Édition internationale
Radio les français dans le monde
--:--
--:--
  • 0
  • 0

Descente aux enfers pour Messi à Hong Kong et en Chine

L’absence de Messi sur le terrain lors du match amical de l’Inter Miami à Hong Kong le dimanche 4 février a provoqué la colère des fans hongkongais et chinois, surtout quand celui-ci a disputé toutes les rencontres prévues au Japon juste après. Deux matchs amicaux de la tournée de l’équipe nationale de l’Argentine en Chine ont été annulés ce week-end, augurant d'un boycott plus large.

messimessi
Écrit par Capucine Lefebvre
Publié le 11 février 2024, mis à jour le 27 février 2024

« Après vérification [par nos services], Pékin ne projette pas, pour l’heure, d’organiser le match auquel Lionel Messi devait participer » a déclaré la Fédération de football de Pékin samedi dernier à propos du match amical Argentine - Côte d’Ivoire. La même journée, le bureau des sports de Hanghzou annonçait l’annulation du match Argentine - Nigéria, “compte tenu des raisons que tout le monde connaît”. La tournée de l’équipe argentine, prévue du 18 au 26 mars, semble donc largement compromise.

Messi hué à Hong Kong

L’affaire a débuté le 4 février dernier à Hong Kong, après que Messi soit resté sur les bancs lors d’un match amical très attendu entre l’Inter Miami et des joueurs hongkongais. L'organisateur de la rencontre, Tatler Asia avait invoqué une élongation des ischio-jambiers, alors que la star était annoncée pour la seconde mi-temps et que son contrat prévoyait une participation actice de 45 minutes minimum. Tollé assuré : la star du football s’était faite huée par ses fans hongkongais, certains d’entre eux ayant déboursé 4800 HKD pour assister au match. La frustration générale a encore été ravivée quand la star argentine a été vue en pleine forme à Tokyo, seulement trois jours après l’incident.

Colère et matchs annulés en Chine

La colère des supporters hongkongais semble avoir largement été reprise par leurs homologues du continent, Messi étant accusé d’avoir manqué de respect aux Hongkongais et au gouvernement de la ville. Sur Weibo (équivalent de Twitter en Chine), les commentaires “Décision courageuse”, en parlant des annulations de rencontres, “Les Chinois ne se couchent pas” et “Dégage Messi !” figurent parmi les réactions les plus fréquentes. Régina Ip, conseillère haute placée du gouvernement de Hong Kong, a déclaré que Messi “ne devrait jamais être autorisé à retourner à Hong Kong”, invoquant “son snobisme délibéré et calculé”.

Dans un éditorial du 7 février, le journal chinois pro-Pékin Global Times a qualifié la thèse d’une blessure de Messi de “pas convaincante”, invoquant à la place des “motivations politiques”. “[Alors que] Hong Kong cherche à dynamiser son économie […] des forces externes auraient délibérément cherché à embarrasser Hong Kong par cet incident”, détaille l’éditorial.

Billets remboursés à 50%, menaces de poursuites

En plus de la décision de la Fédération chinoise d'annuler les rencontres prévues en Chine continentale, le gouvernement de Hong Kong a annulé la subvention de 1,9 millions d'euros prévue pour Tatler Asia, organisateur de la venue de l'Inter Miami. Par ailleurs, un député a indiqué jeudi que faute d'explications détaillées sous une semaine sur la décision de ne pas faire rentrer le joueur, une action en justice de grande ampleur pourrait être menée, le nombre de plaintes reçues par le conseil de la consommation étant de 1178 et le montant en cause 8,1 millions de dollars Hong Kong jeudi dernier à 17:00.

La société s’est excusée dans un communiqué vendredi dernier et a promis le remboursement des billets pour le match à 50%. « Les blessures font partie du jeu et nous le comprenons. Cependant, nous avons été attristés par le fait que les joueurs n’ont pas fait preuve de suffisamment de respect envers les supporteurs présents » a fait part Tatler Asia, l’organisateur du match à Hong Kong. Il est malheureusement probable pour l'organisateur et la star argentine que les conséquences financières de cet incident ne s'arrêtent pas là.

A suivre

Sujets du moment

Flash infos

    Pensez aussi à découvrir nos autres éditions

    © lepetitjournal.com 2024