Le top 5 des choses à faire quand on apprend qu’on part à l’étranger

Par AGS | Publié le 07/11/2022 à 17:30 | Mis à jour le 07/11/2022 à 17:30
partir à l'étranger, démarche

L’expatriation est une belle expérience. On gagne en autonomie et en ouverture d’esprit. Partir à l’aventure est toujours très excitant, mais lorsqu’il s’agit de partir vivre dans un pays totalement étranger, il est primordial de bien s’y préparer. Quelles sont les choses auxquelles il faut penser lorsqu’un projet d’expatriation à l’international se concrétise ? Notre partenaire AGS déménagements nous donne son TOP 5 des priorités pour bien s’organiser.

 

1. Se renseigner sur le pays d’accueil

Un des choses essentielles de votre préparation et de vous informer un minimum sur le pays d’accueil à savoir sur la monnaie, la langue parlée, les conditions de vie, les difficultés potentiellement rencontrées sur place, la culture, etc. Vous pouvez vous renseigner auprès des communautés d’expats (nombreuses sur Internet), sur les blogs des expats, sur le site du ministère des affaires étrangères ou auprès d’associations françaises à l’étranger. N’hésitez pas à contacter des expats qui sont sur place pour connaître la réalité de l’aventure.

 

2. Penser à sa santé

Avant le départ, il peut être pertinent de faire un check-up santé complet (bilan sanguin, dentiste, spécialiste et gynéco inclus) ! Et de vous faire vacciner en fonction de ce qui est préconisé sur le site du service public. D’ailleurs, n’oubliez pas ensuite votre carnet de vaccinations. Pensez à toute la famille et également à vos animaux de compagnie bien à l’avance car les exigences à l’entrée dans certains pays peuvent être longues à effectuer (vaccination, quarantaine...)

 

Si vous avez un traitement médical, une visite chez le médecin s’impose pour avoir une ordonnance à jour de votre traitement. Il peut aussi être intéressant de partir avec un stock de médicaments si vous n’êtes pas sûre de trouver vos médicaments sur place.

 

En termes de santé, il est surtout important de souscrire à une assurance internationale qui vous assure en cas de pépins à l’étranger (Caisse des Français de l’étranger, April international, etc.) Renseignez-vous également sur les possibilités de protection sociale dans le pays d’accueil visé. Dans les pays d’Europe, vous n’aurez pas particulièrement de soucis pour être pris en charge. En dehors, renseignez-vous.

 

3. Les formalités administratives

La liste varie et peut être plus ou moins longue concernant les démarches administratives, soyez vigilant et proactif. Tout d’abord, il convient de se pencher sur le type de contrat auquel vous allez être soumis. S’agit-il d’un contrat d’expatrié, d’un contrat local ou d’un détachement ? Celui-ci a un impact considérable sur ce que prendra en charge votre employeur, mais aussi au point de vue fiscal, légal ainsi qu’au niveau de la couverture sociale.

 

Si vous partez hors de la zone européenne, vous allez devoir entreprendre des démarches pour obtenir un permis de séjour et de travail. Les dossiers et documents demandés vont varier selon votre destination et selon votre profil et celui de la société qui vous emploie. Là aussi penser aux membres de votre famille, votre conjoint et vos enfants devront très probablement aussi effectuer des démarches pour avoir le droit de rester avec vous mais aussi de travailler et d’aller à l’école. Cela peut prendre du temps, pensez à vous y prendre à l’avance et à contactez l’ambassade du pays d’accueil ainsi que l’ambassade française dans votre pays de destination.

 

Pour les enfants, nous avons la chance de trouver des Ecoles françaises un peu partout dans le monde. Les établissements d'enseignement français homologués par le ministère chargé de l'éducation forment un réseau mondial de 567 établissements dans 140 pays. Cela va de la maternelle à la terminale, renseignez-vous si vos enfants veulent vous suivre en tant qu’étudiant post baccalauréat.

 

Un autre conseil a ne pas négliger est de prévenir sa banque afin de faciliter les transactions une fois que vous êtes à destination et éventuellement prendre une carte de crédit offrant des avantages en termes d’assurance à l’étranger.

 

4. Le déménagement et le logement

Il n’est jamais très simple de déménager ses affaires à des milliers de kilomètres. Préparez votre déménagement suffisamment tôt. Tout d’abord, pensez à ce que vous allez faire de votre logement actuel. Êtes -vous propriétaire et allez-vous le mettre en location ? Êtes -vous locataires et quel est votre préavis ? Pensez aussi à arrêter vos abonnements et contrats rattachés au logement (eau, électricité, assurance, internet…). Puis l’aspect logistique du déménagement en lui-même. Qu’allez-vous prendre avec vous à l’autre bout du monde ? Le conseil est de bien anticiper les délais d’emballage, d’acheminement, de dédouanement et de livraison afin de vous rendre les choses plus simples une fois à destination. Renseignez-vous bien à l’avance auprès des sociétés spécialisées dans ces déménagements internationaux, et demandez des devis.

 

Votre choix doit porter sur un professionnel ayant l'habitude de faire du déménagement à l'international. La certification FAIM (FIDI Accredited International Movers) délivrée par la FIDI (Fédération Internationale des Déménageurs Internationaux) garantit la compétence technique et le sérieux du déménageur.

 

Le déménageur doit maîtriser parfaitement l'organisation des opérations et connaître les particularités locales du pays de destination et prendre en charge l'ensemble des formalités douanières. Vérifier que le devis soit clair et corresponde à vos attentes. Est-ce que les taxes, les frais de douanes, l'assurance l'emballage et les fournitures utilisées sont inclus ?

 

Si votre employeur ne vous fournit pas un logement de fonction à l’arrivée, renseignez-vous au mieux avant le départ. Est-ce qu’il faut trouver un logement avant de partir, ou est-ce qu’il vaut mieux attendre d’être sur place et vivre à l’hôtel en attendant, ou chez l’habitant, etc. Renseignez-vous sur les conditions de location en contactant des agences immobilières ou éventuellement en passant par le réseau des expats.

 

5. Apprendre les bases de la langue

Une dernière chose, pour faciliter votre intégration dans le pays d’accueil, il est bon de commencer à apprendre la langue. Du moins, connaître les formules de politesse de base et le vocabulaire utile. Les locaux apprécieront le fait que vous essayez d’apprendre leur langue et feront sans doute plus d’efforts pour communiquer. De plus, cela vous fera gagner du temps sur l’apprentissage de la langue une fois sur place.

 

La maîtrise de l’anglais semble quant à elle essentielle. Du moins, si vous n’allez pas en zone francophone ! Si vous ne connaissez que très peu de mots dans la langue du pays d’accueil, au moins, vous pourrez toujours vous en sortir avec quelques mots d’anglais.

 

 

Le stade de la préparation revêt une importance capitale dans tout projet d’expatriation. Et au moment du déménagement l’assistance et l’accompagnement de l’entreprise de déménagement s’avère cruciale. Il est important de choisir la bonne !

Vous venez d’apprendre que vous allez bientôt déménager à l’étranger ? Demandez un devis gratuit !

Sur le même sujet
0 Commentaire (s) Réagir
Dans la même rubrique
À lire sur votre édition internationale