Dimanche 25 août 2019
Édition Internationale
Édition Internationale
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Oui au Débat, Non au BlaBla !

Par Lepetitjournal.com International | Publié le 11/02/2019 à 17:30 | Mis à jour le 18/06/2019 à 10:12
conseillers consulaires Grand débat national

Pour un vrai débat démocratique auprès des Français de l’étranger

En tant que conseillères et conseillers consulaires nous avons été invités par le gouvernement à promouvoir le Grand Débat National auprès des Français de l'étranger. Pour nous la participation citoyenne et la démocratie participative sont des principes fondamentaux que nous cherchons à promouvoir dans le cadre de notre mandat de représentants locaux. Nous voyons ainsi ce rendez-vous comme une opportunité de susciter dans notre circonscription un débat de fond sur nos préoccupations et de les faire remonter aux autorités responsables pour obtenir des réponses et des solutions. A l’étranger où le lien avec la France est principalement assuré par le système administratif consulaire et où l’abstention aux scrutins atteint des scores très élevés, un tel rendez-vous est peut-être encore plus important encore qu’en métropole.

Toutefois nous sommes perplexes au vu de la méthode proposée par le gouvernement.

- quelle lisibilité auront les citoyens sur la prise en compte des demandes qu'ils auront faites? sur les critères et modalités utilisés pour traiter leurs propositions ? Comment pourront-ils accompagner cela une fois le débat terminé ? Les informations fournies sur le site à ce sujet ne parlent que d’un collège de 5 garants dont on ne dispose que des informations vagues et qui ne paraissent pas représenter la diversité de la population.
- comment pourrons-nous discuter ouvertement de tous les thèmes si le Président a déjà orienté le débat sur des axes spécifiques et annoncé qu'il ne reviendra pas sur certains arbitrages politiques pris depuis le début de son mandat et qui sont au cœur du mécontentement exprimé par une majorité de Français ces derniers mois ? A quoi sert alors ce débat s'il doit être tronqué par des biais préalables ?

Une enquête diffusée par Médiapart fin janvier a d’ailleurs montré que la Commission Nationale du Débat Public dont la mission est précisément d’être le garant de la neutralité et de l’impartialité de tous les débats publics organisés dans le pays, n’a pas été dûment impliquée dans la mise en œuvre du débat, donnant ainsi trop d’importance aux arbitrages du gouvernement qui ne devrait pas à la fois proposer, organiser et synthétiser les résultats de cette consultation.

Pour toutes ces raisons nous affirmons dans ce manifeste notre engagement pour la démocratie participative et le respect d’un débat réellement citoyen. Nous nous engagerons à promouvoir une démarche horizontale, transparente et ouverte dans l'intérêt des citoyens de nos circonscriptions respectives et dans les conditions définies collectivement par eux-mêmes.

Signataires :

Cécile Lavergne, conseillère consulaire AFE en Colombie

Florence Poznanski, conseillère consulaire au Brésil (2e circonscription)

François Boucher, conseiller consulaire AFE au Mexique

Philippe Forestello, conseiller consulaire en Bolivie

Stéphane Mukkaden, conseiller consulaire Islande - Norvège


 

Nous vous recommandons

9 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

florade mer 06/03/2019 - 21:48

je lis aujourd'hui les déclarations de Philippe sur les possibles déceptions des francais á l'issue du "débat", ne disons plus "grand débat"..disons plutot "grand enfumage"! Donc, n'attendons RIEN comme prévu!

Répondre
Commentaire avatar

xavierklein mer 13/02/2019 - 11:17

Le «Grand débat national» organisé au pied levé et à la va-vite peut-il remplacer le déficit, depuis des années, de réel débat politique tout court? Quand les français ont voté CONTRE la constitution, en a t-on tenu compte? Un président élu par défaut (19% des inscrits au 1er tour, et vote au 2ème tour contre le FN avec l'abstention ou les votes blancs que l'on sait) avec un programme clairement libéral peut-il engager des réformes aussi draconiennes? Ce même président, son gouvernement et leurs soutiens pourraient-ils engager et même penser une autre politique qui irait à l'encontre de leurs idées? Comment une CASTE politique d'élus, de hauts fonctionnaires, de technocrates, de journalistes, de pseudo-experts, issus des mêmes milieux, qui fréquentent les mêmes grandes écoles, qui usent des mêmes codes et promeuvent les mêmes solutions uniques pourraient-ils s'extraire de leurs logiques et de leurs intérêts? Cela fait des années -et cela continue- que la plupart des débats ou émissions politiques sont systématiquement confisqués par des interlocuteurs de l'establishment qui nous rabachent «qu'il n'y a pas d'autres solutions». Des années d'intoxication de masse et de défaite de la pensée. Un «logos» différent y est rare voire inexistant et quand il subsiste, il est diabolisé (populisme...). La France, mère des Révolutions, doit-elle soumettre et sacrifier systématiquement ses vœux, ses convictions, son identité républicaine et sociale, ses valeurs sur l'autel d'une Europe du Nord libérale et de l'Euro fort? A t-on jamais demandé aux français si au nom du libéralisme, ils approuvaient que leurs entreprises publiques soient privatisées ? Les a t-on consultés sur l'opportunité d'exclure du champ du marché les activités vitales (eau, énergie, santé, transports en communs, etc.)? S'est-on jamais questionné du lieu de la légitimité démocratique: l'Europe ou la France (dilemme qu'ont dû résoudre toutes les fédérations ou confédérations)? Ce débat là -fondamental- mais complexe, n'AURA JAMAIS LIEU. Si preuve il fallait, dans le temps du débat national, le président s'est autorisé, comme une provocation, d'aller signer à Aix-la-Chapelle : un geste symbolique qui veut tout dire... Ce « Grand débat » est une vaste duperie.

Répondre
Commentaire avatar

florade mer 13/02/2019 - 19:29

Tellement , mais TELLEMENT d'accord avec vous ! Nous sommes muselés depuis bien longtemps et encore plus depuis 2008 oú la volonté du peuple a été balayée comme on balaie la poussiere.

Répondre
Commentaire avatar

Kriss mer 13/02/2019 - 17:39

Tout est dit !

Répondre
Commentaire avatar

Anne Genetrt mar 12/02/2019 - 17:26

Vous êtes mal renseignés à moins que vous ne soyez de mauvaise foi. 1/ les contributions libres sont possibles pour sortir du cadre proposé 2/ le cadre proposé permet à des citoyens qui n'ont pas l'habitude de prendre la parole de participer aussi. 3/ les contributions des Français à l'étranger seront remontées par 2 canaux: la plateforme nationale ET une voie dédiée coordonnée par Paula Forteza , votre députée, qui présentera l'ensemble de nos contributions directement au Premier Ministre.

Répondre
Voir plus de réactions

Vos élus

Tout savoir sur les représentants des Français de l’étranger : les députés, les sénateurs, le secrétaire d’état et l'assemblée des Français de l’étranger.

voir plusZ

Circonscriptions

Tout savoir sur les 11 circonscriptions des Français de l'étranger : les pays, leur fonctionnement, les élus et les résultats des dernières élections

voir plusZ