5 conseils pour préparer son retour en France

Par Maikhanh Bui | Publié le 15/06/2020 à 15:32 | Mis à jour le 15/06/2020 à 15:32
Photo : Le retour en France ressemble à une nouvelle expatriation @Pexels
Expatriation retour France

Vous rentrez bientôt en France après une expatriation de plus ou moins courte durée. La réadaptation s'avère plus difficile qu'il n'y parait au premier abord. 

Le saut dans l’inconnu

La France telle qu’on l’a quittée a bougé depuis que vous êtes parti(e) mais l'idée que vous vous en faite peut-être pas. Une façon de ne pas être surpris ou déçu peut consister à se dire que repartir en France c’est un saut dans l’inconnu, en faisant preuve d’assez d'humilité pour avouer qu’on ne sait/connait pas tout. En se laissant porter par l'expérience, comme vous l'avez peut-être fait en arrivant à l'étranger, vous multipliez les chances de saisir les opportunités, d’apprendre à naviguer dans l’incertitude. Cela sous-entend d'accepter le fait que dans la notion de retour, il y aura aussi de l’inconfort mais que finalement cela fait partie du jeu.

Ecoutez vos émotions

Il est important de créer un espace pour se laisser traverser par les émotions, en essayant si possible de laisser son jugement de côté dans un premier temps et en observant si cela vous est possible. Si par exemple, vous êtes inquiet, autorisez-vous à vous poser des questions et à ressentir car vous pouvez utiliser cette émotion comme une force créatrice. Une idée est de vous concentrer sur une action physique comme faire le tri de ce que vous allez ramener en France. Ce moment est celui où vous allez laisser aller vos pensées. Dans le même temps, vous triez: "Est-ce que cet objet m’est encore utile ou pas? Est-ce qu’il me sert encore ou est ce que je le garde par habitude?” Une fois cette activité terminée, vous aurez certainement un sentiment de satisfaction et de confiance en vous due à votre capacité de discernement. Ce sentiment d’avoir “pris votre vie en main” vous sera utile. Cela peut aussi être une activité à faire en famille.

 

Expatriation retour France
Les difficultés du retour font écho à celles du départ Photo@Pexels

 

Changez de perspectives

Mieux appréhender le retour ne veut pas dire tout anticiper, tout contrôler. Se poser la question de ce qui est vraiment “contrôlable” est un premier pas. La manière dont vous allez être accueillis, “l'évolution” de vos amis, les fréquentations de vos enfants, les grèves et les papiers administratifs à faire... sont des éléments de circonstance sur lesquels vous n’avez pas de prise. Par contre, vous pouvez être acteur sur votre manière de voir les choses. Vous êtes le créateur de votre réalité, les circonstances ne sont pas responsables de la manière dont vous interprétez les faits. Prenez le temps d’observer vos pensées et vous posez la question: "Est-ce que cette pensée est bénéfique pour moi?" (comme pour le tri de vos affaires à déménager) Par exemple: la pensée que je traine depuis des années : “ Ils sont tellement inefficaces en France, ça me rend folle de voir que rien ne marche, je suis exaspérée” me sert-elle aujourd’hui ou vient-elle renforcer cette émotion à laquelle je me suis habituée?

Restez humain(e)

Lorsque vous revenez en France, choisissez des personnes de confiance, avec qui vous pouvez être vous-même et restez connecté(e). Le sentiment de solitude et les incompréhensions peuvent survenir rapidement. Maintenir le lien peut vous aider à construire votre résilience. Si vous n’arrivez pas à mettre en place les actions mentionnées plus haut, ce n'est pas bien grave, laissez parler votre humanité! Vivez et laissez place à l'émergence des surprises (“bonnes” ou “mauvaises”) car on peut difficilement qualifier à l’avance (et ni même a posteriori) l'expérience de la vie. Une fable chinoise pour illustrer le propos: ICI

N'hésitez pas à consulter

Si jamais vous détectez de manière persistante un cumul de symptômes tels que stress, instabilité d’humeur, incapacité à se projeter dans le futur, troubles alimentaires, insomnies, tristesse, etc... n’hésitez pas à consulter un psychothérapeute/médecin car cela peut être un signe de dépression (maladie nécessitant une prise en charge).

Bon retour à toutes et à tous!

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Maikhanh Bui

Maikhanh Bui

Maikhanh a travaillé dans le secteur du luxe et déjà effectué plusieurs allers-retours entre la France et Hong Kong. Elle accepte bien volontiers de contribuer au Petit Journal.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Hong Kong !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Didier Pujol

Rédacteur en chef de l'édition Hong Kong.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale