Lundi 18 octobre 2021
TEST: 3629

Confinement : Les questions que se posent les Français de Chennai

Par lepetitjournal.com de Chennai | Publié le 28/04/2020 à 01:00 | Mis à jour le 16/06/2020 à 22:35
Photo : file d'attente à Velachery le 25 avril, Chennai
confinement chennai

Près de 3 mois se sont écoulés depuis le début du confinement national indien annoncé le 24 mars dernier. Lepetitjournal.com avait déjà commencé à raconter la vie de confinement de la communauté française il y a quelques semaines. Quelles étaient les préoccupations des Français ?

 

En avril, la vie s’organise mais se complique parfois

Le ravitaillement est toujours la préoccupation du quotidien. Les familles s’organisent, certaines ont créé des whatsapp de quartier pour se faciliter la vie. Emilie nous raconte qu’elle essaye d’aller faire ses courses toutes les 2 semaines et achète des produits pour ses voisins. Un autre whatsapp qui tourne à plein régime, c’est celui de Chennai  Accueil : « Savez-vous si Nilgiris est ouvert ce matin ? « quelqu’un a le numéro d’un livreur d’eau ? » « Coupure de courant par ici, qui est dans le même cas ? » « Le 1er étage du 5 stars n’est pas accessible » etc… Il y a une réponse pour tout.

Mais le matin du samedi 25 avril, les téléphones vibrent plus intensément : Le Tamil Nadu a décrété la veille un « total lockdown » de 4 jours du dimanche 26 avril à 6h du matin au mercredi 29 avril à 9h du soir. En d’autres termes l’ensemble des magasins, commerces seront fermés. Décision quelque peu soudaine, la communauté française s’est donc levée très tôt pour aller faire la queue dans les divers magasins qui longent ECR (grande artère au sud de Chennai). Des heures de file d’attente ont été observées toute la matinée, voici quelques photos envoyées au petitjournal.com.

 

files attente confinement total tamil nadu india
Des files d'attente de plusieurs heures le 25 avril au matin à Chennai 

 

Des questions commencent à se poser : combien de temps durera ce « total lockdown » ? Sera-t-il prolongé jusqu’au 3 mai, fin officielle du confinement national ? Pourquoi de telles précautions soudaines ? Cette annonce n’a-t-elle pas eu l’effet inverse de précipiter de nombreux habitants sur les marchés et dans les magasins comme le rapporte la presse nationale ?

 

lockdown total india tamil nadu
@TheHindu

 

Les autorités du Tamil Nadu expliquent cette décision : « Nous avons consulté des experts en santé publique, et ils ont dit que le virus ne pourrait être maîtrisé que si le verrouillage est encore intensifié dans les zones urbaines. (...) Nous voulons briser le cycle de transmission. Un verrouillage plus strict signifiera une restriction plus efficace dans les zones de confinement et en dehors. En limitant les mouvements, le contact physique des personnes peut être minimisé (…) Si le nombre de personnes continue à augmenter, le verrouillage plus strict pourrait se poursuivre" (source Times of India). Mi juin, alors que l'Inde se déconfine doucement, le gouvernement du Tamil Nadu vient d'annoncer un "total lockdown" du 19 au 30 juin. Ce reconfinement est une situation tout à fait inédite dans le monde... Que cela cache-t-il ? 

 

Un retour en France toujours en pointillés  

Il y a quelques semaines, Le Ministre des Affaires Etrangères, Jean-Yves Le Drian « invitait » les expatriés à rester chez eux et annonçait que des rapatriements de résidents français à l’étranger n’étaient pas envisagés à ce jour. « Concernant les résidents français à l'étranger pour une longue durée, ceux qui d’une certaine manière y habitent depuis longtemps, ils ont un chez eux, et à ceux-là nous disons qu'il faut, dans la mesure du possible, rester chez soi. Nous leur conseillons de rester chez eux, dans l'état actuel des choses, sauf urgences sanitaires qu'ils pourraient répertorier auprès des consulats ou des ambassades. Ça c'est le principe de base pour les résidents à l'étranger. »

L’Ambassade d’Inde, relayée par les Consulats tente depuis de rassurer ses ressortissants à coups de live facebook, emails et coups de téléphone personnalisés. Cette décision au niveau de l’Etat soulève forcément des questions : « Pourquoi ne pas rapatrier ceux qui le désirent ? » « Quand pourrons nous rentrer en France ? » « Les projets d’été peuvent-ils être maintenus ? » « Que penser de la situation en constatant que d’autres communautés (coréenne par exemple) sont actuellement rapatriées ? » « Quels sont les éléments qui pourraient faire changer la position du gouvernement français ? » (…)

 

live facebook ambassade inde

 

Malheureusement, les réponses ne sont pas dans cet article. Le retour en France est actuellement en suspens et l’avenir est flou, ce qui peut entretenir des inquiétudes et des angoisses : Joséphine aimerait rentrer pour être auprès de ses enfants étudiants, Ludivine a des rendez-vous médicaux essentiels en Juin en France, Carole souhaite être auprès de sa maman à la santé très fragile, Capucine n’arrive pas à réaliser le visa de son nouveau-né car les administrations sont au ralenti, Alice ne s’est pas du tout sentie en sécurité lors d’un passage à l’hôpital et veut rentrer se faire soigner en France, « chez elle », Hortense est actuellement séparée de son conjoint qui se trouve à La réunion et ne sait pas quand ils pourront se revoir, Géraldine nous écrit qu’elle se pose de nombreuses questions sur l’avenir : va-t-elle rentrer pour les vacances d’été ? Et si elle rentre, va-t-elle pouvoir revenir en Inde ensuite ? Sylvie, de son côté, se demande si c’est l’Inde qui bloque les rapatriements ou si c’est la France qui considère que les français d’Inde ne sont pas en danger…

Si le temps est à la « sagesse et la patience » comme nous le conseille le Consulat de Pondichéry, il est néanmoins important d’entendre ce murmure inquiet parmi la communauté française, en espérant que les autorités françaises le prendront en compte lorsqu’il deviendra plus audible ?

 

Des interrogations sur la situation sanitaire en Inde

Officiellement, la pandémie est  toujours maîtrisée grâce notamment à un confinement rapide et strict et des structures sanitaires efficaces. Selon le dernier bilan (16 juin 2020), plus de 345 000 Indiens ont été contaminés par le coronavirus, près de 10 000 sont morts. L’activité économique du pays est paralysée et pour tenter de limiter la casse, les autorités autorisent, au fil des semaines, la reprise de certaines activités, notamment agricoles (voir l’article sur le sujet). A ce jour, le pays est en phase de déconfinement jusqu'au 30 juin (sauf pour certaines régions comme Chennai...). Certains français pensent que « l’Inde est juste une bombe à retardement et qu’il ne vaut mieux pas être ici quand tout va exploser… »

En fait, à l’en regarder de plus près, ce n’est pas le coronavirus qui inquiète le plus mais bien la crise humanitaire qui en découle : De nombreux indiens ne peuvent plus travailler, ne sont plus payés et ont donc de grandes difficultés pour se nourrir. Un reportage Envoyé Spécial est d’ailleurs consacré à cela. Ces difficultés créent des tensions sociales voire des émeutes dans le pays. D’abord étincelles, cela peut-il se transformer en feu incontrôlable ? Au niveau de la communauté française, on se pose forcément la question de l’hostilité vis-à-vis des Européens. Alix raconte que lorsqu’elle croise des indiens, ceux-ci s’écartent ou remettent leurs masques. Julie a dû expliquer plusieurs fois qu’elle n’avait pas voyagé depuis plusieurs mois avant de pouvoir rentrer dans un hôpital. A Goa, Matthias a d’ailleurs témoigné à ce propos sur Francebleu en avril dernier : « Tout s'est dégradé très vite et je ne suis plus du tout tranquille, puisque du jour au lendemain j'ai commencé à ressentir de réelles différences de traitement de la part des gens dans la rue, des gens qui me traitaient de 'corona' à mon passage ou bien qui s'enfuyaient en me voyant. »

Revenons à Chennai. La communauté française est aujourd’hui régulièrement informée de l’évolution de la situation par différentes instances : Le Consulat évidemment, mais aussi SOS International ou les entreprises elles-mêmes. Des permanences médicales sont mises en place pour tenter de rassurer et orienter en cas de problèmes sanitaires; La liste des hôpitaux publics et privés est aussi disponible ici.   

A suivre…

 

ndlr : certains prénoms ont été changés. 

 

 

logo

lepetitjournal.com de Chennai

Lancé en août 2019, ce quotidien en ligne s’adresse à l’ensemble des Français et Francophones à Chennai, en expatriation, en voyage ou ayant l'intention de venir.
0 Commentaire (s) Réagir

Que faire à Chennai ?

DÉCOUVERTE

A la découverte du fleuve KAVERI dans le sud de l’Inde

Fleuve sacré, la Kaveri est un enjeu économique majeur pour l’Inde du sud, le partage de ses eaux est une source de conflit depuis des décennies principalement entre le Karnataka et le Tamil Nadu.