Vendredi 16 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

HISTOIRE - La fondation de Porto-Novo, Tè-Agbanlin et le Zangbeto

Par Lepetitjournal Cotonou | Publié le 05/04/2016 à 22:00 | Mis à jour le 05/04/2016 à 08:27

 

Porto-Novo est la capitale du Bénin. Moins connue que sa s?ur Cotonou, la capitale économique, c'est une ville pourtant chargée d'histoire et de légende. Retour sur la légende de Tè-Agbanlin qui est considéré comme en étant le fondateur.

 

Tè-Agbanlin est le fondateur du royaume de Porto-Novo qui à l'époque s'appelait Ajaché ou Adjatché. Le nom d'Ajaché fût donné par les Yorouba, peuple musulman venant du Nigéria voisin, qui avaient investit les terres, et il signifie « nous nous sommes battus, nous avons vaincu nos ennemis et nous avons conquis une terre ».  Tè-Agbanlin y fonda le royaume d'Hogbonu, que les Portugais devaient plus tard appeler Puerto-Nuevo (Porto-Novo).

 

Tè-Agbanlin faisait partie de la dynastie des Adjas, originaires de Tado (région Sagoué) entre le Dahomey et le Togo, qui émigrèrent vers l'an 1600 à Allada. A la mort de leur père en 1600, Tê-Agbanlin et ses frères se disputèrent sa succession. Après un violent combat Medji, le cadet, resta Roi d'Allada, l'aîné Tê-Agbanlin, vint s'établir à Porto-Novo et le troisième Aho Daco-Donou, monta à Abomey auprès du Roi de Cana, nommé Dan.

 

Pour la petite anecdote, chaque fils avant de se quitter aurait volé une relique du père qu'il emporta avec lui avant de s'établir ailleurs. Tè-Agbanlin vola la canne du père et cette canne est devenu un instrument de musique célèbre qui s'appelle le « fer volé », on s'en sert pour chasser les esprits du roi qui reviendrait se venger de ses fils.

 

La légende raconte que lorsque Tè-Agbanlin arriva à Ajaché, il ne trouva pas que la brousse, mais tout une civilisation, qui s'était installée. En chemin, il traversa cependant la forêt remplie d'animaux féroces. Il dût donc s'assimiler aux animaux. Avec du fil de rafia et des feuilles de bananiers, il construisit une charpente pour se protéger. Il utilisa également une corne d'antilope, il était chasseur d'antilope, et souffla dedans pour faire peur aux animaux qui le laissèrent passer. Ainsi c'est l'antilope que l'on retrouve représentée sur les portes du temple du Zangbeto, dont il est question plus en dessous.

 

Après avoir vaincu les animaux, Tè-Agbanlin arriva à Porto-Novo et se retrouva confronté aux Yoruba, peuple musulman qui avait investit les terres avant lui. Il leur demanda l'hospitalité, mais ils lui firent la guerre. Même si l'histoire est un peu plus complexe, la légende raconte que Tè-Agbanlin alla alors chercher le masque du Zangbeto, d'origine Adja. Le Zangbeto ou « Gardiens de la nuit » est un esprit vaudoun, chargé de veiller sur le sommeil des habitants et d'éloigner, mauvais esprits et voleurs.  Esprit caché sous un costume de paille, semblable à une botte de foin,  tournant sur lui-même, il sort généralement la nuit, accompagné de ses initiés, jouant de la musique en tapant sur des cloches et tambours en chantant.

 

Lorsque Tè-Agbanlin souffla dans le masque, les Yoruba prirent peur et s'enfuirent. Ceux qui restèrent, se sont assimilés et à présent le Zangbeto est la divinité qui se charge de la sécurité dans la ville. Il faut être initié pour pouvoir avoir accès au pouvoir du Zangbeto. Le Zangbeto du Bénin et de Porto-Novo est le chef suprême des Zangbetos du monde entier.

 

Tè-Agbanlin balisa ainsi le chemin du royaume d'Hogbonu, qu'il dirigea pendant 41 ans. Ses enfants devinrent par la suite les princes de ce Royaume qui deviendra plus tard Porto-Novo.

 

Florence Bourreau (www.lepetitjournal.com/cotonou) mercredi 6 avril 2016

 

Sources : office du tourisme de Porto-Novo et texte de Charles Koukoui, Sous-Préfet p.i. de Porto-Novo paru  dans la revue 'Etudes Dahoméennes, No 13, juin 1969

 

 

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

bospar mar 11/09/2018 - 10:10

La seule information vraie dans cet article est la photo: elle représente effectivement le monument du Zangbéto, dieu gardien de la nuit.

Répondre

Vivre à Cotonou

#MAVIEDEXPAT

S’installer à l'étranger : 8 bons réflexes

Vous débutez une nouvelle aventure à l’étranger ? Où en êtes-vous dans vos démarches ? Pas de panique, nous avons listé les 8 incontournables à traiter dans les meilleurs délais.

Que faire à Cotonou ?

L’ARTISTE SLAMEUR AMAGBÉGNON : « mon cœur déborde de joie, malgré les menaces car j’ai la satisfaction du devoir accompli »

Amagbégnon de vrai nom EKLOU K. Amagbegnon Branly est un artiste slameur béninois qui écrit des textes à l’encre de la culture Vodoun et des réalités sociales en français et en langues

Sur le même sujet