Mardi 18 mai 2021

COVID-19 : Mieux comprendre la situation actuelle en Inde

Par lepetitjournal.com de Chennai | Publié le 22/04/2021 à 05:50 | Mis à jour le 22/04/2021 à 16:44
Grafiti en Inde

Oui, l’Inde vit un véritable tsunami face au virus Covid-19. Existe-t-il des variants ? Comment se passe la campagne de vaccination ? Pourquoi certains Indiens y sont réticents ?

 

Quelle est la situation actuelle en Inde ?

Les cas actifs de COVID-19 connaissent une forte augmentation dans tout le pays. L'État le plus touché est le Maharashtra, suivi par l'Uttar Pradesh, le Karnataka, le Chhattisgarh, le Kerala, Delhi, le Tamil Nadu, le Madhya Pradesh, le Rajasthan et le Gujarat. Les établissements de santé sont débordés et des pénuries aiguës de lits d'hôpitaux, de médicaments et d'équipements médicaux essentiels tels que l'oxygène et les ventilateurs ont été signalées.

Côté dépistage, les centres sont débordés aussi, si bien que les rapports prennent beaucoup plus de temps que d'habitude. L'accès aux soins de santé pourrait encore se détériorer dans les jours et les semaines à venir...

 

india inde covid situation

 

Quels sont les vaccins accessibles ?

Aujourd’hui, la campagne de vaccination en Inde repose sur deux vaccins : Covaxin, développé par une firme locale, et Covishield mis au point par AstraZeneca et l'université d'Oxford, tous deux produits par le Serum Institute of India.

La vaccination a commencé en janvier dernier. Les travailleurs de la santé, les travailleurs de première ligne et les personnes âgées de plus de 45 ans sont actuellement éligibles. La vaccination pour tous (avec la condition d’avoir plus de 18 ans) sera ouverte à partir du 1er mai 2021. Cette décision est un tournant dans la campagne nationale de vaccination entre autres car les Gouvernements locaux pourront se fournir directement auprès des producteurs de vaccins.

 

Pourquoi les Indiens sont-ils réticents à se faire vacciner ?

Plusieurs raisons poussent les Indiens à ne pas se faire vacciner :

  • Une raison économique : La Covid-19 a fait tellement de mal à l’économie du pays et à de nombreux foyers Indiens. Les travailleurs, comptant la moindre roupie, ne peuvent plus aujourd’hui se permettre de passer à côté d’un seul jour de salaire. Or aller se faire vacciner, emmener ses parents ou risquer d’avoir des effets secondaires dissuade de nombreux Indiens. Un jour de salaire, reste un jour de salaire….
  • Un vaccin trop vite approuvé ? Le Covaxin a reçu une "approbation d'urgence" en Janvier dernier. "Sûrs à 100%", avait alors assuré le Contrôleur général des médicaments de l'Inde, V.G. Somani. Depuis, le Gouvernement avait expliqué que le vaccin avait été approuvé en "mode d'essai clinique", signifiant que la campagne de vaccination ferait office de phase 3. Pour de nombreux Indiens, il y a encore trop d’incertitudes…
  • Des doutes sur les effets secondaires : L'Astrazeneca est dans la tourmente depuis quelques semaines, si bien que certains pays ont stoppé son utilisation. Si ce n’est pas le cas de l’Inde, encore beaucoup d’Indiens restent réticents et l’étincelle de la fake news pourrait faire flamber toute confiance qu’il reste à certains d’entre eux…

 

Existe-t-il un ou plusieurs variants ?

Oui, de nouveaux variants en circulation dans le monde semblent contribuer à la recrudescence des cas.

  • B.1.1.7/ VOC 202012/01 variant, qui est apparu pour la première fois au Royaume-Uni a été détecté dans la majorité des échantillons testés.
  • le variant B.1.351 / 501Y.V2, apparu pour la première fois en Afrique du Sud
  • le variant P.1 / B1.1.28, apparu pour la première fois au Brésil.

" Ces variants semblent se propager plus facilement et plus rapidement que les autres variants, ce qui pourrait entraîner un plus grand nombre de cas de COVID-19." explique le Centre de contrôle et de prévention des maladies des États-Unis.

 

Y a-t-il un variant « Indien » ?

Il semblerait que oui : un nouveau variant portant deux mutations, E484Q et L452R, a été détecté dans le virus du SRAS-CoV-2 en Inde, bien que son rôle dans l'augmentation de la transmission ou de la gravité de la maladie reste à établir à ce jour.

Nommé B.1 6.1.7 et détectable par test PCR, ce virus serait porteur d'une double mutation qui entraînerait une plus grande résistance aux vaccins et une contagiosité élevée. De plus en plus de pays dans le monde s’en inquiètent et ferment leurs frontières aux vols en provenance de l’Inde (ou impose une quarantaine très stricte.) "bien que ce variant soit classé VOC (variant préoccupant) et suivi de près par les autorités sanitaires indiennes, aucun lien n'est établi entre l'émergence de ce variant et la dégradation récente de la situation épidémiologique", tient à rétablir le ministère de la Santé indien. En effet, il est encore trop tôt pour dire si ce variant est plus mortel que les autres. Le virus mutant aurait été signalé en Europe (mais pas encore en France), aux Etats Unis, en Afrique, en Australie, en Nouvelle Zélande, à Singapour, en Corée du Sud, en Turquie.  

 

variant indiens india inde covid

 

Est-il résistant aux vaccins et aux traitements ?

Le fait qu’il soit porteur de deux mutations pourrait bien rendre le variant plus vicieux, au point d’échapper aux anticorps du « traditionnel » Covid. A ce jour, selon les experts, les deux vaccins accessibles en Inde ne protègeraient pas contre le variant Indien, résistant également aux traitements mis en place pour les patients les plus atteints (selon l'infectiologue Karine Lacombe, interrogée sur France Info)

De plus, la double mutation augmenterait la capacité du variant « Indien » à se transmettre notamment chez les jeunes et les enfants. Il faut donc être plus que vigilant en ce moment et protéger les plus jeunes.

 

india inde covid situation

 

Que font les autorités ?

Ces dernières semaines, des décisions lourdes de sens sont prises par les autorités locales ou le Gouvernement national. En voici quelques-unes :

  • Nous en parlions précédemment, la campagne de vaccination est bientôt ouverte à tous (de plus de 18 ans) afin de protéger un maximum de personnes et vite vite vite.
  • Pour donner un grand coup d’accélérateur à la vaccination, les autorités Indiennes ont récemment décidé de suspendre (ou du moins ralentir) les exportations du vaccin Astrazeneca. En effet, elles cherchent à privilégier avant tout la population.
  • Des confinements limités dans le temps et des couvre-feux se multiplient dans le pays (voir notre article mis à jour sur le sujet). Il ne serait pas surprenant que ces mesures s’intensifient encore dans les Etats les plus touchés ; c’est le cas du Maharashtra (Etat de Bombay) ces dernières heures.
  • Lepetitjournal.com de Bombay en parlait récemment, certaines métropoles indiennes ont redémarré l’activité des méga centres de traitement des patients atteints de la Covid-19. Ceux-ci avaient été ouverts en 2020 lorsque le virus avait commencé à se propager rapidement en juin puis ont été progressivement fermés suite à la diminution du nombre de patients.
  • Le Premier Ministre a pris la parole il y a quelques jours, expliquant vouloir privilégier la mise en place de micro zones de confinement plutôt que d’un confinement général qui affecte négativement l’économie et la société. Il a demandé à ses compatriotes indiens de ne plus se déplacer et de suivre strictement les gestes barrières…

 

india inde covid situation

 


Retrouvez les dernières informations sur les couvre-feux et confinements en Inde ici 


 

 

Nous vous recommandons

logo

lepetitjournal.com de Chennai

Lancé en août 2019, ce quotidien en ligne s’adresse à l’ensemble des Français et Francophones à Chennai, en expatriation, en voyage ou ayant l'intention de venir.
0 Commentaire (s)Réagir

Expat Mag

FOOT

Karim Benzema élu meilleur footballeur français de l’étranger

Les trophées UNFP récompensent les meilleurs joueurs de football dans différentes catégories. Pour la deuxième fois consécutive, Karim Benzema a été élu meilleur joueur français évoluant à l’étranger.