Samedi 15 mai 2021
Hong Kong
Hong Kong

3 helpers philippines et indonésienne à Hong Kong

Par Jérôme de Clarens | Publié le 06/04/2021 à 14:00 | Mis à jour le 14/04/2021 à 02:41
Photo : Fidélisa , Idawati & Helen
Helpers à Hong Kong

Lepetitjournal.com est allé à la rencontre de 3 helpers philippines et indonésienne grâce à l'association Uplifters qui dispense des formations. Fidélisa, Helen et Idawati, qui travaillent à Hong kong depuis plusieurs années, nous ont confié leurs impressions, souvenirs et espérances.

Fidélisa a 48 ans et est mère de quatre garçons. Helen, 33 ans, est la maman d'une fille de 11 ans. Elle s'est remariée depuis plus d'un an avec un Hongkongais d’origine chinoise et philippine. Idawati, 34 ans, quant à elle, est une célibataire d'originaire indonésienne.

"Depuis 10 ans à Hong Kong"

Depuis combien de temps êtes vous à Hong Kong et dans combien de familles avez-vous travaillé ?

Fidélisa: Je travaille à Hong Kong depuis 9 ans et j’ai travaillé pour 3 familles jusqu'à présent.

Helen: Je suis ici à Hong Kong depuis plus de 8 ans et je n'ai servi qu'une seule famille. Nous sommes six personnes (sept avant, malheureusement car Monsieur est décédé l'année dernière des suites d'un cancer). Je suis vraiment chanceuse que cette famille soient mon employeur car ils me traitent comme l'une des leurs.

Idawati: J'ai travaillé pour 2 familles jusqu'à maintenant, et je suis depuis 10 ans dont les 8 dernières années pour une famille chinoise très sympathique. Il y a 5 personnes dont 3 enfants dont l'un est autiste.

"Préparer mon avenir et aider ma communauté"

Quelles formations avez-vous suivies?

Fidélisa: Je fais partie de l'association Uplifters, où je participe aux programmes “Dare to Dream", “Make it Happen et "Become a Leader”. J'aime partager ce que j'y apprend et je suis persuadée de l'intérêt de ces programmes pour préparer mon avenir et celui de ma communauté.

Helen: Pour l'instant, je suis cheffe d'équipe chez “Uplifters”. J'apprécie de pouvoir apprendre et partager avec mes collègues, me faire des amis et aider ma communauté avec l'objectif de rentrer à la maison, en famille et réaliser mes rêves.

Idawati: Comme je voyageais beaucoup avec mon employeur, je me suis tournée vers les formation en ligne et j'ai suivi le module “Dare to Dream” chez “Uplifters”. Puis j'ai suivi la formation pour devenir cheffe d'équipe chez eux en mai 2020. J'y ai plein de bons souvenirs, de rencontres car les personnes que j'aide m'ont donné de la force pour relever mes propres défis. Ensemble, c'est fou comme nous réussissons à progresser.

"Ne jamais abandonner ses rêves"

Quels souvenirs avez-vous à Hong Kong?

Fidélisa: J'ai beaucoup de bons souvenirs à Hong Kong car une chose est sûre, c'est un beau pays pour travailler.

Helen: J'ai beaucoup de souvenirs ici, mais voici les trois plus mémorables: Avoir une famille (mon employeur), qui me considère comme un membre à part entière. Les enfants sont vraiment attachés à moi et ils ne veulent pas que je les quitte. Le deuxième est que c'est ici seulement que j'ai eu l'occasion de poursuivre mes études. Et enfin j’ai rencontré l’homme de ma vie.

Idawati: Il m'est arrivé de perdre espoir mais en regardant dans le miroir et je me dis: “J'ai déjà fait du bon travail jusqu'à présent et que je peux encore améliorer. Il faut apprendre des échecs mais abandonner n'est pas une option". Je me souviens en particulier que lorsque j'ai eu un problème, ma patronne est venue me serrer dans ses bras et cela m'a énormément touché.

"J'aimerais me mettre à mon compte"

Quel sont vos projets?

Fidélisa:  J'aimerais vendre de l'eau distillée pour les boutiques. J'économise pour réaliser ce projet.

Helen: Je prend des cours de photo mais nous avons malheureusement stoppé à cause du Covid. Le but des cours est de permettre à celles qui veulent montrer un petit studio de photo lorsqu'elle rentreront dans leur pays, en se mettant à leur compte et en faisant des photos de mariage par exemple.

Idawati: Mon projet consiste à créer mon propre business quand je rentrerai chez moi. J'aimerais monter une petite école dispensant des formations gratuites, des cours de cuisine par exemple, d'anglais ou d'artisanat. Je suis passionnée par la cuisine, l'écriture et la peinture surréaliste. Récemment je me suis aussi mise à la photographie. Je partage mes créations sur les réseaux sociaux mais je rêve de faire un livre. 

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook

 

Nous vous recommandons

barbu

Jérôme de Clarens

Jérôme, 31 ans. Ancien du secteur F&B, il s'est reconverti dans le coaching de vie par le biais du partage et du sport. Il contribue au Petit Journal sur les articles liés à la communauté et au sport
0 Commentaire (s)Réagir

Que faire à Hong Kong ?

DÉCOUVERTE

La face cachée de Tsim Sha Tsui

Vous connaissez certainement Tsim Sha Tsui… mais en avez-vous exploré tous les recoins ? Lepetitjournal.com vous a concocté un itinéraire vous permettant de découvrir la face cachée de Tsim Sha Tsui…