5 Français qui ont décidé de rester à Hong Kong

Par Patricia Herau-Yang | Publié le 20/03/2022 à 13:36 | Mis à jour le 20/03/2022 à 22:46
Photo : Bert, Yann, Sylvain, Fabienne et Thomas témoignent (photos personnelles)
Français et francophones qui restent à Hong Kong

La presse française se fait l’écho d’un exode des expatriés quittant Hong Kong pour d’autres cieux jugés plus cléments. Or beaucoup de Français ont choisi de rester à Hong Kong. Nous avons interviewé Bert, Yann, Sylvain, Fabienne et Thomas. Ils nous expliquent les raisons de ce choix.

"J'ai mon entreprise à Hong Kong"

Vous avez décidé de rester à Hong Kong malgré les annonces anxiogènes. Quelles sont les raisons de ce choix ?

Bert : J'ai choisi de rester pour plusieurs raisons. Pour commencer, je terminerai mes études en mai et je pourrai demander mon visa IANG si je reste à Hong Kong. En outre, Hong Kong offre toujours la variété nécessaire entre travail et loisirs. Bien sûr, il est dommage que Covid fixe des limites à la plupart des possibilités de relaxation. Je dois pourtant dire qu'après 2 ans de restrictions en Belgique, j'ai trouvé ma propre façon de repositionner ma vie quotidienne dans le cadre des règles du Covid.

Yann : Il y a plusieurs raisons.

  • J'ai mon entreprise à Hong Kong (je suis le owner-founder de HK Talents model Agency).
  • Je crois que quitter Hong Kong n'est pas une solution à long terme, car le virus reste présent partout et la pandémie n'est pas qu'ici, mais bien présente dans le monde entier, jusque-là Hong Kong était "safe".
  • J'aime Hong Kong et la vie ici.
  • Je vis seul à Hong Kong. J'ai moins de pression, comparé à certaines familles avec enfants qui sont notamment préoccupées par les mesures d'isolation, les problèmes d'école etc...

Sylvain : Nous sommes arrivés à Hong Kong il y a peu de temps, tout est encore nouveau pour nous et nous avons encore cette émotion de découverte, qui surpasse l'incertitude sur le futur à Hong Kong.

Fabienne : Nous avons décidé de rester à Hong Kong parce que nous sommes résidents permanents depuis plus de 20 ans, que nous aimons Hong Kong pour sa qualité de vie, la nature, la sécurité et les opportunités que cette grande ville présente et que nous avons une entreprise familiale avec nos enfants dans la restauration.

Thomas : Nous avons décidé de rester pour des raisons professionnelles. De plus, n'ayant pas d'enfants, ces mesures nous touchent moins, et nous avons prévu de rentrer en juin pour des vacances.

"La situation actuelle de Hong Kong est temporaire"

Pensez-vous que la situation est susceptible de s’améliorer tant sur le volet sanitaire que pour la vie pratique ? Pourquoi ?

Bert : Actuellement, les chiffres sont trop élevés pour espérer une résolution rapide. Par conséquent, je ne vois pas beaucoup de place pour des changements. Cela dépendra de la stratégie que le gouvernement choisira de poursuivre, car le Covid n'est pas près de disparaître.

Yann : Je pense que oui et je l'espère. Malgré la situation actuelle, Hong Kong est capable de vite se remettre et la vie reprendra petit à petit car tout ça vite à Hong Kong (dans les deux sens). La donne a cependant changé depuis Omicron et Hong Kong a perdu le contrôle et se retrouve acculé au niveau des hôpitaux et centres d'isolation...

Sylvain : Nous continuons à être optimistes et à penser que les choses vont s'arranger dans le futur proche. Nous essayons de nous concentrer sur notre vie actuelle, tant que nous sommes heureux ici, nous restons, et nous essayons de ne pas nous faire prendre par cette vague anxiogène. A un moment, le gouvernement fera le nécessaire pour alléger les contraintes, nous sommes patients.

Fabienne : Tant que le volet sanitaire ne sera pas résolu d’une façon ou d’une autre, la vie pratique sera affectée. 

Thomas : Je pense que la situation sanitaire va s'améliorer, car le gouvernement fait tout son possible pour que ça aille mieux (même s'il est complètement débordé), mais que cela va prendre du temps. Malheureusement, côté vie pratique, je pense que cela ne va pas évoluer... d'autant plus quand je vois que la situation en Chine est en train de se dégrader.

"Les frontières avec Hong Kong vont réouvrir"

Quels sont les impacts professionnels de la politique sanitaire actuelle pour vous ? Comment vous adaptez vous ? Pensez-vous que cela va s’arranger et pourquoi ?

Bert : Personnellement, les effets du Covid sont plutôt limités à des restrictions dans la vie privée et les loisirs. En Belgique, j'ai suivi des cours de mode en ligne et hybrides pendant deux ans. Donc, en tant qu'étudiant, je n'ai pas de conséquences financières. Au contraire, la sortie restreinte me fait économiser de l'argent, ce qui est un constat plutôt amer.

Yann : De nombreux projets ont été annulés ou repoussés à cause des restrictions. Le peu de projet qui se réalisent sont sous la menace d'annulation de dernière minute. Perte de C.A, décisions stratégiques repoussées, mais pas le choix. Il faut rester patient. 

Sylvain : Au niveau professionnel, grosse contrainte pour voyager en dehors de Hong Kong pour visiter les clients en Asie. Internet et les conférences virtuelles aident, et j’essaie d'avoir des relais sur place. Je pense que cela va s'arranger, car c'est l'essence de Hong Kong d’être un Hub Asiatique, et beaucoup de business ont besoin de cette mobilité. Une fois la crainte du Covid passée, je pense que les frontières vont s'ouvrir, reste à savoir, quand ?

Fabienne : Sur le plan professionnel, c’est une catastrophe pour les restaurants, nous avons suivi toutes les règles sanitaires imposées par le gouvernement, nous nous sommes adaptés, nous avons fait tout ce que nous pouvions pour garder notre personnel. Nous avons dû fermer temporairement un de nos restaurants et depuis 2 mois, nous attendons toujours les aides promises, mais qui ne seront absolument pas à la hauteur des pertes subies. Les loyers n’ont pratiquement pas baissé et à Hong Kong ils sont très élevés. Nous n’avons aucune visibilité non plus sur le futur immédiat. Si la crise actuelle se prolonge, le pire est à craindre pour notre industrie, mais nous savons aussi que dès que les restrictions seront levées, les gens retourneront dans les restaurants. 

Thomas : Avec la politique sanitaire actuelle, il m'est beaucoup plus difficile de rencontrer des gens et de faire du networking. Tout se passe sur internet, via zoom essentiellement. Pour que cela aille mieux, il faut d'abord que la situation sanitaire s'améliore. Les 2 sont liés.

"Il n'y a jamais eu de full lockdown à Hong Kong"

Vous estimez-vous finalement privilégié par rapport à d’autres régions du monde ? Pourquoi ?

Bert : Non, bien que Hong Kong permette un niveau de vie élevé et dispose de bons équipements publics, le Covid montre également le côté faible de la ville. Les appartements sont relativement petits et chers. En particulier pendant la période de Corona, un espace de vie limité peut être confrontant pour certaines personnes.

Yann : Nous l'avons été, et nous le sommes encore, car pas de full lockdown ici, et la population locale est habituée et assez disciplinée pour faire face. Pour nous autres Français il nous manque plus le côté social et le culturel, événementiel, etc... qui fait que Hong Kong perd un de ses attraits. J'ai l'impression que nombre de personnes vont partir quelques mois et voir comment cela évolue, avant de revenir plus tard... Pour ma part, je ne peux pas voir ma famille depuis 2,5 ans et je n’ai pas pu voyager. C'est long, mais je ne peux me permettre financièrement de partir et faire la quarantaine au retour.

Sylvain : Je continue à penser qu'il y a à profiter de Hong Kong. Cela reste encore un melting-pot culturel riche, un lieu sûr et proche de la nature. Nous entendons beaucoup de commentaires du type "c'était mieux avant", nous le comprenons, mais nous continuons à vivre de manière agréable en famille. Je ne vais pas comparer par rapport à d'autres régions du monde, car je pense qu'il faut y vivre pour pouvoir comparer.

Fabienne : Au début de la pandémie, nous étions privilégiés, car nous avions une liberté de mouvement que le reste du monde nous enviait, aujourd’hui vue la conjoncture internationale nous sommes certainement en sécurité mais le manque de visibilité sur l’avenir proche est un stress permanent. Cependant, nous avons confiance dans l'avenir de Hong Kong, c'est pourquoi nous restons !

Thomas : Je suis privilégié car je vis dans de bonnes conditions à Hong Kong par rapport au reste de la population. Après, le monde entier est en train d'apprendre à vivre avec le virus, ce qui se traduit par la réouverture des frontières et la reprise d'une vie presque "normale", ce qui n'est absolument pas le cas ici. Il y a un total décalage qui est de plus en plus difficile à vivre au quotidien.

pat

Patricia Herau-Yang

Patricia a passé de nombreuses années en Chine, exercé le métier de traductrice français-chinois. Depuis son arrivée à Hong Kong, elle s'est mise au cantonais et à la randonnée. Elle contribue à Lepetitjournal.com sur le volet culturel, entre autres...
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale