Vendredi 17 septembre 2021

Les dangers au quotidien à Madras en 1969 (mais aussi aujourd’hui)

Par Alain Guillaume | Publié le 15/02/2021 à 01:00 | Mis à jour le 15/02/2021 à 01:00
Photo : Nalla Pambu, Mahabalipuram en 1969
5 Nalla pambu à Mahabalipuram

1969, Madras. Alain est un jeune étudiant parachuté en Inde à la fin de son cursus. Une expérience qui le marquera à jamais. 50 ans plus tard il partage ses souvenirs de Madras sur lepetitjournal.com, un régal !

 

La vie n’est pas de tout repos en Inde

Personne n’est à l’abri d’accidents hélas trop fréquents. Là où nos normes occidentales, parfois contraignantes et difficiles à comprendre, offrent une relative sécurité, le laisser-aller, la vétusté des matériels, incitent à la vigilance. Nous avons connu quelques alertes, et aussi des drames….

Lakshmi, notre réceptionniste, est une grande et belle jeune fille de 20 ans, très mince, et dont les cheveux noirs forment une très longue tresse de danseuse de bharatanatyam. A l’arrière d’un taxi avec son fiancé, ce dernier la voit brusquement plonger en avant, la tête contre le siège du chauffeur. Le plancher de la vieille Ambassador est tellement pourri que l’extrémité de sa tresse est passée à travers et s’est enroulée dans l’arbre de transmission. Mohan fait immédiatement stopper la voiture, heureux réflexe. Lakshmi aurait pu avoir la nuque brisée.  Elle dira adieu à ses beaux cheveux et, outre la frayeur, en sera quitte pour porter une minerve pendant quelques semaines. Shabari, 20 ans, étudiante à l’Alliance Française et à Stella Maris College, cuisinait sur un réchaud placé à même le sol. Son sari de mousseline s’est embrasé. Elle n’a pas survécu.

 

Beaux saris, si dangereux parfois chennai india inde
Beaux saris, si dangereux parfois... 

 

Raju, un autre de nos étudiants, revient du cinéma avec un copain un soir de juin 1970. Grosses bourrasques, pluie très drue, rue pas éclairée ; ils sont tous deux foudroyés par des câbles électriques tombés sur un trottoir du quartier de Gopalapuram …En pleine mousson, beaucoup de rues sont inondées. Je raccompagne en voiture notre ami Jean, qui me demande un arrêt devant l’étal d’un marchand de cigarettes. Il sort rapidement (sur ma 2 CV française, la portière passager est à droite), pour disparaître presque entièrement à ma vue : sous ses pieds, une bouche d’égout ouverte et invisible a manqué de l’avaler. Elle est heureusement assez étroite et peu profonde et il s’en tirera avec une épaule luxée. Il est courant en cette saison que pour accélérer l’écoulement de l’eau les riverains retirent les couvercles des égouts.

Nalla Pambu  ("le bon serpent" en tamoul) un danger courant à Madras – et aujourd’hui encore à Chennai. Rentrant chez moi tard un soir, j’aperçois dans les phares de ma 2 CV quelque chose se glissant furtivement dans les buissons au fond de la cour. Intrigué, j’en parle le lendemain à Nagaratnam, l’homme à tout faire de l’Alliance, qui prend la chose très au sérieux. Il me met en relation avec deux hommes de son village, spécialistes des serpents. Moyennant quelques roupies, ils inspectent la cour, sortent de leurs sacs deux flutiaux et après quelques minutes se précipitent dans les buissons pour extirper, en le tenant par la queue, un cobra de belle taille. Ils l’immobilisent, lui arrachent les crochets et le fourrent dans un sac. L’un d’eux me dit "il y en a un autre". Re-belotte, le deuxième cobra subit le sort du premier et mes deux lascars en dhoti s’en vont trottinant avec leur butin. Sueurs froides à posteriori, mes voisins de cour ont de jeunes enfants. Cet évènement est courant d’après mes amis indiens.

 

cobra serpent chennai madras danger india inde

 

 

Notre Vice-Consul me raconte qu’il n’était pas rare vers 1960 de voir un de ces reptiles traverser tranquillement Mount road. Au Consulat (à Teynampet), on avait mis des mangoustes dans les jardins, mais les voisins les ont empoisonnées … Rappelons que le cobra est particulièrement vénéré par les hindous ; à la campagne il figure parmi les divinités de villages (Gramadevata) érigées au pied d’un banian.

 

divinité serpent india inde
Gramadevata dans un village en 1969 en Inde 

 

Connaissez-vous les gestes et réflexes indispensables en Inde ?

 

Tout d’abord, lepetitjournal.com fait le point sur les gestes à adopter au quotidien :

  • Hydratez-vous, buvez au moins 2 litres d’eau par jour, mais surtout ne buvez jamais l’eau du robinet elle contient toutes sortes d’herbicides, pesticides, métaux lourds…En cas de déshydratation (maux de tête, manque d’énergie, urines foncées…), il existe des boissons riches en minéraux, ou des solutions de réhydratation à acheter en pharmacie. L’eau de noix de coco est aussi excellente dans ce cas.
  • Lavez les fruits et légumes à l’eau filtrée (ou avec quelques gouttes de BIO VEGE WASH par exemple), et méfiez-vous des crudités dans les restaurants et resorts. On vous recommande vivement aussi d’être vigilant avec les surgelés ; Pour l’anecdote, certaines supérettes éteignent les réfrigérateurs la nuit pour faire des économies ! (SIC)
  • Pour les rendez-vous de médecins (en savoir +, cliquez ici) faites-vous relire les ordonnances et comprenez-les. A noter qu’en Inde, on vous donne le nombre EXACT de médicaments pour la durée du traitement, il est donc possible que vous n’ayez pas de boîte entière ! De plus, les traitements antibiotiques sont parfois trop courts, demandez à prolonger à 5 jours minimum.
  • Ne négligez aucune plaie car elles évoluent plus vite en Inde qu'en France car la chaleur et l’humidité favorise la prolifération des germes. Pour toute petite blessure, rincez à l’eau, lavez au savon et désinfectez avec de l’antiseptique. Les pansements ne sont pas toujours recommandés car ils empêchent la plaie de sécher (mais protège de la poussière…). Il est donc conseillé l’incontournable éosine ! (à rapporter de France idéalement).
  • Le rhume est fréquent en Inde, principalement à cause des changements de températures entre extérieur et intérieur. Pensez à bien nettoyer régulièrement les filtres de vos climatisations ! On démonte, on passe sous l’eau, on laisse sécher et on remet. Simple. Basique. Pour guérir le rhume ? Le sérum physiologique pour les enfants et, pour les adultes, une solution miracle ici nommée le sachet SAMAHAN (solution soluble dans l’eau) !

 

Oui, c’est plus rare, mais ça arrive quand même…

  • … les morsures d’animaux. Dans ce cas, rincez à l’eau, lavez au savon et désinfectez puis allez à l’hôpital immédiatement, le doute n’est pas permis. En effet, la rage (virus provoquant une encéphalite incurable et mortelle) existe en Inde : Si vous êtes mordu ou griffé par un chien, consultez immédiatement. N’oubliez pas que même vacciné contre la rage il est nécessaire d'aller à l'hôpital dans les 24 heures pour une injection d'immunoglobulines. Si vous n’êtes pas vacciné, vous n’avez que quelques heures pour réagir et vous ferez face à une procédure plus longue (3 à 5 injections suivant un calendrier précis) - retrouvez ici nos conseils en vaccination - Concernant la morsure de serpent, surtout restez calme, recouvrez la plaie et allez à l’hôpital le plus proche. Enfin, concernant les piqûres de méduse, ne grattez pas, rincez au vinaigre ou frottez avec du sable humide et consultez.

 

morsures serpents india inde

 

  • ...les chocs électriquesL’électricité est capricieuse en Inde et parfois les installations sont « rafistolées ». Faites donc preuve de vigilance pour vous éviter des chocs électriques. D’abord, repérez le tableau électrique dans votre maison avec le disjoncteur. Faites vérifier les interrupteurs mal isolés dans vos salles d’eau (cuisine, salles de bain). Pendant les pluies, faites vraiment attention aux fils qui trainent dans les rues, mettez des chaussures fermées.
  • …les noyades. Quelques minutes d’inattention suffisent à bouleverser votre vie. Avec la présence de très nombreuses piscines en Inde, il est primordial de surveiller votre enfant, surtout que celui-ci ne fait pas forcément de bruit ni de grands gestes lorsqu’il coule… Sortez le noyé le plus vite possible, recouvrez le, et faites le bilan des fonctions vitales : conscience, respiration, circulation. S’il est inconscient mais respire, mettez-le en PLS et appelez les secours. S’il ne respire pas, commencez le massage cardiaque et appelez les secours.

 

 

AG 1

Alain Guillaume

En poste à Madras de 1969 à 1971 dans le cadre de la coopération culturelle. Passionné de l'Inde du sud qu'il a parcourue en tous sens, il y a effectué de nombreux séjours.
0 Commentaire (s) Réagir