TEST: 2261

CORONAVIRUS: qui est solidaire à Hong Kong?

Par Patricia Herau-Yang | Publié le 23/04/2020 à 15:10 | Mis à jour le 23/04/2020 à 15:10
Photo : Adrian Cheng, décoré Officier dans l’Ordre des Arts et des Lettres en 2017 par le Consul général Eric Berti
Solidarité Coronavirus Hong Kong

Les crises sanitaire et économique font rage à Hong Kong. Nombreux sont les résidents qui ont dû se soumettre à la quarantaine à domicile, devenant dépendants d’aide pour satisfaire leurs besoins du quotidien. Chiffres d'affaires en berne pour les entrepreneurs, congés sans soldes pour les employés, tout le monde est touché et le chômage s'est envolé (3.7% au 17 mars, le plus haut depuis 9 ans).  Une solidarité s’est-elle mise en branle? Quels beaux gestes méritent d’être soulignés?

La société du caritatif

Hong Kong est une ville où richesse et pauvreté cohabitent, sans filet social ou presque, qui trouve son équilibre social via les nombreuses fondations, agences caritatives et entreprises sociales. Certaines organisations sont très grandes (Caritas Hong Kong, la fondation du Hong Kong Jockey Club), mais de nombreuses petites structures existent (8831 en 2016 d’après le Home Affairs Department), grâce notamment aux dons: dons des tycoons hongkongais et de la communauté. Hong Kong était au 18ème rang mondial des réponses "avez-vous donné à une organisation caritative?", loin devant "avez-vous aidé un étranger, ou quelqu’un qui avait besoin d’aide?", et "avez-vous été bénévole dans une organisation?"

Le lien avec la Chine

Au début de la crise sanitaire, la communauté des affaires de Hong Kong a été très active pour aider la Chine continentale: le bureau de liaison à Hong Kong évoquait en février des dons à hauteur de 1.11 milliards de HKD ainsi que d’équipements médicaux, pour lutter contre les prémices de l’épidémie. La fondation de Li Ka Shing a donné 100 millions HKD, Shimao Properties 30 millions, de leur côté Wharf Holdings, Emperor (loisir), New World China Land Limited, Swire Group, Hang Lung Properties et Henderson Land (immobilier) ont tous offert 10 millions. Ces fonds devaient être transférés à la croix rouge chinoise pour distribution. Certains avaient déjà alerté sur la plus grande efficience des dons en nature par rapport aux dons en espèce, dans un pays connu pour sa corruption, et il n’y a pas eu d’exception à la règle.

 

Solidarité Coronavirus Hong Kong
Li Ka Shing, l'archétype du tycoon hongkongais

 

En complément des grandes fortunes, les particuliers hongkongais se sont beaucoup mobilisés pour aider la Chine: on évoque un chiffre de 750.000 HKD donnés individuellement. Des masques, lunettes de protection, blouses, gants, gel hydro-alcoolique ont été achetés de l’étranger par des Hongkongais patriotes, pour la Chine.

Les riches Hongkongais

Li Ka Shing n’a pas choisi entre les deux systèmes de son pays, la Chine. Une semaine après son don en Chine, sa fondation fournissait 250.000 masques pour la population pauvre de Hong Kong, destinés à 13 organisations sociales et 6 maisons de retraite.

Bank of China (Hong Kong) a donné 13 millions au Community Chest of Hong Kong, à destination des travailleurs du médical, des patients Covid-19 et de leurs familles, pour les aider à faire face aux frais. Bank of Asia a donné via sa fondation The Bank of East Asia Charitable Foundation Limited 2 millions à 10 ONG de lutte contre le virus, 20.000 personnes devaient en bénéficier.

 

Solidarité Coronavirus Hong Kong
Palliative Care Programme de The Bank of East Asia Charitable Foundation Limited

 

D’autres ont décidé de servir la communauté hongkongaise en localisant des fabrications de produits prioritaires. Ainsi Adrian Cheng du géant immobilier New World Development s’est lancé dans la mise en place de production de masques à Tuen Mun (objectif de 7 millions de masques par mois à partir de mai), qui doivent être distribués aux ONG locales. Adrian Cheng veut aussi installer des distributeurs de masques gratuits.

Moins flamboyante mais tout aussi intéressante, la solidarité locale fait un travail de fourmi. Ainsi Build & Wish Voluntary Team (réseau d’ingénieurs et techniciens de la construction) a installé des distributeurs de gel hydro-alcoolique dans 560 vieux immeubles, et s’occupent de les maintenir pleins. A terme, les 18 districts de Hong Kong doivent être couverts.

Solidarité Coronavirus Hong Kong
Build & Wish Voluntary team

 

Et les Français?

La solidarité française intra-communautaire est très visible chez l’UFE, dont le slogan dit tout: "Aucun Français n’est seul à l’étranger". L’UFE Monde a lancé sa plateforme de petites annonces de proposition de services ou de demande d’aide. Depuis faire les courses et les livrer pour les Français en quarantaine chez eux, jusqu’à des conversations téléphoniques pour rompre l’isolement …. à ce jour 67 personnes proposent un ou plusieurs services à Hong Kong.

Toute une solidarité d’entreprises françaises vers la communauté française locale existe aussi. Ainsi le Fonds des Amis du LFI, le Fonds Associatif de Solidarité (FAS) et le Fonds d’Entraide des Français de Hong Kong (FEF), fonctionnent uniquement sur la base de dons monétaires. Comme alternative à des aides financières, d’autres entreprises proposent leurs services gratuitement. Ainsi QIMA (anciennement AsiaInspection), fondé par Sébastien Breteau, propose depuis le 1er avril l’inspection gratuite des fabrications de masques et équipements de protection médicale en Chine. Les inspecteurs vérifient, avant la sortie d’usine, la qualité, les quantités, le packaging, l’étiquetage, des produits ainsi que la documentation (certificats et licences d’exportation) des fabricants. Pour ne pas confondre vitesse et précipitation…  10 jours plus tard, 25 millions d’items avaient déjà été inspectés.

Solidarité Coronavirus Hong Kong
Une qualité à inspecter

 

1.38 millions Hongkongais vivent en-dessous de la ligne de pauvreté, dont 480.000 sont des travailleurs pauvres. Ils sont la cible de la fondation de la Chambre de Commerce, Make it work, qui leur propose des repas pas comme les autres. Ainsi, les centres Make it work fournissent habituellement des repas chauds à 8 HKD avec l’organisation Food Angel, mais ont dû arrêter leurs opérations ou déménager en raison des restrictions de distanciation sociale. Des alternatives ont été trouvées: distribution de lots de nourriture (riz, pâtes, plats déshydratés, coupons pour des livraisons à domicile), ainsi que distribution de masques de protection et kits d’hygiène aux nécessiteux qui sont en première ligne (personnel de ménage). Mais la vraie valeur ajoutée de cette initiative étant d’aider les membres à reprendre confiance en eux et se renseigner sur de meilleurs emplois, les rencontres physiques sont primordiales.

 

Solidarité Coronavirus Hong Kong
Une action de la fondation de la Chambre de Commerce Française

 

Nous avons rapporté le 7 avril dernier l'initiative du collectif Action Support France, qui a centralisé 110 millions d'intentions de commandes de la part de 175 donneurs d’ordres. Le collectif vise à approvisionner les éboueurs, maisons de retraites et policiers, en plus des médecins et hôpitaux, jusqu'à fin avril.

Notre tour d'horizon ne serait pas complet, bien sûr, sans les actions du Consulat de France à Hong Kong, qui sont rapportées et mises à jour ICI.

Entre dons d’argent, dons de temps, d’attention, d’humanité, beaucoup de choses se passent. Nous n’avons bien sûr pu communiquer sur toutes les initiatives. N’hésitez pas à commenter, compléter!

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

pat

Patricia Herau-Yang

Patricia a passé de nombreuses années en Chine, exercé le métier de traductrice français-chinois. Depuis son arrivée à Hong Kong, elle s'est mise au cantonais et à la randonnée. Elle contribue à Lepetitjournal.com sur le volet culturel, entre autres...
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'éditon Hong Kong.

À lire sur votre édition locale