Vendredi 18 octobre 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Il y aurait 125 "murs de Lennon" à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 15/07/2019 à 16:40 | Mis à jour le 16/07/2019 à 02:30
Photo : Le mur Lennon-tunnel de Tai Po, le plus grand de Hong Kong
Lennon Walls de Hong Kong

Moyen d’expression spontané, les “murs de Lennon”, affichage fait de stickers de couleur, fleurissent un peu partout dans Hong Kong depuis le début du mouvement d’opposition à la loi sur l’extradition.

Créé à Prague dans les années 1980 pour commémorer l’assassinat de John Lennon, ce mur est rapidement devenu le moyen d’expression de la population tchèque pour dénoncer le régime communiste de l’époque, préludant la Révolution de Velours. L’idée a été reprise en 2014 par le mouvement des parapluies à Hong Kong, en mettant à disposition des Post-it® permettant à chacun de s’exprimer. Lors de cet épisode, une jeune fille de 14 ans, surnommée depuis "Chalk Girl", sera détenue 20 jours pour avoir dessiné une fleur à la craie sur l’un des murs, devenant du coup le symbole d’une justice surrépressive.

 

Lennon Walls de Hong Kong
"Chalk Girl" est devenue un symbole

 

Aujourd’hui, après un mois et demi de troubles, ils refleurissent un peu partout dans Hong Kong. Sur le célèbre escalier d’Admiralty menant au secteur administratif, bien sûr, où s’est déroulé cet épisode mais aussi dans les couloirs de métro, les débarcadères de ferry, les passages protégés ou même des endroits privés permettant de se prémunir des nettoyages. Ils seraient en tout près de 125 disséminés un peu partout dans Hong Kong, offrant à chacun la possibilité de faire passer ses messages aux opposants ou bien directement au gouvernement.

 

Lennon Walls in Hong Kong
Le fameux escalier menant au centre administratif d'Admiralty à nouveau couvert le 1er juillet dernier

 

Les messages "Allez, continuez" ou ”Carrie Lam démission", "Enquête indépendante sur les violences du 12 juin", "Lo Wai Chung (chef de la police), vas au diable", “Libérez les personnes arrêtées” sont autant de moyens supplémentaires pour les Hongkongais pour faire part de leur mécontentement. Il n'y a pas eu d’incident majeur à noter jusqu’alors aux alentours de ces murs si ce n’est une descente de police à Tai Po pour décoller les Post-it® portant le nom d’un policier mis en cause pour sa brutalité excessive. On le voit, l'opposition prend des formes multiples, la population semblant mobilisée et le gouvernement sans solution immédiate. 

A suivre...

 

Lennon Walls de Hong Kong
Le mur Lennon de Prague

 

Pour être sûr de recevoir gratuitement tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi): 

https://lepetitjournal.com/newsletter-152565

Ou nous suivre sur Facebook: https://m.facebook.com/LPJHK/

 

Nous vous recommandons

Didier Pujol

Didier Pujol

Passionné de culture chinoise et présent en Chine depuis 2011, Didier a publié de nombreux articles sur la Chine avant de reprendre la direction de l'édition Hong Kong comme directeur et rédacteur en chef.
0 Commentaire (s)Réagir