Fin de la quarantaine à Hong Kong : les familles respirent

Par Julie Ha Ngoc | Publié le 05/10/2022 à 14:43 | Mis à jour le 07/10/2022 à 08:48
Photo : @unplash.com/Jeshoots.com
Un passager attend son avion dans l'aéroport de Hong Kong

La nouvelle était attendue et espérée depuis longtemps : la suppression de la quarantaine à Hong Kong a enfin été annoncée le 23 septembre dernier. Nous sommes allés à la rencontre de la communauté expatriée pour connaître leurs réactions et projets : Lenka arrivée à Hong Kong en octobre 2016, Marjolaine en septembre 2021 mais qui est temporairement rentrée en France en mars dernier avec ses 3 enfants pour revenir en août et enfin Aïda qui a vécu à Hong Kong entre 2015 et 2018 et est revenue en novembre dernier. 

 

"La fin de la quarantaine est un immense soulagement"

Quelle a été votre première réaction à l’annonce de la quarantaine ? 

Lenka : Une grande joie tout d’abord même s’il n’y a pas eu réellement d’étonnement dès lors que l’on parlait depuis plusieurs semaines de cette suppression. Un grand soulagement mais je reste néanmoins méfiante car les expériences passées montrent que les règles peuvent changer à tout moment. On l’a vu durant l’été 2021, la quarantaine avait été réduite et du jour au lendemain elle était repassée à 3 semaines. Je crains encore qu’une nouvelle crise du Covid cet hiver conduise à réinstaurer une quarantaine. 

Marjolaine : J’ai ressenti un grand soulagement à l’idée que Hong Kong s’ouvre à nouveau mais aussi une très grande méfiance. On sait que les règles peuvent rapidement changer ici et que rien n’est acquis. 

Aïda : De la joie naturellement mais aussi beaucoup de méfiance car on sait que les mesures changent vite ici. Au demeurant, si la quarantaine a été supprimée, il demeure encore des contraintes lors des premiers jours suivant l’arrivée à Hong Kong : rester chez soi, les tests, les lieux interdits … C’est une amélioration certaine et un grand espoir mais nous sommes encore un peu sur la réserve. 

 

"Nous avons fait 21 jours en quarantaine l'année dernière"

La quarantaine constituait-elle pour vous un obstacle rédhibitoire à des déplacements ou avez vous fait des quarantaines ? 

Lenka : J’ai effectué 3 jours de quarantaine au mois d’août avec ma famille. Si les 3 jours se sont très bien déroulés car nous étions dans un hôtel très agréable, la quarantaine constitue pour moi un obstacle aux voyages. En effet, cet été, à la suite d’une annulation de notre vol retour France HK en raison d’une grève, nous avons été contraints de reporter notre date de retour. Or les hôtels de quarantaine étaient tous complets : nous avons eu beaucoup de mal à trouver des chambres disponibles pour une famille de 5 personnes. Nous sommes finalement rentrés avec 2 semaines de retard et avons eu des chambres séparées mon mari avec un de nos garçons et moi avec les deux autres. Cette expérience a été traumatisante car pendant ces 2 semaines, nous étions en permanence dans le doute et dépendions, au jour le jour, des réservations des hôtels de quarantaine. Je ne comptais pas repartir en voyage avec ma famille tant que la quarantaine s’imposait, même de 3 jours. 

Marjolaine : Oui, totalement. Nous avons vécu 3 semaines de quarantaine en guise de bienvenu à Hong Kong l'an dernier au mois de septembre. Cette expérience a été plus qu’éprouvante pour toute la famille. Cette année, nous avons fait seulement 3 jours au mois d’août mais ces derniers m'ont paru si injustes et injustifiés ! Mon mari qui a fait plusieurs aller-retour sur la France, a cumulé cette année six semaines de quarantaine (dont une dans un centre Covid à la suite d’un test positif pendant sa quarantaine). 

Aïda : Nous avons fait 21 jours de quarantaine lors de notre arrivée en novembre dernier. L’arrivée à l’aéroport de Hong Kong, dans un aéroport vide avec de nombreuses formalités nous a beaucoup étonnés. Une vrai douche froide par rapport au Hong Kong que nous avions connu avant la crise Covid, époque à laquelle Hong Kong était un véritable hub avec un aéroport qui mixait des personnes venues du monde entier. Cet été, nous avons fait le choix de rester à Hong Kong car nous avions craint que la quarantaine réduite à une semaine, repasse à une durée plus longue comme cela avait été le cas au cours de l’été 2021. Nous avions peur de nous retrouver coincés, à devoir trouver en urgence un vol pour rentrer assez tôt afin de ne pas subir des mesures plus contraignantes. Nous voulions aussi éviter le stress d’attraper le Covid en France et la peur de se retrouver à Penny Bay. Rentrer en France était donc pour nous impensable, d’autant plus que nous étions arrivés à Hong Kong depuis peu de temps. 

 

"Taïwan, Thaïlande, Vietnam, Malaisie, Japon, Philippines sont sur l'agenda"

Avez vous de nouveaux projets depuis l’annonce de la quarantaine : des voyages ? des visites de famille ? 

Lenka : Avant la crise de Covid, nous avions l’habitude de faire plusieurs voyages par an car de nombreuses destinations se trouvent à moins de 2 heures de vol de Hong Kong. Nous avons fait plusieurs séjours au Vietnam notamment car j’y ai de la famille. C’était à la fois pratique et merveilleux. Aujourd’hui, je reste plus réticente. Tout d’abord, les prix des billets sont beaucoup plus chers qu’autrefois. Ensuite et surtout, je ne suis pas complètement sereine sur la pérennité de la mesure et crains encore qu’une quarantaine puisse être réinstaurée et/ou que l’on puisse être bloqués sur notre lieu de vacances. Je pense attendre encore un peu avant de faire des projets de voyage. Nous hésitons à partir à Noël au Vietnam pour y retrouver notre famille mais nous attendons encore avant de nous décider. 

Quant à ma famille, j’aimerais qu’elle puisse nous rendre visite mais elle est plus que réticente à venir. Hong Kong a mauvaise réputation depuis que les frontières ont été fermées. Ma famille ne souhaite pas faire de quarantaine et pire encore, craint de devoir aller à Penny Bay ou autre isolation camp en cas de test positif. Là encore, nous allons attendre l’évolution de la situation avant de planifier des visites. 

Marjolaine : Nous souhaitons pouvoir voyager et découvrir ou redécouvrir les nombreux pays à proximité de Hong Kong. Ils sont tellement nombreux : Taïwan, Thaïlande, Vietnam, Malaisie, Japon, Philippines … Toussaint et Noël seront à coup sûr en vadrouille mais en raison des aléas politico-sanitaires, tout sera finalisé au dernier moment. Nous déciderons à la dernière minute en fonction des vols disponibles, des prix et de l’évolution des règles sanitaires. 

Nos amis et familles sont encore très réticents à venir nous rendre visite car la situation est encore fragile à Hong Kong. Certes la quarantaine a été supprimée mais il y a toujours le risque d’être positif à l’arrivée et d’être envoyé en centre d’isolement. Là encore, nous ne pouvons pas faire de projet. 

Aïda : Nous espérons également pouvoir reprendre les voyages et en avons très envie. Pour nous, il s’agit d’un des avantages de l’expatriation : pouvoir découvrir les pays alentours. Cependant, nous avons toujours une grande crainte quant à l’évolution des mesures sanitaires. Le passe vaccinal vient d’entrer en vigueur pour les enfants à partir de 5 ans : nous craignons également que la législation évolue sur ce point et que l’entrée sur le territoire devienne compliquée sans vaccination. En outre, le coût de la vie à Hong Kong a terriblement augmenté par rapport à notre premier séjour en 2015. Cela aura nécessairement des conséquences sur nos voyages qui seront certainement plus limités qu’avant. Nous n’avons donc aucun projet précis pour le moment, même si notre envie de voyages est encore plus accrue depuis cette annonce. Nous attendons donc un peu avant de nous décider. 

Naturellement, nous espérons pouvoir faire venir notre famille mais là encore, rien n’est fixé. L’annonce est encore trop récente pour avoir le temps de nous organiser. 

julie

Julie Ha Ngoc

Julie vient d'arriver à Hong Kong. Professeur de droit et mère de famille, elle équilibre aujourd'hui sa vie entre écriture au journal et activités de développement personnel
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale