Jeudi 15 novembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Au Cambodge, la pauvreté touche d'abord les campagnes

Par Victor Bernard | Publié le 29/09/2018 à 04:41 | Mis à jour le 01/10/2018 à 03:44
Photo : Enfants vivant dans les zones rurales du Cambodge. Crédits : ILO in Asia and the Pacific/Flickr Creative Commons
Enfants_ruralité_cambodgienne

Selon l’index de pauvreté multidimensionnelle, publié jeudi 20 septembre par le Programme de l’ONU pour le développement (PNUD) et l’Oxford Poverty and Human Development Initiative (OPHI), les zones rurales du royaume restent les plus touchées par ce type de pauvreté. 

Le PNUD définit la pauvreté multidimensionnelle comme celle qui combine les trois facteurs suivants : manque d’accès à la santé, absence d’éducation pour les plus jeunes et conditions de vie considérées comme indécentes. Selon les chiffres du rapport publié le 20 septembre par le PNUD, 40% de la population rurale cambodgienne vit dans ce contexte de pauvreté multidimensionnelle contre 7% pour la population urbaine. Selon les chiffres plus détaillés du rapport de 2014/2015, les provinces les plus pauvres sont celles de Preah Vihear et Steung Treng, au nord du Cambodge, avec un taux atteignant 64% d’habitants touchés par cette pauvreté regroupant les trois facteurs cités plus haut. 

Selon l’agence de l’ONU, la jeunesse représente le groupe social le plus atteint par la pauvreté de masse. 45% des Cambodgiens considérés comme pauvres ont moins de 19 ans. Pour rappel, selon des chiffres de 2015, 41,7% des Cambodgiens entraient dans cette tranche d’âge.

Le rapport insiste également sur la frontière très poreuse entre pauvretés unidimensionnelle et multidimensionnelle. Le PNUD souligne que 21,1% de la population cambodgienne est susceptible de devenir pauvre. Ce basculement peut, de plus, s’effectuer dans des conditions extrêmement rapides, après un accident, licenciement ou une sécheresse pour les cultivateurs par exemple, le système d’assurance n’étant pas à la portée de cette frange de la population.

Si la pauvreté multidimensionnelle reste, au Cambodge en dessous de la moyenne mondiale des pays en développement, le Cambodge reste un pays divisé géographiquement où les zones rurales, majoritairement dépourvues de ressources, peinent à se développer. L’exode rural reste donc souvent l’une des seules solutions pour s’extraire de la pauvreté.
 

Nous vous recommandons

2 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

Lyan sam 27/10/2018 - 11:11

Quand 90% de la richesse du Cambodge est entre les mains de 1% qui monopolise le pouvoir, on ne peut s'attendre qu'à ce résultat. C'est une cleptocratie qui dirige le pays, la pauvreté va augmenter très rapidement.

Répondre
Commentaire avatar

ManuH01 mer 03/10/2018 - 10:25

Toute fin des années 1990 lorsque vivant et travaillant avec les ruraux au Cambodge, j'avais eu l'occasion de voir combien un évènement pouvait remettre en cause un développement naissant pour un individu ou une famille ; quatre exemple vécus : - une Agente d'Elevage soignait tellement bien les animaux alentours que les paysans venaient de loin ; elle avait été fière de pouvoir acheter avec ses économies une moto (100cm3)... aussitôt volée et les économies de plusieurs années envolées ! -Battambang- - une famille paysanne visitée par un Vétérinaire qui avait travaillé avec elle plusieurs années auparavant : <> réponse : <> - Prey Veng- - je suis à l'arrière d'un moto-taxi lorsque le chauffeur aperçoit une maison en train de prendre feu au bord du ruisseau de l'autre côté de la piste ; il laisse là sa moto, me confie son porte-feuille (en faisant la moue) et bondit avec les autres pour éteindre l'incendie de la maison de bois au toit de chaume... je pense : <> <> -Siem Reap- - l'équipe d'agents de développement local réalise des entretiens, au hasard, dans un nouveau village ; ils me rapportent : <> -Takeo-

Répondre

Que faire au Cambodge ?

J'AI TESTÉ POUR VOUS

Une nuit à Phnom Penh

Le trafic et la chaleur étouffante en moins, la nuit est l’un des meilleurs moments pour découvrir Phnom Penh. Voici ce qu’elle propose de mieux, à ses habitants comme aux touristes de passage.