Vendredi 18 septembre 2020

Un jeune couple assassiné pour s’être aimé entre castes

Par Capucine Canonne | Publié le 13/11/2019 à 01:00 | Mis à jour le 13/11/2019 à 05:04
sad woman india castes

L’histoire, relayée par l’AFP et des médias nationaux, fait froid dans le dos. Un jeune couple est décédé la semaine dernière des suites d’une lapidation de certains de leurs proches. Leur péché ? S’être aimés et mariés entre castes.

Comment, au XXIème siècle peut-on encore lire de tels faits divers dans le monde ? C’est pourtant la triste réalité de certaines régions reculées de Inde. Lepetitjournal de Chennai décide de faire écho à cet évènement tragique et tente d’expliquer pourquoi cela arrive encore.

 

Un couple qui s’aimait et avait fondé une famille

Âgés de 29 ans, Ramesh et Gangamma s’aimaient envers et contre tout. Elle était issue d’une caste dite « haute » tandis que lui était un intouchable. Malgré un désaccord total de la famille, ils s’étaient mariés il y a 4 ans et avaient quitté le village natal du Sud de l’Inde, dans l’Etat de Karnataka. Loin des leurs, ils vécurent heureux et eurent 2 enfants.

En voulant retourner près de chez eux, ils ont été « repérés » par des villageois qui ont prévenu le frère de l’épouse. Celui-ci avec un groupe de personnes, les ont attaqués à coups de pierres. Ramesh, le père de famille est décédé sur le coup et Gangamma à l’hôpital. Trois accusés ont été identifiés dont le frère et l’oncle de Gangamma. Ils ont commis un « crime d’honneur ».

 

lapidation inde crime honneur castes mariage

 

Oui, les choquants crimes d’honneur existent encore

Un crime d'honneur est un crime perpétré en réaction à un comportement perçu comme ayant apporté le déshonneur à une famille et ayant donc enfreint le code d'honneur. Selon les chiffres des Nations Unies, 5 000 « crimes d’honneur » surviennent chaque année dans le monde, dont 1 000 environ en Inde. La cause principale est le système de castes  pourtant abrogé depuis longtemps, mais qui reste très ancré dans la société indienne, et particulièrement dans les zones rurales.

Revenons un peu sur les castes justement. Il s’agit (ssait)  d’un système d’origine religieuse, et fondamental pour le fonctionnement de la vie sociale en Inde. Les Indiens perçoivent le monde qui les entoure comme naturellement hiérarchique, chacun appartient à un groupe et ce groupe a une position bien définie dans la société indienne. La caste devient ainsi un cadre de vie dans lequel se trouvent la famille et les amis, on ne peut la quitter. On retrouve d’abord les brahmanes (lettrés, prêtres), puis les Kshatriya (guerriers), viennent ensuite les Vaishyas (commerçants) et les Sudras (artisans) et enfin les Dalits (intouchables). Officiellement, le système de castes n’existe plus et la Constitution indienne de 1950 affirme l’égalité de tous ses citoyens. L’article 15 de cette dernière interdit ainsi toute discrimination basée sur la religion, la caste, le sexe ou le lieu de naissance, et l’article 17 abolit la notion d’intouchabilité. Pour autant, cette croyance reste fermement ancrée dans l’esprit de nombreux villages. Difficile en effet de modifier des traditions vieilles de milliers d’années…

 

Quelles sont les mesures aujourd’hui pour lutter contre de tels crimes ?

Pour lutter contre des drames comme le « crime d’honneur », de nombreux états  tentent de changer les mentalités et « casser » la notion de hierarchie de castes. Depuis 1950, et au fil des années, ils ont ainsi mis en place des politiques de discrimination positive, de quotas dans le gouvernement, des formations et accès à l’éducation pour les membres de castes « basses ». La Constitution indienne stipule que toute discrimination contre des castes inférieures est illégale. En 2011, la Cour Suprême indienne requiert la peine de mort pour les coupables de "crimes d'honneur".

D’autres initiatives de solidarité sont menées en Inde : des volontaires proposent de soutenir et venir au secours d’Indiens qui tombent amoureux et souhaitent se marier sans l’accord de leur famille (Pour en savoir plus à ce sujet, revoir ici notre article sur l’importance des mariages arrangés en Inde). Love Commandos, une organisation à Delhi fait partie de ces initiatives. Elle reçoit quelques 7 000 appels à l’aide par an, comme cette jeune fille retenue par sa famille qui veut la marier à un homme alors qu’elle en aime un autre (qui n’est pas de sa caste). Love Commandos exfiltre, met à l’abri, apporte une aide juridique et aide ces personnes à repartir à zéro, loin des leurs mais surtout…des menaces.

 

love commandis inde crime honneur castes

 

Nous vous recommandons

CANONNE_fmt-carre

Capucine Canonne

Directrice de la publication et rédactrice en Chef de l’Edition lepetitjournal.com de Chennai. Jeune maman et expatriée en Inde, elle crée l'édition de Chennai en août 2019 ; un prolongement de ses expériences en radio, TV et presse écrite.
0 Commentaire (s)Réagir

Communauté

RÉTROSPECTIVE

Comment vivaient les Français en 1969 à Madras?

1969, Madras. Alain est un jeune étudiant parachuté en Inde à la fin de son cursus universitaire. Une expérience qui le marquera à jamais. Plus de 50 plus tard il partage ses souvenirs de Madras.

Expat Mag

Tel Aviv Appercu

Israël reconfinée pour trois semaines

Israël se reconfine ce vendredi 18 septembre à 14h, pour une durée de trois semaines. C’est le premier pays à connaître un deuxième confinement depuis le début de la Covid-19.