Lundi 22 juillet 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Des milliers d’aspirants expatriés recalés par le Québec

Par Justine Hugues | Publié le 22/02/2019 à 10:00 | Mis à jour le 22/02/2019 à 10:48
dossiers d'immigration annulés Québec

Le ministre québécois de l’immigration vient d’annuler 18.100 demandes d’immigration en attente de traitement. Cette décision vise à mieux adapter la sélection des candidats immigrés aux besoins de main d’œuvre de la province canadienne. 

Beaucoup de Français devront temporairement mettre au placard leurs rêves de grands espaces et d’hospitalité canadienne. Le ministre québécois de l'Immigration, de la Diversité et de l'Inclusion, Simon Jolin-Barrette, vient d'annuler 18.100 demandes d’immigration en attente de traitement, dont celles de près de 5.500 personnes qui vivraient déjà dans la province, vient d’annoncer Radio Canada. 

Cette décision fait suite à l’une des promesses électorales de la Coalition Avenir Québec, au pouvoir depuis octobre 2018, qui s’était engagée à faire baisser de 50.000 à 40.000 le nombre de nouveaux arrivants accueillis annuellement dans la province. Le gouvernement dirigé par François Legault invite désormais les candidats à l’immigration à se porter candidats via un nouveau système nommé Arrima, qui vise à mieux adapter les profils des aspirants immigrés aux besoins réels des entreprises du Québec.  

« Je ne sais pas quoi faire, je suis désorienté. J'ai fortement choisi Montréal, car c'est la seule ville en Amérique du Nord où je veux habiter », confie à Radio Canada Kyran Assing, violoncelliste originaire de Trinidad-et-Tobago et résident canadien depuis plusieurs années.

Le ministre Jolin-Barette s’est voulu rassurant, lorsqu’il a rappelé que les dossiers des personnes qui ont déjà un emploi/une offre d’emploi au Québec seraient traités en priorité. « Avant, c'était du premier arrivé, premier servi et on traitait tous les dossiers. Maintenant, on ne traite qu'en priorité les dossiers des gens qui répondent aux besoins du marché du travail » a-t-il déclaré. 

Le gouvernement a promis de rembourser les frais de dossier des candidats malheureux, notamment les coûts afférents aux tests de langue et différentes certifications à fournir. 

 

Un projet de loi « cruel »

Pas de quoi décourager l’Association québécoise des avocats et avocates en droit de l’immigration (AQAADI) et une candidate coréenne à l’immigration, Seeun Park, lesquels ont décidé de porter la décision gouvernementale devant la Cour supérieure du Québec. Dans leur requête, l’AQAADI et Seeun Park écrivent que le projet de loi est « cruel ». « Pour les milliers de demandeurs qui attendent une décision finale pour leur demande de Certificat de Sélection du Québec, et surtout pour ceux qui auraient obtenu un CSQ dans les prochains mois avant l’adoption du Projet de loi, ce refus de traiter les demandes en inventaire est dévastateur. Il anéantit la capacité de ces individus, dont plusieurs sont déjà bien engagés dans et à l’étape finale du processus de sélection, de réaliser leurs projets d’une nouvelle vie au Canada.»  

Cette requête s’ajoute à une autre similaire déposée par Koffi Kumassi, un jeune ivoirien résidant à Sherbrooke.  Les deux demandes seront entendues vendredi 22 février et le délibéré vraisemblablement rendu dans les jours suivants. 

Justine Hugues

Justine Hugues

Après avoir travaillé 8 ans dans l’aide humanitaire et au développement (en Amérique Centrale, République Dominicaine et Birmanie) elle s'est reconvertie dans le journalisme avec l'ESJ Pro. Elle fait aujourd'hui partie de l'équipe de rédaction à Paris.
12 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ceytte mer 27/02/2019 - 09:55

Une honte !!!!!Mon fils a tout vendu en FRANCE avec une promesse de vie meilleur au CANADA (le canada lui a financé une formation de 8 mois ) Il a un contrat dans une grande mine, ma belle fille travaille dans une clinique vétérinaire, leur fille de 20 mois est canadienne. Et on vient de leur refuser leur visa :( Donc dans peur de temps l'expulsion!!! Et toutes les portes qui se ferment,

Répondre
Commentaire avatar

gsour lun 15/04/2019 - 11:23

L'administration provinciale est désormais remplie de fonctionnaires d'origine française récente qui ont importé leurs goûts pour les règles compliquées avec moult exceptions comme on voit en France, sans parler des décisions arbitraires individuelles. Donc une erreur est possible. Mais on peut obtenir justice. Il y a des canaux pour ça. Cependant faire attention de s'exprimer calmement en se limitant aux faits. Le coup de gueule à la Française vous desservira et peut même entraîner votre expulsion manu militari d'un bureau administratif. Votre cas paraît extrême, mais l'avez-vous bien résumé? Les spécialistes miniers sont très en demande et j'ai rencontré récemment un gars qui vient les chercher directement en France car on en manque. D'un autre côté, comment leur fille peut elle être canadienne?

Répondre
Commentaire avatar

Carlos Jacques mar 26/02/2019 - 18:09

Il est vrai que nous devons respecter la souveraineté de chaque pays et ses règles, mais ce ministre et son gouvernement oublient que la grandeur du Canada a été construite par la main de l'immigrant! Les attitudes de xénophobie freineront le développement et inciteront les jeunes à rechercher des patries démocratiques ouvertes à toutes les races et toutes les cultures, comme la France. Le monde a besoin de ponts, pas de murs!

Répondre
Commentaire avatar

MARIE-ANNETTE DJAMOUSSI lun 25/02/2019 - 17:42

tout a fait d'accord je pense que si le QUEBEC a beqoin de main d'oeuvre il n'a pas a accueillir n'importe qui pour cà

Répondre
Commentaire avatar

ceytte mer 27/02/2019 - 10:09

d'accord mais quand il accueille après avoir financé une formation, il ne faut pas refuser le visa (le cas de mon fils ) qui a son job depuis plus d'un an c'est débile

Répondre
Voir plus de réactions

Education

Dubaï Appercu
ENSEIGNEMENT

ANGÉLIQUE MOTTE - Les clefs de l’école pour les parents

C’est la rentrée scolaire, avec son cortège de questions et d’inquiétudes, pas seulement du côté des élèves, mais aussi (surtout ?) chez les parents. La vie d’expat rajoute encore un peu de complexité

Famille

Le sentiment de solitude à l'épreuve de l'expatriation

L’expatriation entraîne souvent des bouleversements qui précipitent ou exacerbent la confrontation à la solitude. Aborder des tranches de vie au gré de rencontres temporaires, même enrichissantes...

Sur le même sujet