Kev Adams : parrain du #Téléthon2022 !

Par AFM-Téléthon | Publié le 19/09/2022 à 17:45 | Mis à jour le 19/09/2022 à 22:39
kev adams parrain du telethon 2022

Les 2 et 3 décembre prochains, Kev Adams sera le parrain du Téléthon 2022. Humoriste et comédien, cet artiste accompli s’engage aux côtés des chercheurs, des familles et des milliers de bénévoles mobilisés partout en France dans le combat contre les maladies rares.

 

« Vous ne pouvez pas imaginer à quel point je suis touché et fier d’endosser ce rôle. Le plateau du Téléthon a été l’une de mes premières télé. C’était en 2009, j’étais hyper impressionné mais déjà très fier d'y être. Les 2 et 3 décembre, je vais donner le meilleur de moi-même pour porter ce combat des familles qui me tient à cœur et je compte sur chacun pour être à mes côtés. Ensemble, on ne lâchera rien pour donner aux chercheurs les moyens d’aller encore plus vite et de remporter des nouvelles victoires ! »

 

Kev Adams, parrain du Téléthon 2022

Vendredi 2 décembre, Kev Adams, Sophie Davant, Nagui, Cyril Féraud, les familles, chercheurs et les équipes de France Télévisions donneront, depuis les studios du Lendit (93), le coup d’envoi du Téléthon2022 ! 30h de fête sur France Télévisions et partout en France, de témoignages, de rire, de partage et de convivialité, un marathon télévisuel unique grâce auquel une véritable révolution de la médecine est engagée.

 

 

Ensemble, on ne lâche rien !

En 35 ans de combat, nous sommes passés de maladies méconnues, à des premières maladies vaincues. Nous y avons cru, nous n’avons rien lâché et pas à pas, les obstacles ont cédé, les premières victoires ont été remportées, la vie des malades a changé. Mais parce que 95 % des maladies rares restent encore sans traitements, parce que de plus en plus de recherches sont aux portes de l’essai, nous ne devons rien lâcher.

 

AFM Téléthon

AFM-Téléthon

L’AFM-Téléthon est une association de parents et de malades qui mène un combat sans relâche contre des maladies génétiques, rares et lourdement invalidantes.
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale