Jeudi 23 septembre 2021
TEST: 2261

Carmen: "les femmes handicapées sont stigmatisées à Hong Kong"

Par Claudia Delgado | Publié le 11/10/2020 à 14:50 | Mis à jour le 12/10/2020 à 09:54
Photo : photo@AWDHK
femme handicap Hong Kong

Selon l’OMS, environ 15% de la population mondiale se trouve en situation de handicap, c’est donc la plus vaste minorité du monde. Une femme ayant un handicap se retrouve à l’intersection du validisme et du sexisme, et depuis le début de la pandémie, sa situation est devenue plus difficile. 

Pour en parler, je retrouve Carmen, la présidente de l’Association des femmes en situation de handicap, dans ses bureaux à Kowloon. Elle porte une robe verte ornée de dentelle noire et se déplace avec un fauteuil roulant électrique. Elle m’accueille avec un sourire que je devine sous son masque.  

Pouvez-vous nous parler de votre association ?

L’AWDHK (The Association of Women with Disabilities Hong Kong) a été établie en 2000. Nous sommes la première association de femmes dans la communauté chinoise et nous travaillons de près avec des femmes en situation de handicap dans toute l’Asie. Nous essayons de créer un lien entre les femmes et d’intégrer une perspective de genre dans nos actions. On aborde des sujets tels que les droits de reproduction, le body positivisme, le mouvement me too, le harcèlement sexuel et la violence familiale. 

Solidarité parmi les femmes en situation de handicap 

Quel progrès a fait l’AWDHK ?

Beaucoup de programmes pour reconnaître et comprendre les défis auxquels les femmes font face, et répondre à ces besoins. Par exemple, il y a de plus en plus des femmes en situation de handicap qui vivent seules et nous voulons nous assurer qu’elles puissent rester indépendantes, ou plutôt co-indépendantes, car il y a toujours une entraide parmi toutes ces femmes, une vraie solidarité.  

 

femme handicap Hong Kong
photo@AWDHK

 

Quels sont les principaux défis pour une femme en situation de handicap ?

L’intersectionnalité des femmes en situation de handicap est un des principaux défis car beaucoup d’entre elles sont aidantes familiales, tantôt mères, tantôt filles de parents âgés. Elles sont en fauteuil roulant et doivent prendre soin des autres. La femme en situation de handicap est souvent infantilisée et dépeinte comme quelqu’un qui méconnait la sexualité et ça fait d’elle une cible de harcèlement et de violence sexuelle, pour cette même raison elle a du mal à en parler : elle craint qu’on ne la croie pas. La désexualisation de la femme ayant un handicap est très problématique aussi car cela mine son identité sexuelle ainsi que son estime de soi.

La femme en situation de handicap dans une société patriarcal 

Y a-t-il assez d’accès à l’éducation pour une femme en situation de handicap à Hong Kong?

Il y a une stigmatisation de la femme ayant un handicap, surtout en Asie, où la société est malheureusement encore très patriarcale. A Hong Kong, on voit encore les femmes ayant un handicap renoncer à leurs études sous la pression familiale, car les parents préfèrent investir dans le futur des frères et sœurs ou se servent de l’excuse de la difficulté de trouver un boulot plus tard.  

 

femme handicap Hong Kong
photo@AWDHK

 

Quelles sont les idées reçues à propos des femmes en situation de handicap?

Il y a cette préconception de la femme en situation de handicap très douce, innocente et arrangeante, cela rend difficile l’expression de notre désaccord. En tant que femmes en situation de handicap on essaye de montrer qu’on est des femmes comme les autres et je dis toujours: inutile de jouer les femmes normales, nous le sommes ! Mais une femme ayant un handicap se perçoit souvent comme abîmée et a tendance à en faire trop pour être considérée comme épouse ou mère potentielle. C’est comme si on jouait un jeu qu’on ne peut pas gagner, on suit les règles et on perd à chaque fois, au lieu de s’acharner dans le jeu on devrait essayer de changer les règles pour que tout le monde puisse gagner.  

Conséquences du COVID

Comment le COVID impacte-t-il les femmes en situation de handicap? 

La pandémie à beaucoup frappé les femmes en situation de handicap car beaucoup de services gouvernementaux et communautaires ont été suspendus, pour n’en citer qu’un : le service de livraison de nourriture. Donc, imagine une femme ayant un handicap et sans beaucoup de ressources qui doit rivaliser avec les acheteurs compulsifs, qui en plus, doit prendre soin des autres et faire tout le ménage. C’est souvent elle qui se sacrifie pour le reste de la famille.

 

femme handicap Hong Kong
photo@AWDHK

 

Quels sont les projets de l’association? 

On travaille actuellement pour la réduction du fossé numérique. Avec le COVID tout le monde s’adapte avec des dispositifs numériques et beaucoup de services importants se font maintenant par internet, mais bon nombre de femmes en situation de handicap n’ont même pas de smartphone, donc on essaie de les équiper et de les former à ce qu’on appelle la culture numérique. A côté de cela, on continue d’aborder les questions d’autonomie de vie et d’aidants familiales. Dans les prochains jours, on organise une séance photo professionnelle pour les femmes mariées qui n’ont jamais eu l’occasion de porter une robe de marié. 

Quel conseil donneriez-vous à quelqu’un en situation de handicap?

S’aimer soi-même, accepter sa propre histoire toute entière : le bon et le mauvais car c’est ça qui nous façonne, nos blessures font aussi partie de notre identité. J’aime partager un conseil que m’a donné un ami qui n’as pas de handicap : la vie c’est comme le bowling, tout le monde doit louer des chaussures, j’ai eu une bonne paire et tu en as eu une mauvaise, mais ça ne veut pas dire qu’on ne peut pas jouer. On passe trop de temps à regarder nos chaussures au lieu de jouer. Donc, je conseillerais à tout le monde de ne pas se focaliser sur les chaussures des autres mais plutôt sur leur façon de jouer. Et qui sait…peut-être que les chaussures de quelqu’un d’autre sont très jolies mais tout aussi inconfortables, on ne peut pas le savoir.   

 

Pour être sûr de recevoir GRATUITEMENT tous les jours notre newsletter (du lundi au vendredi)

Ou nous suivre sur Facebook et Instagram

 

Nous vous recommandons
Claudia Delgado

Claudia Delgado

Mexicaine de langue française, Claudia est traductrice. Cela fait quelques mois qu’elle habite à Hong Kong et rédige des articles pour le Petit Journal
0 Commentaire (s) Réagir