Vendredi 5 mars 2021
Hong Kong
Hong Kong

Hong Kong à l’aube de ses heures les plus sombres

Par Gérard Henry | Publié le 15/01/2021 à 14:00 | Mis à jour le 15/01/2021 à 14:00
Photo : Arrestation d'un politicien démocrate le 14 janvier 2021 à Hong Kong
arrestations Hong Kong

C’est le début de l’année, le moment de formuler des vœux de bonheur pour 2021, ce que je fais avec beaucoup d’espérance malgré l’épidémie de Covid-19 qui frappe le monde. Hong Kong a beau être relativement épargné, la nouvelle année n’en est pas moins plongée dans la tristesse par la vague de répression qui s’est abattue sur la cité.

“L’heure la plus noire est juste avant l’aube”

C’est ainsi qu’une jeune journaliste hongkongaise commente l’actualité de ce matin, jeudi 14 janvier, après que de nouvelles arrestations ont été opérées à 6h19. Il s’agit de celles de onze personnes, huit hommes et trois femmes, soupçonnées d’avoir aidé de jeunes Hongkongais dans leur tentative de fuite en bateau vers Taïwan, interceptés par la marine chinoise et condamnés à la prison à Shenzhen, en Chine populaire.

La journée qui a le plus choqué les Hongkongais a été celle du mercredi 6 janvier qui a marqué l’entrée en action des forces de police mises en place par Pékin avec le soutien du gouvernement local et qui a vu la mobilisation, à l’aube, d’un millier de policiers pour procéder à l’arrestation de cinquante-trois personnes au lever du lit accusées de tentative de “sédition”. Une pratique qui rappelle les méthodes du KGB en Union soviétique dans son époque de gloire.

Il faut préciser tout de suite qu’il ne s’agissait ni de terroristes ni de criminels, mais de respectables militants pro-démocratie, parmi lesquels des députés, des professeurs d’université et des dirigeants du parti démocrate. Leur “crime”: avoir participé à l’organisation de primaires en vue de choisir les candidats pro-démocratie pour les élections législatives prévues à l’automne mais finalement repoussées à l’année prochaine par la cheffe de l’exécutif, Carrie Lam – officiellement en raison du Covid, en fait parce que le parti démocrate aurait sans doute pris la majorité au Parlement, ce que Pékin n’aurait pas accepté.

Mille policiers ont eu le courage facile d’arrêter cinquante-trois personnes mais pas les 600.000 Hongkongais qui ont voté lors de ces primaires – illégales, selon la nouvelle “loi de sécurité nationale”.

primaires démocrates Hong Kong
Pleine lune sur Pokfulam @Gérard Henry

Pékin resserre pas à pas sa domination

Chaque jour amène ainsi son lot de mauvaises nouvelles. Il va sans dire que Pékin a proclamé son soutien très ferme et s‘est officiellement réjoui des arrestations de ces personnes qui, “en collusion avec des forces extérieures, veulent miner la stabilité et la sécurité de la Chine”.

Le but semble être l’élimination de tous les démocrates des leviers de pouvoir, l’arrestation de tous les organisateurs du “mouvement des parapluies” et des dernières manifestations, en ignorant les revendications des étudiants, et de mettre en place un pouvoir policier totalement inféodé au Parti communiste. Les fonctionnaires devront prêter serment de fidélité au Parti et les professeurs enseigner la “loi de sécurité nationale”, les études libérales à l’école encourageant un esprit critique étant en cours de révision…

C’est un coup dur pour la jeunesse hongkongaise, qui rêvait d’un avenir meilleur. Mais si les manifestations ont été étouffées, l’esprit de révolte reste très vivant parmi les jeunes.

Ce matin, le père catholique italien Franco Mella, ardent défenseur des droits de l’homme à Hong Kong depuis les années 1970, a commencé une grève de la faim devant la prison de Lai Chi Kok pour demander la libération des démocrates incarcérés et exiger qu’ils soient traités avec humanité. Il a aussi rencontré la femme de Jimmy Lai et son fils, et prié avec cette famille catholique. Jimmy Lai a cependant été transféré dans la journée à la prison de Stanley. (Franco Mella est très apprécié à Hong Kong, son portrait figure dans le film d’Ann Hui, Ordinary Heroes, 1999.)

Un appel des juges pour l’indépendance de la justice

En dehors des jeunes, si beaucoup des grands capitalistes sont (du moins en public) favorables au Parti communiste, certains juges rappellent les principes à respecter. Le juge en chef sortant Geoffrey Ma, lors d’une séance d’adieu à la Cour d’appel finale, a ainsi défendu avec vigueur l’indépendance du pouvoir judiciaire de Hong Kong et a souligné que les droits de l’homme figurent dans la Loi fondamentale.

En présence de hauts fonctionnaires de Hong Kong et du continent, ainsi que d’éminentes personnalités du monde juridique, M. Ma a parlé de l’importance des libertés fondamentales pour l’État de droit. “Il ne s’agit pas seulement d’être favorable aux affaires et aux investissements. Il ne s’agit pas non plus seulement de faire respecter la loi et l’ordre. Il s’agit aussi de reconnaître et de faire respecter les droits que nous appelons droits de l’homme et libertés fondamentales (comme la liberté de réunion, de cortège, d’association et la liberté de la presse), en reconnaissant toujours, bien sûr, l’importance du respect des droits et des privilèges des autres membres de la communauté. »

Il a souligné que la mini-constitution de Hong Kong stipule également que les tribunaux doivent exercer leur pouvoir judiciaire en toute indépendance, à l’abri de toute interférence. Le juge Ma a poursuivi en soulignant qu’un élément clé de ce concept est que tous les citoyens sont égaux devant la loi – y compris les autorités exécutives.

Les 89 ans du cardinal Zen

Pour finir sur une note plus heureuse et sur un motif de réjouissance, c’est aujourd’hui l’anniversaire d’un cardinal chinois de Hong Kong, Son Eminence Joseph Zen, un grand démocrate qui suscite le respect et l’admiration, et ce matin 14 janvier, les réseaux sociaux qui évoquent les arrestations célèbrent aussi son 89e anniversaire!

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Nous vous recommandons

Gérard Henry

Gérard Henry

Ecrivain, journaliste et critique d’art, Gérard Henry est l’auteur de nombreux catalogues d’artistes, des Chroniques hongkongaises (Editions ZOE/2008) et de Hong Kong dans la tourmente, (essai, Editions Hermann/ 2010)
0 Commentaire (s)Réagir