Les vertus insoupçonnées de la gomphréna globuleuse

Par Pascal Médeville | Publié le 13/01/2022 à 18:05 | Mis à jour le 14/01/2022 à 10:53
Photo : Capitules de G. globosa (Photographie : Pascal Médeville)
Gomphrena globuleuse

Une visite dans un jardin situé non loin du temple de Banteay Srei, dans le parc archéologique d’Angkor, a été l’occasion d’observer quelques jolis spécimens d’une fleur bien connue des amateurs d’art floral : la gomphréna globuleuse.

 

Une fleur appréciée pour sa beauté et sa longévité

 

La gomphréna globuleuse est une espèce d’origine néotropicale appréciée des fleuristes : ses capitules, de couleur mauve, d’un diamètre d’un à deux centimètres, se présentent comme des sphères presque parfaites. Ces inflorescences ont la particularité de conserver, une fois séchées, à la fois leur forme et leur couleur, et cela pendant une durée assez longue. Je connaissais cette fleur pour l’avoir souvent vue mise à contribution dans les cours d’art floral dispensés à des fleuristes chinois par M. Peter Hess, maître fleuriste suisse, pour lequel j’ai servi d’interprète pendant plusieurs années. J’ai voulu en savoir un peu plus sur cette espèce, et ai découvert qu’elle n’était pas qu’une belle plante.

 

buisson gomphréna globuleuse
Buisson de gomphrénas globuleuses dans un jardin à Angkor (Photographie : Pascal Médeville)

 

Gomphrena globosa est originaire d’Amérique centrale, mais elle est aujourd’hui cultivée dans toutes les régions du monde. Il s’agit d’une herbe annuelle ne mesurant guère plus de 60 cm. En Asie orientale, elle a été introduite en Chine dès la fin de l’époque des Ming (1368-1644). Elle est considérée comme envahissante et se répand dans les cultures.

Dans l’Empire du Milieu, elle fait l’objet d’une exploitation dans toutes les provinces du pays. C’est sa longévité après avoir été coupée qui est illustrée dans deux de ses noms chinois : « rouge pendant mille jours » (千日红 [qiānrìhóng]), ou « rouge pendant cent jours » (百日红 [bǎirìhóng]) ; sa forme et sa couleur ont inspiré un troisième nom évocateur : « fleur boule de feu » (火球花 [huǒqiúhuā]). Les fleuristes chinois apprécient également ses cultivars, qui donnent des inflorescences d’autres couleurs : rouges, roses, blanches…

 

Cultivar blanc de G. globosa
Cultivar blanc de G. globosa (Photographie : Hsi Liu Environmental Greening Foundation, Taipei, avec l’aimable autorisation de cette fondation)

 

Au Cambodge, où les variétés blanche et rose sont également présentes, la fleur est connue alternativement sous le nom de « fleur boucle d’oreille » (ផ្កាទុំហូ [phka tum-hu]) ou de « fleur bouton de veste » (ផ្កាឡេវអាវ [phka lév av]). Peut-être est-ce parce que les petites filles cambodgiennes aiment se servir des inflorescences comme boucles d’oreille dans leurs jeux, ainsi que l’explique Pauline Dy Phon dans son Dictionnaire des plantes utilisées au Cambodge, que l’on parle de « fleur boucle d’oreille ». Quant au nom de « bouton de veste », il s’explique probablement par la forme ronde et la texture de la fleur, qui font vaguement penser aux boutons de tissu qui ornent les vestes chinoises.

 

En art floral, la gomphréna globuleuse (connue aussi en français dans les noms d’amarantine ou d’immortelle violette) s’emploie de moult façons : elle sert à orner des parterres floraux, des couronnes ou des paniers floraux, on l’utilise comme fleur en pot, elle entre dans la composition des guirlandes florales polynésiennes, et elle est aussi employée dans les bouquets et compositions florales les plus diverses.

 

Une plante aux vertus médicinales

 

Ce que ne mentionnent pas les articles que Wikipedia consacre à cette espèce, dans lesquels elle est simplement qualifiée d’ornementale, ce sont ses vertus médicinales. D’après la Flore de la République Populaire de Chine, « l’inflorescence s’utilise pour lutter contre la toux, apaiser le foie, améliorer la vue ; elle soigne l’asthme, les bronchites aiguës et chroniques, la coqueluche, l’hémoptysie tuberculeuse. »

L’un des volumes de la collection Cambodia Medical Plants publiée par le Ministère cambodgien de la Santé, indique que l’ensemble de la plante est utilisé en pharmacopée cambodgienne pour soigner la toux, le foie, les yeux, les douleurs osseuses ou encore les douleurs post-partum.

 

Capitules de G. globosa (Photographie : Pascal Médeville)
Capitules de G. globosa (Photographie : Pascal Médeville)

 

 

L’article en anglais de Wikipedia évoqué ci-dessus dit encore que G. globula est une espèce comestible. Cette information est reprise par différentes sites de naturopathie ou de gastronomie exotique. Tout le monde semble cependant s’accorder sur le fait que les qualités gustatives de la plante sont, au mieux, médiocres. Les capitules peuvent néanmoins produire un bel effet décoratif et, préparés en infusion, colorent les liquides.

 

Sources

Cet article a été publié précédement sur Tela Botanica

Sur le même sujet
buste

Pascal Médeville

Diplômé des « Langues’O », Pascal Médeville, traducteur professionnel de khmer et de chinois, est passionné de culture asiatique en général et khmère en particulier. Après dix ans passés en Chine, il s’est installé au Cambodge en 2010.
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale