Jeudi 2 juillet 2020

Une permanence téléphonique de soutien psychologique à Battambang

Par Virginie Vallée | Publié le 26/05/2020 à 20:00 | Mis à jour le 26/05/2020 à 20:00
Photo : Les membres de l’Association pour le développement de l’éducation et de la psychologie en Asie du Sud-Est. Photo fournie
permenance soutien psychologique Battambang

L’hôpital de Battambang et l'ADEPASE ont mis en place une ligne téléphonique gratuite pour offrir un accompagnement psychologique aux personnes qui n’osent plus franchir les portes de l’hôpital par peur du COVID19.

Depuis le début de la pandémie de Covid-19, beaucoup de malades n’osent plus entrer dans les hôpitaux. Pourtant les angoisses engendrées par cette pandémie nécessitent d’être prises en charge. Entre la peur d’attraper ce virus potentiellement mortel et la crainte des retombées économiques dues au confinement, les sources de stress sont multiples. Choeun Malai, psychologue diplômé de l’université de Hanoï à l’origine du service de psychologie de l’hôpital de Battambang a mobilisé une équipe de cinq psychologues volontaires pour assurer une permanence téléphonique et présentielle sept jours sur sept de 8h à 18h à l’hôpital de Battambang depuis le mois d’avril. Tous les volontaires sont des psychologues cambodgiens francophones formés à l’Université Royale de Phnom Penh jusqu’en licence puis à l’Université de Hanoï pour leur Master de psychologie en partenariat avec l’Association pour le développement de l’éducation et de la psychologie en Asie du Sud-Est (ADEPASE).

Cette ligne téléphonique permet aux patients de contacter l’hôpital et d’être orientés vers le psychologue le mieux enclin à répondre à leurs inquiétudes. Les appels sont triés et les patients sont contactés par un psychologue qui les suivra le temps nécessaire. « Il n’y a pas de règle mais en moyenne il faut 6 ou 7 séances pour que le patient se sente mieux », explique Heng Sohoan, un des volontaires. « Une ou deux séances sont souvent nécessaires rien que pour mettre le patient en confiance. On doit se présenter, souvent lors des premières séances ce sont les patients qui nous posent des questions ». La semaine, Heng Sohoan est coordinateur de l’équipe de psychologues de « Toutes à l’école » à Phnom Penh. Le samedi il est psychologue scolaire à l’école de Battambang et le dimanche il enseigne pour les étudiants de la licence de psychologie ouverte depuis peu à l’université de Battambang. Malgré cet emploi du temps bien chargé, le psychologue trouve du temps pour participer à ce projet. « Si le psychologue le juge utile nous organisons une rencontre avec un psychiatre de l’hôpital. Nous avons chaque semaine des visioconférences entre nous cinq ainsi que deux psychologues français de l’ADEPASE pour parler des cas plus délicats, échanger nos avis », ajoute le jeune homme.  

Depuis la mise en place de ce service, 31 patients sont suivis par les cinq psychologues. « Les inquiétudes des patients sont plus économiques que la peur de la maladie. J’ai eu une patiente qui se sentait tellement mal qu’elle parlait de suicide. Il s’agit d’une jeune femme divorcée avec un enfant à charge, sans soutien de sa famille, elle ne voyait pas d’issue à ses problèmes financiers avec tous les hôtels-restaurants fermés ou qui tournent au ralenti, les usines qui licencient. Comme elle parle anglais elle a réussi à trouver un travail, a repris du poids et retrouvé le sommeil. Elle a quand même mon numéro de téléphone si besoin », raconte Nien March, une des psychologues volontaires, mère de deux jeunes enfants, qui se rend de Phnom Penh à Battambang tous les quinze jours malgré son emploi de psychologue scolaire dans des écoles internationales.

Depuis une vingtaine d’années, les membres de l’ADEPASE œuvrent pour développer l’enseignement et la pratique de la psychologie française au Cambodge, au Vietnam et au Laos. L’ADEPASE est un opérateur de la coopération universitaire et professionnelle fondée à Toulouse en 1997 suite à des demandes de psychologues Vietnamiens et Cambodgiens qui souhaitaient développer les pratiques françaises en les adaptant à leurs cultures. Depuis, une licence francophone a vu le jour à Battambang et un master à l’université de Hanoï valide le parcours universitaire des psychologues. 34 étudiants Cambodgiens ont suivi ce parcours et sont aujourd’hui insérés professionnellement. « Les missions de l’ADEPASE peuvent se résumer au développement de la francophonie et à la professionnalisation de la psychologie en Asie du Sud-Est. Pour ce faire nous participons à améliorer la formation », explique Odette Lescarret, la directrice de l’ADEPASE, très heureuse de cette initiative cambodgienne de ligne téléphonique d’accompagnement psychologique.

 

Tant que vous êtes ici, nous avons un petit mot à vous dire. Lepetitjournal.com Cambodge est un média indépendant qui a fait le choix de laisser ses articles en ligne et accessibles à tous. Face au phénomène de baisse des recettes publicitaires qui touche l'ensemble des médias, nous avons besoin de votre soutien.

Si notre travail vous satisfait, vous pouvez désormais nous soutenir via notre compte Tipeee, une plateforme de dons en ligne. Chacune de vos contributions, grande ou petite, nous est précieuse et participera directement à la vie de Lepetitjournal.com Cambodge. Merci !

0 Commentaire (s)Réagir

Que faire au Cambodge ?

BONNES ADRESSES

The Bookish Bazaar, le café-librairie de Kampot

Le Bookish Bazaar est à la fois un café, une librairie, une boutique de souvenirs, une galerie et une salle de jeux. Il s’agit d’un lieu atypique où l’on respire l’atmosphère de Kampot.