Mercredi 19 décembre 2018
  Ne manquez plus les
dernières nouvelles
S'abonner

Le gouvernement cambodgien donne son accord à un grand projet aurifère

Par Victor Bernard | Publié le 05/11/2018 à 20:00 | Mis à jour le 05/11/2018 à 20:00
Photo : La région du Mondolkiri, riche en gisements, choisie pour la construction de la mine. Crédits : Charles Pieters/Flickr Creative Commons
Province_Mondolkiri

La construction du grand projet aurifère Okvau Gold Project débutera courant 2020. Les investisseurs australiens se réjouissent, tandis que des ONG demandent une plus grande transparence.

Yos Monirath, porte-parole du ministère de l’énergie et des mines a officialisé le projet minier dans un communiqué de presse. Emerald Ressources, la firme en question, a reçu une licence exclusive en juillet dernier lui permettant d’extraire le précieux métal, et les revenus qui en découleront pour le gouvernement pourraient être très satisfaisants. Ils proviendront en grande partie des taxes et royalties, ainsi que des frais de locations que l’entreprise devra verser afin d’utiliser le terrain.

Des 50 projets miniers à avoir reçu l’agrément et le soutien du gouvernement, Okvau Gold Project est le plus ambitieux et les prévisions quant à l’extraction indiquent que la production pourrait atteindre plus de 3000 kg d'or par an. La mine sera active pour un minimum de sept années à hauteur d’un capital investi de 98 millions de dollars durant cette période de test. Le capital de départ pour l’ouverture de la mine s’élevait à 27 millions de dollars australiens, soit l’équivalent de 19,5 millions de dollars américains.

Certains observateurs s’inquiètent du manque de transparence du gouvernement quant à la rentabilité du projet et aux opportunités qu’il apporterait au royaume. La majorité des informations concernant le déroulement du chantier proviennent pour le moment de l’entreprise elle-même ou de certains de ses investisseurs. Pech Pisez, directeur de l’ONG Transparency International Cambodia, a notamment appelé les autorités à « publier chaque année les comptes précis des rendements de la mine », reconnaissant également qu’il s’agit d’un large pas en avant de la part du Cambodge de s’engager dans la production d’or, notamment grâce aux emplois qu’elle peut créer et à la hausse des revenus gouvernementaux qu’elle engendre.

Depuis la délivrance de leur licence d’exploitation, les dirigeants de Emerald Ressources dont Morgan Hart, son dirigeant managérial, se réjouissent de devenir la première grande entreprise extractrice d’or du Cambodge et assurent faisabilité et rentabilité de leur mine par le soutien gouvernemental apporté à leur projet.
 

0 Commentaire (s)Réagir