CULTURE – Mafalda, la fillette de 50 ans

Par | Publié le 01/10/2014 à 03:00 | Mis à jour le 06/01/2018 à 07:30

Mafalda, la fillette argentine la plus connue du monde, soufflait ce lundi  à Buenos Aires ses 50 bougies, en compagnie de son géniteur Joaquín Lavado Quino

Mafalda est née le 29 septembre 1964 dans l'hebdomadaire argentin Primera Plana - quoiqu'elle ait été conçue quelques mois plus tôt par son créateur pour une campagne de publicité pour une marque d'électroménager, qui ne vit jamais le jour. Elle fête donc cette année ses 50 printemps, à l'occasion desquels plusieurs expositions sont organisées dans la capitale argentine.

Lorsque Joaquín Lavado Quino recevait, en mai dernier le prestigieux prix espagnol «Príncipe de Asturias », dans la catégorie « Comunicación y Humanidades », le jury décrivait Mafalda comme un personnage « intelligent, ironique, anticonformiste, contestataire et sensible ». La fillette argentine porte sur le monde qui l'entoure un regard naïf, enfantin, mais toujours critique, qui lui permet selon Quino de mettre en exergue « les vices des adultes ». « Si Mafalda continue d'être vigilante, c'est parce que l'humanité continue de commettre les mêmes erreurs, et n'apprend pas de son passé » affirme-t-il.

Parfois candide, mais toujours juste dans ses propos, Mafalda, et sa bande d'amis, sont notamment à l'origine des sentences suivantes :

« Le drame de la grande famille humaine c'est que tout le monde veut en être le père »

« Une puce ne peut pas piquer une locomotive, mais elle peut rendre fou le machiniste »

« Les journaux inventent la moitié de ce qu'ils disent, et ne disent que la moitié de ce qu'il se passe »

« Travailler pour gagner sa vie, d'accord, mais pourquoi faut-il que cette vie qu'on gagne, il faille la gaspiller à travailler pour gagner sa vie ? »

« Peut-être bien qu'en ce monde, il y a de plus en plus de gens et de moins en moins de personnes »

« Le calendrier est la bureaucratie du temps »

« Le problème avec la folie des grandeurs, c'est qu'on ne sait pas où finit la folie et où commence la grandeur »

Mafalda, ce sont vingt millions de bande-dessinées vendues seulement en Argentine, une vingtaine de langues de traduction, et plus de trente pays de parution ?parmi lesquels la France. Des chiffres qui font tourner la tête. L'héroïne argentine a aussi bénéficié de plusieurs adaptations en dessin animés, et une statue a été érigée à son effigie dans le quartier où vit son créateur, à Buenos Aires. C'est d'ailleurs en sa compagnie que l'homme, aujourd'hui âgé de 82 ans, posait pour célébrer l'anniversaire de « sa » fillette.

Fabien Leboucq (www.lepetitjournal.com/santiago) mercredi 1er octobre 2014

0 Commentaire (s) Réagir