong

Par Claudia Delgado | Publié le 02/02/2022 à 12:31 | Mis à jour le 03/02/2022 à 03:32
Photo : Ennan et Max
cause animale environnementale Hong Kong

 C’est un vendredi après-midi et les rues de Wan Chai grouillent de gens absorbés par leur train-train quotidien. Rares sont ceux qui remarquent les deux adolescents plantés devant un McDonald’s en tenant leurs pancartes. Il s’agit d’Ennan et de Max, deux jeunes étudiants qui militent pour l’environnent et la cause animale.

"Ma prise de conscience remonte à l'enfance"

Pouvez-vous vous présenter?

Ennan: je m’appelle Ennan, je suis sino-britannique, j’ai 15 ans, je suis étudiant au Renaissance College et j’aime bien le cyclisme.

Max: je m’appelle Max, j’ai 16 ans, je suis étudiant au Canadian international school et j’aime danser le hip hop et faire de la magie.

Quelle a été votre première prise de conscience autour de la cause animale ou environnementale?

Ennan : à l’âge de huit ans, j’ai vu dans un banquet traditionnel un cochon de lait entier, ça m’a beaucoup troublé de voir pour la premier fois l’animal dans sa totalité et avec mon frère, on a décidé de devenir végétariens. A 12 ans, je suis devenu végan (aucun produit animal), lorsque ma mère m’a expliqué la réalité des vaches laitières, après avoir entendu leurs meuglements de détresse.    

Max : quand j’étais en troisième, j’ai participé à un nettoyage de plage et puis à un nettoyage en randonnée pour un projet d’école. C’est à ce moment-là que je me suis rendu compte de tous les déchets qui polluent nos rues, plages et montagnes.

 

cause animale environnementale Hong Kong
photo@Ennan

Comment vous êtes-vous impliqués dans l’activisme animal et environnemental ? 

Ennan: je voulais faire quelque chose autour de la cause animale et du changement climatique, en août dernier, j’ai rencontré Adeline, qui gère le groupe Facebook Vegans Hong Kong. Elle m’a parlé de de Lance Lau, le principal militant du climat à Hong Kong (il est maintenant parti). On l’a rejoint avec Max et nous avons commencé la mobilisation dans la rue.

 

 

"La cause animale et le changement climatique vont de pair"

A quelles activités écoresponsables participez-vous ?

Ennan : On fait différentes sorties chaque semaine, principalement les vendredis après l’école car on suit le mouvement Fridays For Future initié par Greta Thunberg. La plupart des actions que nous menons sont autour du bien-être animal et du changement climatique car les deux sont liées. Pour donner quelques chiffres : les terres consacrées à la production de fourrages représentent plus de 80 % de l’ensemble des terres agricoles mondiales mais elles produisent moins de 20 % de l’approvisionnement mondial en calories. Si on diminue notre consommation de viande, moins d’animaux seront abattus, et en même temps, on réduit l’empreinte environnementale liée à l’élevage, en diminuant les émissions des gaz à effet de serre, en économisant les ressources en eau et en réorientant des terres cultivables vers l’alimentation humaine.

 

cause animale environnementale Hong Kong
photo@Ennan

Ressentez-vous que vos sorties hebdomadaires ont un impact?

Ennan : c’est difficile à dire, je ne sais pas à quel point les gens changent leurs habitudes après avoir été sensibilisés ou informés sur certaines réalités autour de la cause animal/environnementale.   

Max : je vois un impact sur les gens autour de nous depuis que nous sommes impliqués dans ce type d’activités, pas spécialement les gens dans la rue, mais nos amis et notre famille se rendent compte de certaines réalités grâce à nous. Notre intention n’est pas de les faire changer, mais en changeant nous-mêmes, les gens autour de nous changent aussi. 

 

Vos familles suivent-elles quelques-unes de vos activités écoresponsables?   

Ennan : Ma famille soutient mes efforts pour devenir plus écoresponsable et c’est assez facile de manger végan à la maison car ma mère et mon frère sont végétariens.  

Max : à propos de la réduction de consommation de viande, je suis le seul dans ma famille à le faire, mais ils me soutiennent dans mes efforts de recyclage en m’accompagnant au  green‌@community chaque dimanche, après avoir collecté tout ce qu’il y a à recycler pendant la semaine, je fais ça depuis août de l'année dernière.  

 

 

Sensibilisation écologique à Hong Kong

Y a-t-il une sensibilisation à la cause animale et environnementale à Hong Kong?

Ennan : il y a très peu de sensibilisation à Hong Kong, qui est l’un des plus grands consommateurs de viande au monde par personne, avec une consommation d’environ 5,5 fois la moyenne internationale.   

Malgré cela, avez-vous remarqué une prise de conscience de la part des Hongkongais ces dernières années ?

Ennan : Je dirais qu’il y a un peu d’hypocrisie parfois, par exemple, il y a eu beaucoup du monde choqué par cette histoire de hamsters tués, tandis que 200 millions de têtes de bétail sont abattues dans le monde chaque jour. Je pense que les gens commencent à se soucier du sort des animaux, mais on a un long chemin à parcourir.  

 

cause animale environnementale Hong Kong
photo@Ennan

Comment devenir plus écoresponsable

Si vous pouviez convaincre les gens de Hong Kong d’adopter une habitude écoresponsable, quelle serait-elle ?

Ennan : Essayer le lundi veggie, car c’est plus facile de s’engager un jour par semaine que d’essayer un régime végétarien tout de suite et d’être frustré de ne pas y arriver.

Max : diminuer leur consommation d’articles en plastique jetables à usage unique car ils ont un impact énorme sur notre environnement. Soyez proactif en demandant de ne pas utiliser ni pailles ni sacs en plastique…j’en vois partout : dans la rue, dans mon école, même dans mes rêves ! 

Quels sont les défis auxquels vous faites face en tant qu’activistes?

Ennan: Être ignoré par les gens dans la rue peut être démoralisant, à cela s’ajoute le fait de n’être qu’un petit groupe d’activistes, on est juste une poignée à nous mobiliser dans la rue.

Max: c’est vrai que les gens ne sont pas très intéressés, la semaine dernière on était à un McDo de Tsim Tsa Tsui où il y a beaucoup de passage mais personne ne voulait s’arrêter.  

 

Diminuer l’usage de plastique et avoir un choix végan au McDonald's

cause animale environnementale Hong Kong
Ennan et Max- photo@Claudia Delgado

 

Lorsque Ennan parle d’être ignoré par les gens, deux femmes s’arrêtent pour lire sa pancarte. Il s’en suit un échange où il explique leur démarche: ils sont là pour demander à McDonald's un choix de burgers végans ainsi que de réduire la quantité de plastique qu’ils distribuent aux clients. McDo n’est pas le seul concerné, mais en tant que géant du fast-food, il devrait en faire plus pour l’environnement. Une fois les passantes parties, notre conversation reprend, il est heureux d’avoir eu l’occasion d’échanger avec les gens.   

Quelle éco-habitude a été la plus difficile à adopter?

Ennan : devenir végétalien est un peu difficile, d’abord parce à Hong Kong il y a encore cette idée d’avoir besoin de viande pour être en bonne santé. Puisque le gouvernement ne parle pas à propos de ce sujet, les gens ne remettent pas en question leur consommation de viande. 

Max : j’étais un grand mangeur de viande, je ne suis pas complètement végétarien, mais j’ai beaucoup réduit ma consommation, je ne mange plus du bœuf (la viande la plus polluante pour la planète) mais je mange un peu de viande blanche. Je continue mes efforts pour réduire ça aussi… petit à petit.    

 

cause animale environnementale Hong Kong
photo@Ennan

Atteindre les objectifs de l'accord de Paris

Si vous pouviez dire aux autorités d’apporter un changement pour rendre Hong Kong plus écologique, quel serait-il ?

Ennan : commencer à taxer les produits d’origine animale, ça serait assez controversé, je ne pense pas que la plupart des Hongkongais apprécieraient cela, mais une étude réalisée par des chercheurs à Oxford, montre que la sensibilisation ne suffit pas, il faut aussi taxer les produits d’origine animale, cela n’entrainerait en aucun cas une famine, car il y a un large choix de produits végétales. Si le gouvernement veut jouer son rôle afin d’atteindre les objectifs de l'accord de Paris, il faut faire plus d’efforts. 

Max : faire en sorte qu’on mène à bien le plan gouvernemental censé éliminer la vaisselle en plastique à usage unique (à partir de 2025), mais je ne vois rien de concret de la part des autorités pour mettre le plan en marche, voilà pourquoi les citoyens devraient prendre conscience de l’effet polluant du plastique et en réduire son usage.

Avez-vous des conseils pour d’autres jeunes activistes ?

Ennan : trouvez un groupe, c’est plus facile d’agir lors qu’on est accompagné, vous pouvez nous rejoindre au Fridays for Future Hong Kong.

Max : si d’abord on change nos habitudes suite à une prise de conscience, les gens autour de nous feront de même, et peut-être que le gouvernement finira par comprendre qu’il faut agir. Donc, faites ce qui est à votre portée et le reste suivra.

 

Sur le même sujet
Claudia Delgado

Claudia Delgado

Mexicaine de langue française, Claudia est traductrice. Cela fait quelques mois qu’elle habite à Hong Kong et rédige des articles pour le Petit Journal
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale