Hun Sen menace de tuer l’opposition en cas de sanctions européennes

Par Pierre Motin | Publié le 15/01/2019 à 19:30 | Mis à jour le 24/05/2019 à 07:55
Photo : Le premier ministre cambodgien Hun Sen. Crédits : UN Women / Flickr Creative Commons
hun sen

Le premier ministre cambodgien a déclaré lundi 14 janvier que l'opposition pouvait se préparer à mourir si l'Union européenne suspendait l'accord Tout sauf les armes.

Le premier ministre cambodgien Hun Sen a menacé lundi 14 janvier de riposter à une possible future suspension de l’accord européen Tout sauf les armes.

Cet accord préférentiel permet au Cambodge d’exporter en direction du marché européen sans payer de frais de douane. Le texte de l’accord prévoit une suspension en cas de violations graves des droits de l’homme.

« Si vous voulez voir l’opposition mourir, alors suspendez l’accord, a déclaré le premier ministre. Si vous voulez que l’opposition vive, ne le faites pas, et discutons ensemble. »

Lundi 14 janvier marquait en outre la 34e année de Hun Sen au pouvoir. L’homme fort du Cambodge a par ailleurs indiqué qu’il ne pardonnerait pas ceux qui ont appelé les pays occidentaux à mettre fin à leurs aides pour faire pression sur son gouvernement, et a indiqué que les critiques pouvaient se préparer à fuir à l’étranger.

« Vous avez été mauvais et j’ai appliqué la loi. Puis vous êtes allés voir vos chefs pour leur demander de me maltraiter. Alors je maintiens la pression sur vous », a-t-il souligné.

Ces déclarations marquent un durcissement de ton de la part du premier ministre depuis que l'Union européenne a précisé ses menaces de suspension de l'accord Tout sauf les armes.

Le CNRP, principal parti d’opposition cambodgien, a été dissous en novembre 2017, accusé d’avoir tenté de prendre le pouvoir avec le soutien de gouvernements étrangers. Son président Kem Sokha a été arrêté en septembre 2017, détenu puis placé en résidence surveillé en septembre dernier, à l’issue des élections législatives. Il attend toujours son procès.

La procédure de suspension de l’accord Tout sauf les armes, qui prévoit une période d’évaluation d’un an avant qu’une décision soit prise, n’a pour l’instant pas formellement été initiée par l’Union européenne.

Les pays membres de l’UE représentaient environ 40% des exportations cambodgiennes en 2016. La grande majorité des bien exportés sont liés à l’industrie du textile, qui emploie environ 700 000 personnes au Cambodge.

 

Sur le même sujet
portrait-pierre-motin-300x300

Pierre Motin

Rédacteur en chef Lepetitjournal.com Cambodge (juillet 2018 - juin 2020)
0 Commentaire (s) Réagir

Soutenez la rédaction Cambodge !

En contribuant, vous participez à garantir sa qualité et son indépendance.

Je soutiens !

Merci !

Raphael Ferry

Rédacteur en chef de l'édition Cambodge.

À lire sur votre édition locale
À lire sur votre édition internationale