Grâce à la pluie, le nord de la Thaïlande souffre moins de la pollution

Par Catherine Vanesse | Publié le 04/04/2022 à 00:00 | Mis à jour le 04/04/2022 à 08:00
Photo : LPJ Bangkok - Chiang Mai et le Doi Suthep
Chiang-Mai-Suthep-740

Habituellement considéré comme l’une des pires régions du monde au niveau de la qualité de l’air entre janvier et avril, le nord de la Thaïlande a relativement été épargné cette année.

Après plusieurs jours d’un ciel opaque dû à la mauvaise qualité de l’air et des feux de forêt intenses sur la boucle de Samoeng, la ville de Chiang Mai respire de nouveau après les pluies de ce samedi 2 avril. 

Chaque année, entre janvier et avril, les niveaux de concentration de particules fines PM2.5 atteignent régulièrement des taux dangereux pour la santé dans le nord de la Thaïlande au cours de ce que l’on appelle la “saison des fumées”. 

Lors de la saison chaude, les agriculteurs du nord de la Thaïlande brûlent leurs champs pour préparer la terre pour la prochaine récolte et aussi pour se débarrasser des déchets biologiques tels que les feuilles dans les forêts ou les plants de maïs. À cette pollution saisonnière s’ajoutent les émissions de monoxyde de carbone des véhicules ou des usines environnantes.
 

évolution de la pollution à chiang mai depuis 2019
Depuis le début de l'année 2022, Chiang Mai a relativement été épargnée par la pollution de l'air en comparaison aux années précédentes. Photo Chiang Mai Air Quality

Pour autant, l’année 2022 apparaît comme une relativement bonne année avec des taux de concentration de particules fines inférieurs aux années précédentes. Le mois de mars compte normalement près de 20 jours avec des taux de pollution aux particules fines (PM 2,5) dépassant 150 selon l’indice AQI ou 50 ug/m3, des niveaux considérés comme mauvais pour la santé selon l’Organisation mondiale de la santé. Le mois de mars 2022 n’a par contre enregistré qu’une seule journée avec des taux de particules fines de plus de 150 selon l’indice AQI. 

Les mois de janvier et février 2022 ont également été très bons en comparaison avec les années précédentes avec des niveaux de pollution modérés. 

Pluie et meilleure gestion des feux

Selon Chiang Mai Air Quality, le phénomène météorologique La Niña pourrait expliquer la diminution de la pollution. En effet, depuis le mois de janvier, le nord de la Thaïlande a connu plusieurs jours de pluie, dont une dépression venue de Chine qui a largement arrosé le pays ce samedi 2 avril. 

A ces événements météorologiques, il faut ajouter une meilleure gestion des feux de forêt par les autorités en particulier en janvier et février ainsi qu’une plus grande adhésion dans les zones agricoles pour respecter l’interdiction de brûler les déchets agricoles. 

Malgré une politique plus efficace, plusieurs feux de forêt ont néanmoins détruit plusieurs hectares, en particulier au nord et au sud de la boucle de Samoeng à Chiang Mai. 

Sur le même sujet
catherine_vanesse-LPJ-Bangkok

Catherine Vanesse

Installée en Thaïlande depuis 2013 après avoir travaillé pendant 8 ans pour RTL Belgique, Catherine a collaboré avec des médias francophones locaux avant de devenir co-rédactrice en chef pour Lepetitjournal.com Bangkok (et correspondante RTL Belgium)
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale