Mercredi 18 juillet 2018
Cambodge
Cambodge
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Good Krama: «Depuis le Cambodge, avec amour»

Par Leïla PELLETIER | Publié le 10/04/2018 à 19:00 | Mis à jour le 10/04/2018 à 19:00
Photo : De gauche à droite : Johanne (directrice artistique), Jana (stagiaire en développement durable), Iléna (chargée de communication et du marketing digital) et Katia (fondatrice et directrice de la marque) © Good Krama
good-krama-cambodge

La mode est la seconde industrie la plus polluante du monde. A l’heure où la « fast fashion » (ou mode jetable) dicte les tendances d’aujourd’hui et de demain, certains résistent et agissent contre cette surconsommation et gaspillage du vêtement. Fondée par Katia Nicolas, Good Krama est une marque éthique, consciente et éco-responsable, qui après deux ans au Cambodge, souhaite rejoindre le marché européen pour étendre son impact positif sur la planète.

Les multinationales de la mode se retrouvent de plus en plus souvent au cœur de scandales liés à des questions sanitaires et éthiques. Si leur influence sociale reste importante, les consciences s’éveillent. 

De jeunes marques souhaitent transformer les habitudes de consommation linéaire (acheter, consommer, jeter) en une économie circulaire et ainsi éliminer les déchets. 

 

Un seul leitmotiv : « réduire, réutiliser et recycler »

Soucieuse de son impact écologique et social, Good Krama s’inscrit dans une logique de « slow fashion ». « Nous considérons que ce modèle devrait être la norme de l’industrie actuelle et nous sommes prêts à partager le nôtre sur le marché européen - depuis le Cambodge, avec amour. » 

Les matières utilisées par la jeune marque sont tissées main selon la tradition cambodgienne mais proviennent également de restes recyclés issus d’usines locales. « Nous encourageons la production à petite échelle, les salaires justes et la réduction de l’empreinte carbone […] Nous valorisons également le savoir-faire local et artisanal dans un environnement de travail sain et sûr. » C’est une mode douce, qui prend son temps et avance dans le respect des consommateurs et des employés.

 

good-krama-mode
Les matières phares de Good Krama sont le coton bio, la soie tissée main et les matières recyclées © Good Krama

 

En dehors des tendances

Good Krama s’amuse des mots : « Krama ? Tu veux dire Karma, non ? »

A l’origine de la marque se trouve le foulard traditionnel cambodgien, un symbole incontournable, une pièce esthétique, pratique aux fonctions multiples : écharpe, coiffe, porte-bébé, hamac, serviette, épuisette ou encore baluchon.

Good Krama s’adresse autant aux hommes qu’aux femmes, dans un style intemporel et hors tendances. Quatre collections sont déjà disponibles à la vente : Not so Basic, Basics ; Shades of Cool ; Tropical Midnight et Candy Cruise. Différentes thématiques qui apportent une vague de fraîcheur et de renouveau sur le marché du vêtement. On y trouve du court, du long, de l’élégant et du sexy, du noir et des couleurs.  

Avoir un impact positif sur la planète, c’est aussi encourager le consommateur à dire non à l’impersonnalité de la mode mainstream pour suivre ses propres envies.

 

good-krama-cambodge
Collection printemps-été 2018 © Good Krama

 

À la conquête de l’Europe 

La prochaine étape pour la jeune marque cambodgienne, c’est la Berlin’s Eco Fashion Week qui se tiendra du 3 au 5 juillet 2018. Good Krama participe notamment à son Greenshowroom, salon professionnel de la mode innovante et alternative où les questions de développement durable et de responsabilité sociale des marques y sont cruciales.

Pour se lancer dans cette aventure, une campagne de crowdfunding va être lancée sous peu dans le but de récolter un total de 6000$. Ces fonds visent à couvrir les coûts du voyage et la réalisation de la collection Printemps-Eté 2019 qui sera présentée au Greenshowroom.

Nous vous recommandons

1 CommentairesRéagir
Commentaire avatar

max jeu 12/04/2018 - 04:55

Hmm ! Pas très top la coupe des modèles sur la photo !!! Vous voulez couler votre idée géniale dès la première collection ou quoi ?

Répondre