Romaric Grégoire, Grand Prix V.I.E. d'Asie du Sud 2022

Par Rozenn Richardeau | Publié le 05/05/2022 à 01:10 | Mis à jour le 05/05/2022 à 01:10
Romaric Gregoire chez TNP Inde

Aujourd’hui, nous partons à la rencontre de Romaric Grégoire, Grand Prix V.I.E d’Asie du Sud 2022 chez TNP Consultants. Dès lors que je décroche le téléphone pour discuter avec Romaric, j’entends le son des vagues derrière lui me transportant à Kochi, dans le Kerala où Romaric est basé. 

 

Romaric travaille pour TNP Consultant sur des projets variés : conseil en management, automatisation des process, data science et digital… Avec 600 employés dans le monde, TNP a installé ses bureaux à Kochi dans le Kerala et compte désormais une cinquantaine de collaborateurs en Inde. TNP est une entreprise française qui fait régulièrement appel à des V.I.E (Volontariat International en Entreprise) pour assurer de bonnes relations et une communication facilitée entre la France et l’Inde. 

 

Romaric tombe un peu par hasard sur ce poste en Inde, sans trop savoir où il allait se retrouver et comment démêler le vrai du faux sur l’Inde vue de la France. Finalement, il n’a aucun regret, il y a énormément de choses à faire dans son travail, et tant à découvrir au Kerala et en Inde ! 

 

A TNP Inde, une ambiance familiale

Ce sur quoi Romaric insiste d’abord c’est la bonne ambiance de l’entreprise.

Romaric commence chez TNP en France en août dernier (pandémie oblige !) puis arrive au Kerala dans une ambiance étrange… Les habitants de l’immeuble regardent les étrangers, potentiellement porteurs du virus, de travers, tout est fermé et avant de pouvoir goûter au Kerala, une quarantaine obligatoire est imposée. Néanmoins, à ce moment-là, il n’y a pas de touristes et Romaric se sent un peu comme une star avec des selfies demandés à tous les coins de rue !  

Une fois la situation stabilisée, Romaric a du gérer le retour au bureau. 50% des employés n’étaient jamais venus au bureau ! Occupant une position de manager, il lui a fallu rapidement prendre son poste et s’intégrer dans une entreprise qui grossit vite. Le directeur Inde de TNP est à Mumbai, mais les relations hiérarchiques ne se sentent pas comme telles et l’ambiance reste familiale.

 

L'équipe de TNP Inde

 

Faire confiance aux talents Indiens

TNP est une entreprise qui s’agrandit mais qui parie sur ses employés. Le turnover est assez bas pour le secteur et les collègues de Romaric restent longtemps au sein de TNP.

Romaric souligne que le défaut de nombreuses structures indiennes est de ne pas investir dans leurs employés, de les penser remplaçables et, finalement, d’avoir une vision à très court-terme.

Au sein de son bureau, la confiance est de règle et « mieux vaut demander pardon que demander la permission ! ». La liberté qu’il a trouvé en Inde le change de ses expériences précédentes à Paris, et il est parfois un peu dérouté, mais au final bien plus responsable. 

Aujourd’hui après la pandémie, les jeunes Indiens ont des attentes différentes. Le marché du travail dans le secteur du conseil est tendu et il serait facile pour les collègues de Romaric de trouver un poste mieux rémunéré ailleurs. Toutefois, l’ambiance, les formations, les opportunités et la confiance offerte aux nouvelles recrues en leur permettant de faire partie intégrante des projets permet à TNP d’insuffler et de garantir cette ambiance familiale à l’équipe.

 

Aussi, et loin de l’idée de l’Inde comme pays de sous-traitance de la France, Romaric raconte sa vision des talents des jeunes Indiens et me cite toutes les compétences uniques ici en Inde tel qu’ingénieur en data. 

 

Une intégration facile en Inde et dans le Kerala

Avec cette tradition du V.I.E chez TNP, l’arrivée et l’intégration de Romaric en Inde a été assez facile. Le V.I.E précédent et un stagiaire sur place l'ont aidé pour le logement et l’installation. Maintenant que tout est rouvert, il est aussi plus facile de visiter, apprendre et comprendre Kochi et le Kerala pour Romaric. 

 

Filet de pêcheurs à Kochi dans le Kerala

 

 

Une des barrières pour mieux s’intégrer reste la langue parlée au Kerala : le Malayalam. Alors, pour surmonter cet obstacle, Romaric apprend le Malayalam et l’Hindi. Et quoi de mieux pour ça que de fréquenter… un club de boxe !

 

Trouvé sur internet, Romaric va régulièrement faire de la boxe dans un club local où un étranger blanc était, les premiers jours, perçu comme un animal bizarre !

L’ambiance y est sympathique, et à chaque coup de poing, le Kerala semble conquérir Romaric un peu plus. 

 

Le Grand Prix VIE de l'Asie du Sud

Le Grand Prix V.I.E de l'Asie du Sud, co-organisé par Business France & la Chambre de Commerce et d'Industrie Indo-Française (IFCCI) récompense un Volontaire International en Entreprise (V.I.E.) travaillant dans le sous-continent et une entreprise accueillant un V.I.E.

 

La vidéo de présentation de Romaric au Grand Prix VIE :

 

 

 

Rozenn Richardeau

Rozenn Richardeau

Installée depuis fin 2019 en Inde pour travailler sur des projets de certification bio et de durabilité pour l'agriculture Indienne, Rozenn a trouvé dans ce pays une source quotidienne d'émerveillement et de découverte.
0 Commentaire (s) Réagir
À lire sur votre édition locale