Vendredi 22 mars 2019
Hong Kong
Hong Kong
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

L'Art Déco à Hong Kong

Par Didier Pujol | Publié le 11/03/2019 à 13:30 | Mis à jour le 14/03/2019 à 09:17
Photo : Égérie Art Déco des années 1930, l'actrice Brigitte Helm jouait également dans le film Métropolis
hong kong art deco culture architecture bijouterie

Jusqu’au 30 Juin 2019 se tient à Hong Kong une exposition inédite sur le thème de l’Art Déco entre la France et la Chine

Pour ceux qui ont eu la chance d’assister à l’expo référence "1925 Quand l’Art Déco séduit le Monde” sur l’Art Décoratif en 2013 à Paris, la nouvelle édition qui se tient à Hong Kong dans le cadre du Festival de la Francophonie et intitulée "Art Déco, the France-China connection" offre une autre occasion de découvrir les splendeurs de ce courant artistique majeur du XXème siècle. L’accent qui est apporté sur le lien entre la culture française d’où est originaire l’Art Déco et la Chine est particulièrement bienvenu puisque l’influence de cette tendance sur les jeunes designers des années 1920 et 1930 en Chine est majeure.

L’Art Déco en Chine

Cette histoire partagée commence en 1922 avec un jeune homme Liu Jipao qui vient, comme de nombreux architectes en herbe à l’époque, apprendre son métier en France à la prestigieuse Ecole Nationale des Beaux-Arts. Il sera très tôt fasciné par l’art occidental et surtout par la perspective de pouvoir combiner les styles européens et asiatiques. Or en 1925 se tient sur l’esplanade des Invalides le fameux Salon des Arts Décoratifs qui donnera plus tard son nom au mouvement lancé à cette occasion par les architectes et stylistes. La consigne des nouveaux tenants de la modernité est la pureté, l’utilisation des nouveaux matériaux et la vitesse, symbolisée par le streamlining des véhicules et des bâtiments. Pour un jeune chinois, c’est l’occasion inespérée de revisiter sa culture en y intégrant ces éléments innovants. Ayant l’année précédente réalisé le pavillon chinois de l’exposition de Strasbourg, on confie finalement aussi le pavillon de l’Expo de 1925 à Liu Jipiao. Parmi les caractéristiques de celui-ci, les symboles traditionnels comme dragons ou nuages sont épurés pour correspondre à l’appétit de cette époque pour la nouveauté. 

 

Pavillon chinois de l'Exposition des Arts Décoratifs de Paris 1925
Pavillon chinois du Salon des Arts Décoratifs de Paris 1925 

 

Après ses études, Liu retourne en Chine où il retrouve son camarade de classe Lin Fengmian, devenu entre-temps directeur de l’Académie Nationale des Arts de Hanzhou. Quand la Chine organise en 1929 sa propre exposition universelle à Hangzhou, non loin de Shanghai, ce sera naturellement Liu Jipiao qui en dessinera les pavillons d’accueil dans un style directement inspiré par celui de l’Exposition de Paris 1925.

À Shanghai, où s’expriment déjà les architectes Français Paul Veysseyre et Alexandre Léonard, auteurs du nouveau Cercle Sportif qui reste encore un landmark de l’Art Deco mondial, Liu Jipiao se voit aussi confier par les investisseurs chinois des immeubles d’habitations tels le Carlton, encore visible aujourd’hui. Egalement formé à l’étranger, son compatriote Robert Fan deviendra lui aussi un ardent défenseur de l’Art Deco chinois avec le cinema Majestic ou le WMCA de la Place du Peuple. C’est ce même Robert Fan qui construira à Hong Kong les magasins du centre-ville comme Sincere et les ensembles d’habitation pour loger les nombreux migrants dans les années 1960!

Une exposition exceptionnelle

Dans le cadre du Festival de la Francophonie de Hong Kong organisé chaque année sous le patronage du Consulat de France, la galerie de City University Hong Kong dirigée par Isabelle Franck et Nicolas Patrzynski a invité Emmanuel Bruon et son équipe à exposer 300 objets exceptionnels, issus du Musée des Années 30 de Boulogne, du Musée Liang Yi et de collectionneurs privés à Shanghai. Emmanuel Bruon est le co-organisateur de la première exposition de 2013 à Paris avec Bénédicte Mayer tandis que Anne Camilli est contributrice du catalogue "Le triomphe de la femme moderne". Quant à Lau Leung-kwok, elle est assistante-professeur au département culturel et des arts créatifs de l’Université d’Education de Hong Kong, spécialisée dans l’Art-Deco. Lors de l’inauguration de l’exposition, le consul général de France, Alexandre Giorgini, soulignait à quel point l’Art Deco représente un lien naturel entre la France et le reste du monde. "Les ambassades de notre pays sont souvent construites dans ce style comme à Ottawa ou à Belgrade. Mais c’est par la capacité de ce style dynamique et pur à embarquer les influences de chaque culture qu’il s’impose comme éternellement moderne!".

 

Statuette Art Deco de l'exposition de Hong Kong
Statuette Art Deco de l'exposition de Hong Kong

 

Tout au long des salles où est retracée l’histoire de l’Art-Deco, on découvre en effet comment ce mouvement initié de France dans les années 1920, présent dans les catalogues de mode, dans les bijoux et la parfumerie ou encore dans la décoration du paquebot Normandie, a su séduire la planète et en particulier la Chine, prompte à l’adopter comme un signe fort de sa marche en avant. Les organisateurs n’ont pas ménagé leurs efforts pour faire revivre par les images, la musique ou encore les affiches publicitaires l’univers exaltant des années folles, laissant le visiteur fasciné par la beauté et la délicatesse de certaines pièces. Comme l’indique Emmanuel Bréon, "l’Art Déco reste un exemple de créativité mise au service de l’élégance, un concept qui parle au monde entier". Ce Festival de la Francophonie démarre décidément sur les chapeaux de roue, une énergie fidèle à l’esprit des précurseurs de ce mouvement Franco-chinois qui continue encore d’inspirer aujourd’hui. L’exposition dure jusqu’à 30 juin 2019 et est libre d’accès, une occasion de visites scolaires ou familiales à ne manquer à aucun prix!

 


Adresse:

Hong Kong City University Galery
Metro Kowloon Tong
Lau Ming Wai Building, 18/F
83 Tat chee Avenue
Ouvert de 10:00 et 19:00 sauf les lundis

 

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Frederic Beauclair mar 19/03/2019 - 08:51

Merci pour ce bel article. Il est malgré tout dommage qu’après s’être rencontré sur place, vous n’ayez pas évoqué la scénographie et son scénographe. Sans rancune, mais les journalistes sont souvent coutumiers du fait. Frederic Beauclair Scénographe d’exposition

Répondre
Sur le même sujet