Vendredi 13 décembre 2019
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Routes de la soie : lune de miel entre Pékin et Phnom Penh

Par François Camps | Publié le 29/04/2019 à 20:00 | Mis à jour le 30/04/2019 à 10:53
Photo : Hun Sen et Xi Jinping lors du second forum pour les routes de la soie. Crédits : AKP
xi jinping hun sen routes de la soie

Le premier ministre cambodgien a assisté du 25 au 27 avril au second forum sur les nouvelles routes de la soie en Chine et poursuit son rapprochement avec Pékin.

Les nombreux posts sur sa page Facebook en témoignent : le premier ministre Hun Sen se montre satisfait de sa virée chinoise. Rentré au Cambodge hier, il a passé quatre jours à Pékin du 25 au 29 avril, aux côtés de représentants de son gouvernement, à l’occasion du second forum sur les nouvelles routes de la soie pour la coopération internationale. Organisé par le président chinois Xi Jinping, le sommet a rassemblé quelque 5000 personnes et 37 chefs d’Etats et de gouvernements, venus des cinq continents.

Pour le Cambodge, les trois jours de forum ont été prolifiques. Neuf contrats de coopération ont été signés pour renforcer les liens économiques et diplomatiques entre les deux pays. Tous les secteurs sont visés : finances, investissements, tourisme… Au niveau agricole, un accord de coopération visant à exporter 400 000 tonnes par an de riz cambodgien en Chine a également été signé. Il fait suite à un premier accord, signé en janvier 2019, où la Chine s’engageait à importer 300 000 tonnes de riz cambodgien.

Dans un communiqué, le premier ministre a vanté les mérites de cette collaboration sino-cambodgienne : « Les nouvelles routes de la soie assurent un développement socio-économique au Cambodge. Elles contribueront à construire une solidarité et une compréhension mutuelle. »

En marge du sommet, un accord a également été signé avec le géant des télécoms Huawei, visant à implanter la 5G au Cambodge dès 2020. « Le Cambodge deviendrait ainsi le premier pays de l’Asean à développer ses capacités de 5G » a déclaré Wu Weitao, président de Huawei en Asie du Sud-Est.

Le « succès » de Sihanoukville

Lancées en 2013 par le président Xi Jinping, les nouvelles routes de la soie sont un vaste projet d’investissements chinois à travers le monde. Grâce au développement d’infrastructures routières, ferroviaires, et maritimes, il vise à faciliter les échanges commerciaux entre la Chine et le reste du monde.

Au Cambodge, plusieurs projets sont en cours de développement comme l’autoroute reliant Phnom Penh à Sihanoukville, dont le chantier est opéré par l’entreprise chinoise China Road and Bridge Corporation (CRBC). La cité balnéaire du sud-ouest cambodgien a d’ailleurs été citée comme un exemple des « bienfaits des nouvelles routes de la soie » par le premier ministre. « La zone économique spéciale de Sihanoukville a attiré 161 entreprises étrangères, parmi lesquelles 148 sont chinoises, a-t-il poursuivi. Ces projets ont créé plus de 20 000 emplois et vont en créer encore 8 000 dans le futur. »

De son côté, Sophal Ear, professeur associé de diplomatie et de relations internationales à l'Occidental College de Los Angeles, s'inquiète de cette situation : « Ces neuf accords supplémentaires posent la question d’un Cambodge qui ressemble de plus en plus à la Chine. A chaque fois que les deux gouvernements se rencontrent, de nouveaux accords de coopération sont signés, quand bien même seulement quelques mois séparent deux rencontres. Avec ces 70 000 résidents chinois, Sihanoukville est désormais une enclave chinoise. Tant que le surcroît d’activité ne sera pas pris en charge par les Cambodgiens - à l’inverse de l’arrivée de travailleurs chinois que nous voyons aujourd’hui - cela ne profitera pas au plus grand nombre. A l’avenir, nous pouvons nous attendre à voir davantage d’accords de ce type, qui ne profitent qu’à un nombre limité de riches Cambodgiens. »

La présence du premier ministre Hun Sen à Pékin s’inscrit dans un contexte de tensions croissantes avec l’Occident. Pour protéger sa production de riz, l’Union européenne a décidé de taxer les importations de riz cambodgien en janvier, jusqu’alors exemptes de droits de douane sur le marché unique. En parallèle, les 28 pourraient lever la préférence douanière « Tout sauf les armes » dont jouit le Cambodge, soulignant le manque de respect des droits de l’homme dans le royaume. Les Etats-Unis parlent eux aussi d’appliquer des sanctions douanières aux exportations cambodgiennes pour des motifs similaires.

Nous vous recommandons

1 Commentaire (s)Réagir
Commentaire avatar

ManuH01 mar 30/04/2019 - 06:46

M. HUN Sen a balayé d'un revers de main le reproche d'un rapprochement trop grand du Cambodge avec la Chine populaire, en disant (en substance) : <>... L'on voit bien avec cet article que la question n'est absolument pas l'acceptation par le peuple, mais bien plutôt le positionnement des dirigeants du pays au regard de leur (ir)RESPONSABILITE vis à vis du peuple cambodgien. N'oublions jamais que sous les Khmers Rouges aussi Cambodge et Chine "marchaient main dan la main"... pour le plus grand malheur des Cambodgien-ne-s mourant de faim dans des rizières grosses de riz exporté vers la Chine !!!

Répondre

Communauté

Singapour Appercu

Trophées des Français d’Asie/Océanie, mise en lumière des 6 lauréats

Nous pouvons être fiers de nos communautés françaises d’Asie-Océanie qui bâtissent brique à brique l’édifice de la France à l’étranger ! Le 5 décembre, s’est déroulée la cérémonie de remise des Trophé

Expat Mag

Bucarest Appercu
TRADITIONS

La "danse des ours", une tradition unique en Roumanie

Si pour vous le réveillon de Noël est synonyme de foie gras, champagne et dinde aux marrons, les fêtes d’hiver ont toujours quelque chose de magique et les Roumains adorent leurs traditions, censées a