Lundi 24 septembre 2018
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

LE JOURNAL D'UNE ADO EXPATRIÉE - Léa, 13 ans, s’installe à Chicago

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 11/06/2017 à 17:21 | Mis à jour le 23/08/2017 à 07:52
Lea.Cover

Après avoir vécu aux 4 coins du monde, Véronique Martin-Place, maman de deux jeunes filles, publie le Journal d'une ado expatriée, une année de la vie de Léa, 13 ans, qui apprend qu'elle doit tout quitter pour aller vivre à Chicago. Le récit de ses états-d'âmes, de ses craintes, mais aussi de ses petites victoires et ses joies seront une lecture idéale pour les 9-13 ans qui vivent la même expérience de déracinement ou qui rêvent d'ailleurs 
 

Installée à Nantes, après avoir vécu en Norvège et au Sri Lanka puis en famille aux Etats-Unis et Chine, c'est en pensantà ses deux filles que Véronique Martin-Place a écrit Le Journal d'une ado expatriée. Âgées de 12 et 14 ans, celles-ci n'ont pourtant pas été directement confrontées à cette rupture lors des expatriations successives de leurs parents. « Lorsque nous sommes partis vivre à Chicago, elles avaient 3 et 5 ans. Quatre ans plus tard, nous nous sommes installés à Shanghai, mais elles étaient encore petites ». L'auteur s'est pourtant intéressée particulièrement à cette période de transition qu'est la préadolescence et a cherché à en explorer les sentiments : « les 9-13 ans sont entre deux âges, ils sortent de l'enfance, mais ce ne sont pas encore des grands, même si l'expatriation les rend parfois plus matures. Ils sont en pleine construction identitaire, leur groupe d'ami est leur référence, leur base en dehors du cadre familial. » Partir vivre à l'étranger peut donc être particulièrement déstabilisant.

Léa, le personnage central du livre, va être confrontée à cette situation. Elle réside a? Nantes et adore sa bande de copines qu'elle connait depuis toujours. Mais sa maman travaille à Chicago. Léa et son père vont donc quitter la France pour la rejoindre aux Etats-Unis. Au fil des pages, on suit la jeune fille sur une année, du moment où elle apprend la nouvelle - qui ne la réjouit pas du tout - jusqu'au processus d'acceptation et d'adaptation.

 « J'ai voulu expliquer à travers elle toutes les étapes par lesquelles les jeunes expatriés vont passer : l'annonce, le départ, les au-revoir, la nouvelle école, l'adaptation culturelle », explique Véronique. Léa a du mal à quitter ses copines. « Et le fil directeur du livre, c'est qu'elle est passionnée par le théâtre, elle en fait de manière assidue et se demande comment elle va continuer à pratiquer cette passion aux Etats-Unis ».
Son gros problème, c'est la langue car ses parents ont choisi de la mettre dans une école américaine. « Elle se demande comment elle va s'en sortir. Le théâtre c'est beaucoup d'expression orale, comment va-t-elle faire ? »


« L'essentiel de leur vie, c'est l'école. C'est l'enjeu principal »
Les phases et les sentiments qu'elle éprouve sont assez universels. Véronique a montré les efforts que Léa doit réaliser pour s'adapter : « Elle a une charge de travail importante lorsqu'elle arrive dans sa Middle school, parce qu'elle doit progresser en anglais. En plus, elle rentre en 5e et pas en 4e, donc elle a l'impression de régresser. Elle n'est pas contente du tout quand elle l'apprend. Finalement, elle se rend compte qu'elle a besoin de ses parents, un peu comme un bébé, qui l'aident dans ses devoirs, et l'accompagnent partout alors qu'elle était très indépendante en France. Il faut bien comprendre qu'en Illinois, selon la loi, un enfant doit rester sous la supervision d'un adulte jusqu'à l'âge de 14 ans, et ne peut pas par exemple prendre le métro tout seul. C'est un vrai problème pour un ado qui rêve d'autonomie. Le contexte culturel est très important. »

Léa change énormément au cours de cette année, prend du recul vis-à-vis de ses parents. « Elle avait un avis très tranché sur eux parce que c'est sa maman qui, par son travail, la fait changer de vie. Elle évolue et se rend compte que ce n'est pas si facile que ça pour elle, et que les parents avaient raison de prendre cette décision. Elle se reconstruit ».

 

Est-ce que les enfants arrivent toujours à se reconstruire aussi bien ? « C'est une question que je me pose. Si ça marche une fois, je ne suis pas sûre que ça marche à chaque fois. J'ai un avis assez mitigé sur l'expatriation. L'expat n'est pas le paradis. Souvent on met avant le coté bling bling et on idéalise mais ce n'est pas si évident sur du long terme. Je n'aborde pas ça dans le livre, mais s'il y a une suite, c'est peut-être le questionnement que mes personnages pourraient avoir. » Pour Véronique, faire le choix d'une expatriation est de plus en plus difficile quand les enfants grandissent : « multi expatriations, changements de langue, de systèmes d'enseignement... La problématique de la scolarisation est un frein. Surtout à l'âge où l'ado s'oppose à ses parents, devient adulte ; il me semble important de prendre en considération son avis et sa vie. Il faut l'écouter, ce n'est pas rien de faire le choix de s'expatrier ».

Après un doctorat en Science Politique, Véronique Martin-Place (photo ci-contre) s'est formée a? l'écriture et a? l'illustration de livres jeunesse a? la School of Art Institute of Chicago. « La littérature jeunesse est un domaine dans lequel j'ai envie de m'investir. Pour écrire ce journal intime, j'ai dû faire appel à mon enfant intérieur. Comment aurais-je réagi dans cette situation ? Je n'ai pas voulu écrire faussement comme une adolescente, en revanche j'ai observé les comportements de mes filles. Ma fille aînée tient un journal intime qu'elle me montre parfois furtivement. J'ai donc mis dans ce livre des post-its, des petits dessins qui viennent donner de l'information en dehors du récit sur la ville ou sur des choses dites par les parents. Cela complète le récit au quotidien ». 

Le journal d'une ado expatriée aidera ceux qui vont partir pour la première fois vivre à l'étranger et ne savent pas à quoi s'attendre. Il s'adresse aussi à ceux qui sont déjà partis, même si ce n'est pas dans le même pays, car ils se reconnaitront certainement, et à leurs familles restées en France, « ceux qui ont des cousins qui partent et qui se demandent ce qui va leur arriver. On oublie souvent que le quotidien les rattrapera, et qu'il ne faut pas idéaliser ! »

MPP (www.lepetitjournal.com) lundi 12 juin 2017 (réédition)

Le livre est disponible sur Amazon : 

- version papier de Journal d'une ado expatriée : https://www.amazon.fr/Journal-dune-expatri%C3%A9e-V%C3%A9ronique-Martin-Place/dp/B071FFFCGK/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496298304&sr=8-1&keywords=journal+d%27une+ado+expatri%C3%A9e

- version numérique de Journal d'une ado expatriée : https://www.amazon.fr/Journal-dune-expatri%C3%A9e-V%C3%A9ronique-Martin-Place-ebook/dp/B071W5P583/ref=sr_1_1?ie=UTF8&qid=1496300686&sr=8-1&keywords=journal+d%27une+ado+expatri%C3%A9e+kindle

0 Commentaire (s)Réagir

Education

Dubaï Appercu
ENSEIGNEMENT

ANGÉLIQUE MOTTE - Les clefs de l’école pour les parents

C’est la rentrée scolaire, avec son cortège de questions et d’inquiétudes, pas seulement du côté des élèves, mais aussi (surtout ?) chez les parents. La vie d’expat rajoute encore un peu de complexité

Sur le même sujet